Manuel de survie en territoire (très) hostile

Il y a peu, j’étais au boulot et j’ai découvert une porte. Je l’avais jamais vue jusque là, mais voilà, on my way to mon bureau, tous les jours je passais devant cette putain de porte… Et elle m’intriguait !!! Mais elle donne où cette porte ? Et qu’est ce qu’elle fout là ? Et pourquoi quand je demande à mes collègues ils me disent tous « quelle porte ? », pourquoi j’ai le sentiment que tout le monde se fout de ma gueule ???
Alors un jour j’ai pris les nerfs (ouais parce que chuis comme ça moi, faut pas m’énerver ok !), j’ai ouvert la porte et encore mieux, « HE REGARDEZ TOUT LE MONDE, JE LA CLAQUE !!! ».

C’est comme ça que j’ai claqué la porte du social.

Ouais je sais les effets de style c’est pas trop mon truc hein. Ouais… J’y penserai la prochaine fois. Ou pas, ça dépendra si j’ai envie de te faire chier. Bref oui, je me suis barrée du social en claquant la porte. J’en avais plein le cul, je pouvais plus, j’étais tout le temps sur les rotules, tout le temps en colère, après tout le monde alors zob. Va voir ailleurs chérie (ouais je m’appelle chérie en privé), fait un break, t’y reviendras plus tard si ça te manque mais là j’aspirais juste à ce que ça s’arrête !!!

Alors que faire quand on se retrouve comme une connasse au chômage ? A part insulter copé sur twitter je veux dire, ça c’est pas une activité, c’est une passion c’est pas pareil, c’est un mode de vie, c’est… comme une drogue. Que faire ? Ben c’est ma « conseillère pôle emploi » (lol) qui me l’a dit : un bilan de compétence.

Et bien suite à un bilan complet (et sans coloscopie), je suis à même de vous donner quelques conseils si un jour vous en passez par là, parce qu’il faut être réaliste, un bilan de comp’, c’est quand même super violent. Voici donc quelques principes de bases pour survivre.

Tout d’abord, votre conseiller sera incompétent. Surtout, ne paniquez pas, c’est normal. En effet, un conseiller a une formation initiale de « conseiller en insertion professionnelle », il est donc apparenté travailleur social. Le socle du travailleur social, c’est l’incompétence, sans ça, dites vous bien qu’il ne peut pas bosser. Ainsi donc, prenez le bon côté des choses et dites vous qu’au pire, il existe la 3g pour surfer sur votre portable et insulter copé sur twitter.
Votre conseiller, bien que vous voyant une fois par semaine, n’aura jamais aucune idée de qui vous êtes ni de ce que vous foutez là. Ne vous méprenez pas. Il vous appellera tour à tour Lucie, Nicole, Joséphine, Julie et Anthony. Efforcez vous à chaque fois de garder votre dignité en rectifiant systématiquement le tir. Même si ça ne sert à rien, ça vous empêchera de lui défoncer la gueule à ce gros baltringue.
Il sera également faux. La première fois vous serez mal à l’aise face à son entrain un peu too much par rapport à la situation. Ainsi, lorsqu’il vous dira « BON-JOUUUUR ! ALORS ON VA FAIRE QUOI ? HEIN ? UN BI-LAN DE COM-PE-TEN-CEUUU AHAHAHAH ! », surtout, surtout, gardez votre calme. Pensez très fort « écoute connard, il est 8h30, je veux un café, j’ai pas envie d’être là, t’as des cernes pires que les miennes alors fait pas style steplait », pensez le seulement et dites « oui oui ». On appelle ça de l’anti PNL, tout ce que vous pensez, c’est exactement le contraire qui doit sortir de votre bouche.
Vous ferez avec lui le bilan de vos compétences (ça alors, pour un bilan de compétences on peut dire que ça tombe super bien). Vous ne savez pas pourquoi (et vous ne chercherez pas à comprendre ok !) il le fera sur un tableau. Avec des feutres qui ne marchent pas et il en fera des caisses de ses feutres de merde et vous parlera comme à un débile mental en disant « OOOOH BEN LE FEUTRE IL EST QUOI ? IL EST FA-TI-GUEEE ! AHAHAHAH ! ». Vous aurez envie de vous pendre. C’est normal. Je vous conseille toutefois vivement de ne pas le faire et de juste dire « oui oui ». Toute cette étape ne servira à rien, puisque la fois d’après il vous regardera en vous disant « Alors géraldine ? Vous avez fait quoi déjà ? Vous étiez esthéticienne non ? ». Là, je pense que vous pouvez vous permettre quelques fantasmes morbides. Simples ! Imaginez vous juste ce que vous pourriez lui faire à mains nues. Les objets viendront sur la fin du bilan, pas de précipitations s’il vous plait.
Il aura à coeur de vous faire rentrer dans des formations dites porteuses. Des formations qui concernent des métiers pour lesquels il y a plus d’offres que de demandes. C’est comme ça qu’à chaque fois il vous proposera une formation en équarrissage ou en chaudronnerie. Permettez vous dans un premier temps de faire une petite blaguounette pourrie, genre « les chaudrons ? Comme avec les sorcières ? Ah ça va pas être possible moi je veux être fée ». Devant la nullité de votre blague, ayez honte, puis dites « oui oui, enfin non » et reprenez vos compétences depuis le début. Commencez à introduire un (un, pas deux, un) petit objet sympa dans votre fantasme morbide quand il vous dira « Ah bon vous avez fait ça Françoise ? J’étais persuadé que vous étiez caissière. Vous savez ma belle soeur est caissière et… » là vous vous mettez en mode off et vous chantez de la merde. N’importe quoi hein, le but est de garder un sourire de circonstance et de pas lui péter la gueule à cet enculé.
Enfin, lorsque votre projet sera à peu près balisé, pour l’entretien final et la validation, laissez-vous un peu aller. En effet, il vous regardera avec des yeux de merlan frit en disant « J’habite en belledonne, j’adore la ville les activités les magasins mais pour vivre… ah non moi j’ai besoin d’espace, de vert, je dois être UN LA-PIN AHAHAHAH ! Bon Sophie je comprends pas on était pas parti sur une formation en équarrissage, pour une ancienne secrétaire c’est pas mal non, puis sans diplômes ça sera plus facile hein ? ». Là, ouais vous lâchez les vannes. Votre fantasme morbide que vous travaillez depuis 3 mois, ben allez au bout. Et en musique. En ce qui me concerne, je ne saurai que trop vous conseiller le combo sexy violent. En fond, vous vous mettez bad things de jace everett c’est radical. En effet, sur le fond ça laisse plein de choses possibles sur toutes les saloperies vous pouvez lui faire avec sur la forme un petit côté sexy lap dance. Pitié, vous venez de toucher le fond, gardez un peu de dignité quoi, et restez sex.

Bien évidemment tout ceci est imaginaire. Je n’avais bien évidemment pas un formateur mais une formatrice (qui sèche d’ailleurs dans ma cave là) et… Ah ben non tout le reste est vrai en fait.

Vous voilà donc paré pour l’expérience ultime de votre vie professionnelle : la reconversion en chômeur. Sur ce, je vous laisse, je vais pourrir copé. La dernière fois c’était hier et chuis en manque là.

6 commentaires pour “Manuel de survie en territoire (très) hostile”

  1. piero dit :

    Tu peux même pourrir les deux (fion et copé), ça occupe deux fois plus…
    Bonne journée petite fée !

  2. Did dit :

    J’avais kiffé pourrir morano. Moi j’ai peur de rien, surtout pas des ambulances. Le problème c’est qu’elle a découvert la fonction « bloquer »… Je place toutefois beaucoup d’espoir en Lionel Luca. Quand je vois sa gueule et ses tweets j’ai envie d’aller faire de l’équarrissage. C’est bon signe non ?

  3. piero dit :

    C\’est plutôt bon signe dans l\’absolu, mais rentrer dans une logique d\’affrontement entraine un énervement peu recommandé quand y a moins de soleil… Ne vas pas te faire de mal, surtout que pour équarrir? équarisser? equerrer?… dépecer dirons-nous, il faut une bonne dose d\’énergie ! Allez hop penses à prende tes chocapics !
    Bref…

    P.S. : put@#! de security code

  4. Did dit :

    Il fait chier tout le monde ce security code. Enfin non c’est pas vrai. Pas moi, because Registered user do not need to go through CAPTCHA test. Du coup je le vis bien.

    Sinon tu crains sérieux. On dit équarissager. Respecte mon futur métier steplait.

  5. Juju dit :

    hahaha!!!! Alors ça avance quand même?

  6. Did dit :

    Ben écoute plutôt ouais. Elle a enfin compris que je ne m’appelais pas Julie et elle a intégré que les RH non seulement c’était toi, mais qu’en plus ça t’intéressait pas.
    Par contre maintenant bien sur c’est pole emploi qui fait chier, qui veut pas valider ma formation parce que : « renseignez-vous bien, un écran c’est pas pareil qu’une tablette » (véridique). Du coup j’ai très envie de tenter la technique dite du « doigt dans le c** » et de passer par un cif. Ou de rester au chom aussi… j’hésite.

Laisser un commentaire

Security Code: