La convocation

Aujourd’hui hé non braves gens point de Marineland… Je ne suis toujours pas remise. Et puis j’ai mieux que ça.

Pour cela hop ambiance contexte pchhhhhh houaaa c’est magiiiique. Reprenons à mon premier boulot dans le social avec mes bernardos. Nous avions un outil (je dis outil ça fait super professionnel je trouve) donc un outil qui s’appelait le cahier de liaison, dans lequel nous racontions le quotidien quoi, ce qu’on note ce qu’on voit machin truc bidule. Et moi youhouuu c’était un peu folklo quoi quand j’écrivais parce que j’écrivais comme ici. Et un jour l’éduc il me dit « bon écoute did c’est pas possible tu peux pas écrire comme ça, si on se fait saisir ça passera jamais devant un juge » (en fait on peut se faire saisir ce cahier il est pas confidentiel quoi, donc effectivement faut faire gaffe à ce que tu marques dedans) « hiiiiiiiii mais comment je vais faire pour m’exprimer moi ?? » « ben comme tout le monde t’as qu’à faire un blog » « … ». Et voilà ce qui m’a mis dans la merde puisqu’aujourd’hui je suis toujours là…

Donc là hop transposition hop presque le présent j’arrive dans la nouvelle équipe au mois de mai. Et là j’hallucine quand je vois leurs écrits… Ils se lachent ! Ils écrivent avec leurs tripes tout ça tu vis leurs journées avec eux. Donc moi hop direct je me lache. J’attends les réactions j’ai deux trois retours positifs ça flatte mon égo c’est sympa alors je continue. Pour être sure que je suis dans les clous je passe même une heure sur le truc avec mon formateur de terrain pour m’assurer que voilà ça craint rien même si on se fait saisir. Pas de problèmes vasy lache toi sur le cahier c’est toujours mieux que sur les gamins. Et là champagne yeaaaah.

Donc on part en camp. A 500 bornes. Deuxième jour on va à la plage on rentre et là message sur le portable de l’équipe, le directeur qui veut être rappelé en urgence. Pas le chef, le directeur. Et le directeur il a une quinzaine de services, tu le vois jamais, il fait principalement de l’administratif. Donc quand il appelle, c’est qu’il y a un gros soucis. Et c’est sans étonnement que je vois les éducs blêmir. Etant stagiaire je la joue hooooo c’est ballot alors… un problème institutionnel… merde alors. Bon ben du coup ça me regarde pas je file dans ma piaule. Et c’est par contre avec un étonnement non dissimulé que je vois apparaitre un éduc à ma porte… « heu… en fait c’est pour toi ».

Montée de sueur.

Bordel… « heu… allo ? » Vous savez ceux qu’on dit avec une petite voix aigüe parce qu’on sait qu’au bout du fil… ça pue. « oui bonjour directeur à l’appareil on se connait pas je crois ». Pas encore, mais j’ai envie de dire que vu qu’il s’emmerde à appeler la stagiaire à 500 bornes, ça va pas vraiment tarder… « Oui alors voilà je vous appelle au sujet d’un incident que vous avez relaté blablabla ». En fait le truc c’est qu’on avait un gamin qui avait fini au commissariat pour une grosse connerie et donc hop plainte garde à vue saisie du cahier de liaison… Et là le directeur il était au commissariat en train de déchiffrer mon humour à 5 centimes… Et bien évidemment ça c’est fini par « bon et puis vous êtes stagiaire hein vous en faites pas mais… vous prendrez rendez-vous la semaine prochaine… on parlera de vos écrits ».

Là chuis en vacances. Je pense que je vais attendre la rentrée.

Mais quelle vie de merde.

2 commentaires pour “La convocation”

  1. Keraoc dit :

    C’est ça, de vouloir bien faire.

  2. mellie dit :

    Hum hum en même temps tu t’es collée à l’ambiance interne :D puis à part un remontage de bretelles il peut pas faire grand chose, si ?

  3. axolotl dit :

    et il est où le tien de carnet de liaison Did ?

Laisser un commentaire

Security Code: