Une ballade en ville avec Did ?

Ouais chuis une folle moi j’ai peur de rien et surtout pas de parler d’elle à la troisième personne. Et on part sur les châteaux de roue on est des vrais guedins !

A l’époque où je bossais vraiment dans ce que notre bonne société bien pensante appelle le secteur de la très grande précarité (mais que perso j’appelle les charclots, les rroms crados, les toxicos ou les gros alcoolos (en sachant que le top du top, c’est d’être les 4 en même temps, hey ! Parenthèses dans parenthèses !)) on m’avait fait remarquer que trainer en ville avec moi c’est… Comment dire… Chiant. Voilà, c’est le mot. C’est chiant.

Ma mère m’avait fait la remarque, à travers un petit mais bien placé « Putain que c’est chiant le centre ville de grenoble avec toi sérieux, tous les 3 mètres tu parles à des clodos quoi ». Mais j’y avais pas prêté plus d’attentions que ça.
Une fois j’avais rendez-vous avec ma copine Mia aussi. Alors Mia je t’en ai jamais parlé, pour faire court, on peut rencontrer quelqu’un sur son lieu de travail, lui moisir la gueule gratos alors que c’est son premier jour à elle, aller s’excuser deux jours après et devenir hyper super méga pote quand même. Donc j’avais rendez vous avec ma copine Mia en centre ville pour une soirée girly typique « alors y’m dit que et j’y dis que attends tu sais pas c’qu’y'm’répond naaaaan c’est pas vrai si j’te jure alors là j’teul dis ça va pas s’passer comme ça »… Heu… Une soirée meufs quoi. Crois moi jamais de ta vie tu voudras participer à une vraie soirée meufs…
Bref. Donc je rencarde Mia pile poil là où il ne faut pas se donner rendez vous à grenoble, à savoir un des arrêts de tram du centre ville. Parce que tous les clodos de la ville, à 7 heures du soir, ils sont là. Oué. Tous. Oué oué. Et donc j’arrive à 7 heures, pas de Mia, mais un gros groupe de clodos, avec plusieurs que je connaissais. Dont un… Alors les grenoblois vont tout de suite comprendre de qui je parle… Si je te dis 1m90, HATE tatoué sur le front et un 8 sur chaque joue ? Mmh ? Ouais celui là ouais. Le mec tu le croises, si tu le connais pas tu changes de trottoir. Et donc le gars, pour l’avoir côtoyé professionnellement ben je sais qu’il est pas méchant. Enfin pas tout le temps. Mais que veux tu, dans le monde de la rue, faut ce qu’il faut pour montrer qui c’est le patron. Et donc ce soir là, il était bien luné et je me pose un peu avec lui pour papoter.
Et à un moment mon téléphone sonne, ma pote Mia… Le coup de téléphone surréaliste. « PUTAIN J’EN ETAIS SURE !!! J’EN AI MARRE !! T’ES TOUJOURS A TRAINER AVEC DES CLODOS JE TE PREVIENS JE VIENS PAS TE CHERCHER !! EN PLUS ILS PUENT, ILS SONT DEGUEULASSES TU M’EMMERDES !!! ». Elle gueulait tellement fort que j’ai du décoller mon téléphone de mon oreille. Et je l’entendais toujours aussi fort dis donc ! Ah oui effectivement elle est à trois mètres de moi… Et elle est pas contente. Bon, machin c’est pas tout ça mais je vais rejoindre ma copine avant qu’elle fasse une syncope. En plus elle a raison, tu pues un peu. Mais ça juis ai pas dit. Un truc que j’aime bien faire dans la vie, c’est rester en vie justement.
Et puis j’ai quitté le secteur de la précarité pour la « protection » de l’enfance (attends je vais me tailler les veines et je reviens). Et puis les clodos changent, ça tourne, ceux qui partent en taule, ceux qui crèvent, les nouveaux toussa toussa. Et puis à la fin tu les croises presque plus.

Et donc au mois de mai je me suis pas rendue compte qu’en bossant qu’une semaine, tu te fais connaître de tous les gonzes de la rue. Non je m’en suis pas rendue compte. C’est Blondie qui me l’a fait remarquer.
Donc il y a peu, un soir je vais manger un bout avec Blondie. Et en rentrant on passe par une rue, un petit groupe de clodos, bien allumés, et avec eux, une meuf. La meuf, couchée par terre (oui, je sais que tu te doutes qu’elle est pas couchée en l’air, mais je t’emmerde), la tête dans leur casquette qui leur sert pour faire la manche, et puis la meuf elle aurait pu être morte quoi.
Alors quand même un rapide descriptif de la nana, parce que ça valait le coup d’oeil, alors mmmh… Tu vois sauvez willy ? Ben tu lui mets une petite robe à paillettes bleue ultra moulante en taille 36 et voilà. La meuf dans la rue un soir de juin. Alors je me suis arrêtée parce que je sais ce que ça veut dire une meuf de la rue. T’as 2 possibilités. Soit la meuf elle était la dominante du groupe et elle les mettait tous à l’amende. Soit elle allait se réveiller le lendemain avec un super mal au cul et aucuns souvenirs.
Du coup je papote un peu avec les gars, et puis j’y passe pas par quatre chemins, genre dites les gars votre copine là, vous êtes sur que ça va ? « Mais ouaiiiiiis t’inquiète elle est juste là pour montrer que l’alcool c’est pas bon pour la santé, tu me fais un câlin ? ». Bon, tu veux ton free hug, tient ton free hug, alors le type juis fait son câlin, et puis ben Blondie… Elle a droit à son câlin aussi… Et les mecs me regardaient… On t’a pas déjà vue quelque part ? Ben si mec, dans telle assoce… Alors à moi tu me la fais pas. Cette meuf, qu’est ce que vous allez lui faire ? Et là y en a un qui me fait « non mais t’inquiète Did, c’est elle la dominante, on la touchera pas elle nous pèterait la gueule ». Et pile poil à ce moment là, la meuf elle s’est redressée, et elle s’est mise à gueuler, bourrée « MA BOUTEILLE ! KIKA PRIS MA BOUTEIIIIILLE !!! J’VAIS VOUS PETER LA GUEULE », avec un des types qui courrait la voir en disant elle est là !
Okay… Voilà voilà…

Et quand on s’est cassée, Blondie m’a regardée et m’a dit « putain, y a qu’avec toi qu’on peut se balader en ville et se retrouver à faire un câlin à un clodo… ».

Tu veux un free hug ? Fais moi signe, j’ai des adresses.

4 commentaires pour “Une ballade en ville avec Did ?”

  1. Sed dit :

    Tu l’as tellement tendu, hein. Je vais donc le crever ton château de roue. Avec une aiguille vaudou. Et tel le chapi chapo rouge, je m’éloigne, le vent sulfuré dans mon sillage, indisposant la narine fragile sur mon passage évanescent, perdu dans des pensées absconses de nutella volé à Jean-Marc Morandini. Oui, absconses, oui.

  2. Did dit :

    Mais c’est la meilleure blague de ma vie mec ! Pourquoi tu brises toujours tous mes rêves ?? Château de roue c’est pas génial ? T’aurais trop voulu la faire avoue !

  3. naash dit :

    Voilà pourquoi on se voit jamais en ville. Avec toi et moi, on n’arrive jamais au bar !!!

  4. Did dit :

    Pourtant j’ai toujours admiré ta façon de virer les indésirables : « Chuis avec ma copine là, tu peux te casser steplait ». Tellement ferme que ça marche à tous les coups…

Laisser un commentaire

Security Code: