La punition

Hé oui, la punition, la pounizionne, ze punishment. Il arrive comme ça, parfois, que toutes vos erreurs doivent être payées, hop allez faut passer à la caisse maintenant !!! Ben voilà, moi c’est arrivé il y a pas longtemps. J’ai payé pour mes fautes. Et j’ai payé chers. Alors je me demandais au début si c’était une punition de mes péchés ou une punition pour mes conneries entre le 20 mai et le 21 juin… mais vu l’intensité du truc… je pense que là je repars avec un karma à zéro.

Il y a peu, j’ai été de mariage.

J’ai toujours haïs les mariages. Enfin… dans mes représentations quoi. Non parce que le seul mariage auquel j’ai assisté (et oui, 29 ans, un seul mariage à son actif, on appelle ça la toute puissance), on était cinq. En comptant le maire. Et les témoins. Et les mariés. Avec le marié qui tapotait sa montre en regardant le maire d’un air tu-pourrais-te-bouger-le-cul-merci, avec le maire qui s’excusait de devoir suivre le protocole. Un mariage administratif quoi. C’est arrivé à des potes qui se sont reproduits et qui se sont rendus compte un jour que HAAAAAAAAA mon dieu mais il est vivant !!! Il pense et tout !!! Et je je… qu’est ce qui m’arrive… HAAAAAAAAA je m’attache à mon gosse !!! Et si je crève il lui arrive quoi ??? HAAAAAAAAA hop mariage. Donc pour moi le mariage ça ne peut que représenter ce que je déteste : la chenille, les jeux débiles, bézu, l’enfer et la damnation.

Mais je m’égare. Parce que là le mariage dont je parle c’est pas pareil du tout non non non. Déjà c’est la famiiiille… et oui… Et puis tu reçois une invitation cartonnée avec une invitation pour la cérémonie à la mairie (haaa…), à l’église (hoooo…), au vin d’honneur (ouaiiiiiis) et au repas… La totale quoi. Avec toute la famille. Tout le truc. Donc ça veut dire bien habillé. Pfffff bordel de merde !!!
Donc j’ai fait mon maximum, j’ai mis une jupe (et oui, et oui, et oui ! Parfaitement monsieur oui ! Une jupe !!), des sandales avec des talons, un petit haut cintré, du maquillage (et oui, et oui, et oui…) bref la totale j’étais une fille quoi !!
Alors à l’arrivée (c’était dans le sud de la france), déjà on était dans le bain, les invités de la mariée : 140, les invités du marié : 15. Voilà, ça c’est fait, hein, pourquoi perdre notre temps dans des futilités après tout. Bon la mairie ensuite… 50° à l’intérieur. Adieu belle tenue, maquillage, dignité physique sans auréoles sous les bras. Tout ça pchhhh envolé !!
Alors à ce moment là je vous avoue je nous sentais en position dominante, ma famille. On partait bien connard déjà. A la mairie genre y a 4 pélos qui sont rentrés parce que « ha non ho t’as vu la chaleur peuchère ? ». A l’église ensuite c’était pire. 140 personnes qui chantaient les cantiques et se signaient toujours quand il fallait et comme il fallait contre 15 connards qui regardaient leurs pompes en sifflotant… Déjà là quand même, avec Soeurot on se disait que quand même, on est méga fort. Ma mère s’est même octroyé le luxe du petit fou rire qui va bien au moment qui va pas bien, c’est-à-dire quand tout le monde ferme sa gueule, y compris le curé. On appelle ça la champion family (prononcez tchempionne).

Mais on a très vite déchanté. En partant de l’église pour le truc où on prenait le vin d’honneur, à un moment donné le père de la mariée, en plus de nous filer les fleurs pour le banquet (ho mon dieu putain oui c’est vrai, qui dit mariage dit banquet !!! HAAAAAAAAA !!) fait carrément arrêter toutes les bagnoles en plein milieu de la route, sort son petit escabeau et prend une photo. Mais non c’est pas du tout mégalo… Regardez toutes les bagnoles pour le mariage de ma fille…

Ensuite on arrive à la salle. Ze salle. Et on voit le père de la mariée se diriger vers une porte avec écrit entrée dessus. Alors nous au lieu de faire le poireau avec nos fleurs genre on est des guedins dans nos têtes on le suit le mec. Et en fait non, il nous demande de pas rentrer, de faire le tour, pour les invités faut faire le tour.
Il est 18h… on y est depuis 2h… j’ai mal aux pieds, j’ai chaud, j’en peux plus, je veux juste rentrer chez moi et LA PUTAIN DE TA MERE IL EST QUE 18H ET LUI IL ME FAIT CHIER AVEC SES FLEURS !!!! Mais tout va bien. Gardons quand même le contrôle. Et le peu de dignité qu’il me reste, et qui ne tardera pas à s’envoler de toute façon…

Bon la suite, demain. Chuis fatiguée là. C’est que c’est les vacances hein.

3 commentaires pour “La punition”

  1. piero dit :

    la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite, la suite !

  2. Sed dit :

    « Eh oui », pas « et oui », si je puis me permettre (je peux, la putain de sa rasse).
    Allez, bonne continuation. Je te kiffe grave tit’ gadji. Et putain, qu’est-ce que c’est d’la merde, mais qu’est-ce que tu le dis bien (certes, tout le monde se fout que je kiffe, mais là n’est pas le propos, tas de prolétaires avinés).

  3. Administrator's brother dit :

    « Race », et pas « rasse ». Mais je dis ça comme ça hein…
    Sinon, si tu veux corriger des fautes, les skyblogs n’attendent que toi.

Laisser un commentaire

Security Code: