L’évaluation en milieu de travail (la before)

Je ne suis pas libre. C’est assez embêtant. Bon, je l’ai jamais été, mais en ce moment ça me fait particulièrement chier. En ce moment, toute forme de contrainte est particulièrement désagréable.
Je réfléchis à me détacher de cette contrainte, mais je vois pas trop comment faire. Le problème, c’est que ma principale source de contrainte, c’est ta gueule. Enfin pas toi en particulier hein, toi en tant que pair. Si je veux annihiler cette contrainte, je dois tous vous buter. Cette idée, bien que particulièrement attrayante, est complètement conne. Si je te butte, je me butte. La dépendance est vraiment un concept de merde.
La communication m’emmerde. Parce que t’es là hein, sans toi pas de communication, juste joie bonheur. Ou plus rien. T’es particulièrement chiant ce soir. Je n’ai jamais rien compris aux interactions humaines. C’est peut être pour ça que j’ai toujours orienté et mes études et mon job en fonction. Avec un cursus universitaire en sciences du langage et de la com, j’ai pu comprendre que je ne comprendrai jamais rien. Tu l’aimes ton libre arbitre ? Assied toi dessus, même tout seul tu n’es pas libre de parler, tu es juste soumis à des séries de variables qui t’orienteront toujours. Adieu liberté.
Educ c’est pareil. La relation n’est qu’une série de protocoles et de manipulations. Sauf que là t’es payé.
La communication m’emmerde encore plus parce qu’elle me coupe des interactions sociales normées. En ce moment je veux lever un mec. Je l’ai rencontré un soir, le type est torturé à souhait. Toi mon gars, attends, je m’essuie la bave au coin des lèvres et je m’occupe de ton cas. Le type, je lui ai filé mon numéro, en lui disant, je cite « tu veux m’appeler tu m’appelles, tu veux pas m’appeler tu m’appelles pas ». On peut pas faire plus clair. Le type… m’envoie un sms.. pour me dire « en ce moment j’ai de la merde dans la tête, je t’appellerai quand je me sentirai un peu plus sociable ». Moi j’entends quoi ? Ben exactement ce qu’il écrit en fait. Il est pas dispo il est pas dispo kesse tu veux qu’j'y fasse. Quand il sera dispo il appellera. Ou pas. Pourquoi se prendre la tête, on verra bien merde.
Et l’armée de connards qui me sert de potes a trouvé le moyen de me sortir des théories de chais pas où. Genre attend c’est pas si simple que ça. Si ça se trouve le mec, il veut juste pas voir ta gueule mais il est poli. Ou alors… il veut se faire désirer. C’est quoi ce truc de merde ? C’est quoi le principe d’être poli avec quelqu’un que tu veux pas voir… mais tu lui files ton numéro au passage hein. C’est pareil pour l’égo, se faire désirer… Mais que… quoi… Pourquoi ça pourrait pas signifier ce que de prime abord ça a l’air de signifier ?
Toi, pair, tu me fais chier.

Double combo, j’ai un problème avec l’autorité. J’ai toujours eu un problème avec l’autorité. Alors entendons nous bien hein, chuis pas une rebelle, je suis juste inadaptée. Il parait qu’on traite pas son chef de con. Mais quand il est con… J’y peux rien moi s’il est con. J’ai des collègues qui m’ont traitée de conne et ça leur est arrivé d’avoir raison. Mais ton chef tu peux pas. Ca m’a couté 3 jobs… Mais à part ça chuis un mouton. Je vois mon troupeau qui fonce dans le mur, je trouve ça complètement con mais je le suis quand même.

Et je sais plier face à l’autorité quand vraiment j’ai pas le choix. Par exemple l’autre fois, je vais pour traverser le boulevard à côté de chez moi, et je vois une bagnole de la gendarmerie qui s’arrête devant moi et un type qui me dit « toi tu remontes sur ton trottoir ». Et ben y a rien à faire, quand t’as 15 bagnoles du gign, pleines de types cagoulés et surarmés en train d’escorter les blindés de la banque de france, tu ne fais pas remarquer que l’expression « remonter sur son trottoir » est plutôt péjorative et connotée de manière assez désagréable. Non tu fais pas. Tu remontes sur ton trottoir. J’ai même développé une relation particulière avec ce trottoir. Chaque fois que je passe dessus je lui fais un petit clin d’oeil, genre ouais t’es mon trottoir à moi loulou, c’est le gign qui l’a dit.
Et l’autre autorité qui m’emmerde c’est celle qui me paye. Pôle emploi. Ah putain j’ai mal partout rien que de l’écrire tient.

Pôle emploi ça leur plait pas que je bosse pas. Ca leur plait pas que j’ai claqué la porte du social. Ils me collent au train un truc de barge. Alors que c’est facile hein, moi, je veux plus jamais bosser. En tout cas jusqu’à demain. Demain je verrai, mais là maintenant tout de suite non. Et ça ils aiment pas, et ils savent montrer les dents.
Faut faire un bilan de compétences sinon hop ! Radiée. Soit, je me soumets à l’autorité. Je vais le faire ton bilan. Après ils sont passé à l’étape supérieure. Il faut faire une éval en milieu de travail.

Pffff… Alors concrêtement, une éval en milieu de travail, faut aller faire un stage. Voire un stâââge dans un secteur professionnel spécifique avec des gens qui vont t’évaluer sur ce secteur là. Et là dernièrement je me suis retrouvée dans une situation où je pouvais plus y couper. Fait ton éval ou fait toi couper les vivres.
Du coup je me suis dit bon… j’ai quoi dans mes potes comme jobs chelou que je connais pas et que je pourrai trop les faire chier ? Tient… mais oui… des codeurs. Je vais aller faire mon éval avec des codeurs !!!

Je crois, juste je crois hein, que j’ai pas fini de rire… Et eux de pleurer. Eh les gars ! J’arrive ! Et chuis d’humeur taquine en ce moment. Je vais te faire chier 8 heures par jour pendant une semaine. Je suis joie.

18 commentaires pour “L’évaluation en milieu de travail (la before)”

  1. Mellie dit :

    Parait que pole emploi ne doit plus radier si tu ne vas pas aux convocations, je dis ça je dis rien…

    A part ça pour le gars j’aurai pensé comme toi.

  2. Did dit :

    « Il parait » ? Nanan, même pas je tente. Tu sais que mettre il parait et pôle emploi dans la même phrase, ça porte malheur.

    Oh mon dieu qu’ai je fais ??? Mellie, c’est encore de ta faute ça merde ! Bah pas grave, demain je dirai à mes codeurs que je kiffe windows vista (et pourtant, sans rien y paner, qu’est ce que j’en ai chié avec ce truc). Chuis assurée d’en tuer trois d’un coup, et en plus, c’est toi qui les aura sur la conscience.

  3. Mellie dit :

    Même pas peur, j’ai un informaticien à la maison, je le tue dès que je parle pc (la preuve je reste sur xp, il est sur windows 8).

  4. Did dit :

    Ah. Ton mec vient d’en tuer 2 de plus. Houla !!! Gros gros débat on dirait. Le codeur, cet animal étrange. (Tuez moi)

  5. Sed dit :

    « codeur » comme dans « parle-moi pas, j’écoute de la musique de merde au casque, j’ai un bug de merde à débugger, je veux des boobs » ? Quelle branche ? jeu ?
    Je veux dire, y a codeur et codeur quoi.
    « ils sont passé » -> « ils sont passés » merci. Le basique dans une solution aqueuse.
    T’as pas la forme ma petite (je maîtrise la psychologie didesque). Tu te transformes lentement en bisounours. Ça va mal finir.
    « La communication m’emmerde encore plus parce qu’elle me coupe des interactions sociales normées. » Y a que moi qui trouve pas ça clair ? T’as trouvé ça dans la grammaire à Chomsky ?
    Bien, enough questions.
    Le super bowl ça m’a gavé, je suis allé dormir avant la mi-temps. C’est con j’ai raté le fun de la coupure de courant. Qui s’en fout ?
    L’anpe c’est vraiment de la merde. T’as la poisse dis-donc. La dernière fois que j’y étais, ils me faisaient pas trop chier. Ça doit dépendre de la branche. Faudra que je m’y remette. Vivre aux crochets de ma moitié, c’est limite parasite. Qui s’en fout ?
    Le poussin piou.
    Oulà, mais c’est bientôt l’heure de pblv !

  6. Mellie dit :

    « La communication m’emmerde encore plus parce qu’elle me coupe des interactions sociales normées. »

    euh pour moi c’est clair.

  7. Sed dit :

    Okay. Bon, j’explique mon doute.

    « communication » : échanger des informations entre deux entités, disons deux individus de l’espèce humaine, disons par voie orale. Exemple : « bonjour, je voudrais un pain s’il vous plaît » « tenez, 80 centimes » « merci, au revoir » « bonne journée ».

    « interaction sociale normée » : deux individus se trouvent dans un même espace, à une distance faible, et échangent des messages selon un protocole donné, une norme sociale.

    Je vois pas en quoi le dialogue ci-dessus coupe d’une relation sociale normée, comme décrite ci-dessous. C’est à fond dans le normé.

  8. Did dit :

    Ok… Attends Mellie je crois que j’ai saisi.

    Mon petit Sed. Qui s’essaye à l’art du troll. Par quoi je commence ? « interaction sociale normée » : deux individus se trouvent dans un même espace, à une distance faible, et échangent des messages selon un protocole donné, une norme sociale.
    C’est ça le truc, ça je sais pas faire. La distance était pas faible, et les messages pas échangés selon un protocole donné. Le protocole, comme tu dis, voudrait que j’ai passé ma soirée à rifougnier avec ce gars, un peu à la kikoo salut tu fais quoi dans la vie c’est sympa hein comme soirée NON J’DIS C’EST SYMPA HEIN, et sinon t’en as une grosse ? Ca m’intéresse. Je parle de bibliothèque bien sur.
    Moi j’ai passé ma soirée à 15 mètres de lui, parce que dès que j’ai commencé à papoter avec lui je me suis sentie heuuuu troublée, et c’est en partant, comme une connasse « heu au fait tient mon num blablabla ». D’ailleurs mon pote s’est étonné… Mais ça va pas Did ? T’as pas fait ta Did (un jour j’expliquerai ce mode de vie, que dis je, cette façon d’être, que dis je, ce concept révolutionnaire).
    En ce sens, l’interaction sociale n’est pas normée, je sais pas faire connard. C’est plus clair ou bien ? Il te manque un peu de pratique en psychologie didesque non ?

    Pour la suite du mode troll…

    Dans quelle branche les codeurs ? Chaque chose en son temps, apprends à gérer ta frustration mon petit.
    Merci pour la faute d’inattention. Oui, je sais être polie quand il faut.
    Je ne me transforme pas en bisounours, je t’interdis de dire ça. Je trouve juste que la guerre c’est moche et la mort c’est pas bien. Et les gens qui se suicident, j’en parle même pas, ça me fait mal à l’intérieur de moi. By the way, la syntaxe chomskienne t’emmerde.

    Bon pour la tentative de troll méga hardcore. Tout est à faire mon dieu tout est à faire !!!

    Moi j’ai kiffé le super bowl, par contre j’ai pas compris à quoi servaient les gars avec leur balle avant et après le concert de beyonce (tu vois le mode troll là ?). Par contre l’italie qui fout une tannée à la france en rugby, là j’ai eu mal.

    Ah tient oui, c’est l’heure de la redif de pblv. Ah ce Sed, toujours un temps d’avance.

  9. Sed dit :

    Mais arrêtez-la !
    C’est pas un troll. Ta phrase n’a aucun sens dans mon cerveau.
    Je peux mourir avec ce petit dérangement passager, du moment que tu meures avec la pleine conscience d’icelui.
    T’as vu ce run de 109 yards ? T’AS VU CE RUN DE 109 YARDS ?
    Moi j’aime bien quand la France perd. Pis j’aime bien Galtier, il est pas chauvin, ça change.
    Pis tu crois que Martial il va la réussir son arnaque ?
    Mon Dieu qu’il est tôt.

    Ton horloge de site est en avance d’une heure sinon. Il doit être en heure d’été.

  10. Tchabio dit :

    Belle motivation à voir le mur et à prendre de l’élan pour aller dedans… Impressionnant.

  11. Did dit :

    En fait Sed, je ne comprends pas ce que tu ne comprends pas. Mais c’est pas grave, j’ai la pleine conscience d’icelui (comment tu te la pètes…) et ça ne me pose aucun problème.
    J’ai pas fait gaffe au run de 109 yards, c’était pas le truc avant le concert, avec les types aux épaulettes avec la balle ? Oui si ? J’ai bon ? Et Martial, c’est pas un joueur de croquet ?

    Sinon je t’invite quand même à saluer Tchabio. En tout cas moi je te salue bien bas Tchabio. Je t’avouerai que dans un premier temps la main me piquait un peu et que la perspective d’une rencontre entre celle ci et ta joue a fortement enchanté ma matinée. Mais après réflexion, je dois t’avouer que je m’incline, le troll parfait c’est toi. En une seule phrase tu réussis à être plus creux et inutile que moi en 8 ans. Je suis admiration.

  12. Sed dit :

    Martial dans pblv quoi… MENFIN! (attrapée)

  13. moq qui a mal dit :

    aaaaah ma Did, tu es ma jumelle, purée je comprends pas les messages subliminaux ni les sous entendus…. moi quand j’ai envie de baiser c’est simple le message set ultra clair. Mais je n’arrive jamais à savoir quand est ce qu’une nana a envie : de baiser, parler, câlin, amitié…. le langage codé m’emmerde.

    Dire à son patron qu’il est un con….je l’ai fait de nombreuses fois, ça ne m’a pas toujours aidé dans ma carrière…ça m’a ralenti dans l’avancement, heureusement je suis pas trop mauvais dans mon travail du coup on me pardonne parfois certains écarts.

    Vista, Windows 8 ?? pffff Ubuntu, Debian ou Centos c’est mieux.

    pfff je parle pour rien dire, en même temps en ce moment j’ai plus envie de crever qu’autre chose….. et de crever les gens aussi.

  14. Did dit :

    Heuuu alors… non moq, on est pas jumeaux non. Peut être que sur certains trucs on peut éventuellement pourquoi pas trouver quelques point de convergence mais on va s’arrêter là hein. Moi je suis grossière, toi tu es vulgaire (hou elle est belle là, je m’embrasse encore la main dis donc).
    En fait ce mec je veux pas le baiser hein, la baise c’est facile hein. Lui je veux ce qu’il a dans la tête. Et là chuis une vraie meuf.

    Par contre vos trucs de codeurs mais stop pitié quoi. Vous m’avez pourri mes années de fac ! Oui j’avais une spé dans le domaine, oui j’ai fait du dev ! Fuck !!! Allez tous vous pendre !

    Tient ça va mieux.

  15. Tchabio dit :

    « Sinon je t’invite quand même à saluer Tchabio. En tout cas moi je te salue bien bas Tchabio. Je t’avouerai que dans un premier temps la main me piquait un peu et que la perspective d’une rencontre entre celle ci et ta joue a fortement enchanté ma matinée. Mais après réflexion, je dois t’avouer que je m’incline, le troll parfait c’est toi. En une seule phrase tu réussis à être plus creux et inutile que moi en 8 ans. Je suis admiration. »

    Si envie de violence il y a eu, c’est pas pour rien… Si vraiment si creux et inutile j’avais réussi à être pour toi, tu en aurais juste rien eu à foutre.
    Après, c’est vrai que c’est inutile, puisque tu sais sans doute très bien que n’importe quel mur qui passe semble te tenter comme pas permis, juste pour sentir ce doux contact du béton et et et… en fait un post.
    Le vrai truc inutile en fait, c’est de venir et de le faire remarquer, là dessus tu as totalement raison, mais que veux tu chacun a ses propres comportement d’échec.

  16. Did dit :

    Mais ça taille sévère !!

    Qu’imagines tu Tchabio ? Que parce que j’écris des trucs ici, alors c’est la réalité ? Que c’est mon journal intime ? Que parce que je dis que je suis en roues libres, je suis vraiment en roues libres ? Que c’est ici que je vais parler de ma vie privée ?
    Effectivement je n’en ai pas rien à foutre. Les agressions gratuites sur un truc aussi futile et inutile que ce blog peut l’être… je pige pas. Alors oui je réponds, et j’ai la main qui me démange.
    Tu t’imagines que tu me connais, que je suis incapable de me remettre en question, que je vais me jeter sur le premier mur qui passe avec bonheur parce que c’est la seule chose que je sais faire. Tu te trompes. Tu ne me connais pas. Je me permets d’insister sur ce point, tu ne me connais pas, les gens changent. Je change aussi, en 5 ans t’imagines même pas comme j’ai bougé. Difficile à admettre, surtout lorsque je ne me répands pas là dessus ici.

    Deux choses, soit tu es, je ne sais pas, agacé par le contenu inutile de cet endroit, et je t’invite à passer ton chemin. Soit le sentiment que ma vie est tellement pire que la tienne te rassure, et dans ce cas là fait toi plaisir. Mais tes agressions gratuites… creuses et inutiles.

  17. mathieu dit :

    Tous ces commentaires forment un post, un post en commentaire, et tout ça en mode communication, c’est à dire à plus que toit toute seule,… Pas mal,…

  18. Did dit :

    Et sans me la jouer Corée du Nord. Putain, un jour tu vas voir que je vais tenir une vraie conversation.

Laisser un commentaire

Security Code: