Mes voisins

J’habite en immeuble, ce qui en soit, déjà, à la base, est de la merde. Pourquoi est-ce que vivre en immeuble c’est de la merde ? Parce qu’on a des… voisins, et que les voisins c’est de la merde.

Déjà moi je partais connement du postulat de base que tes voisins, c’est pas parce qu’ils habitent la porte à côté que t’es obligé de savoir qui ils sont comment ils vivent blablabla. Grave erreur !! Une fois, je rentre chez moi, je m’arréte à ma boite aux lettres et là y a un gars, inconnu au bataillon. Comme je suis une fille de bonne famille je dis bonjour poliment, petit sourire, je suis là en amie. Et là le gars il voit le nom sur ma boite et il s’exclame « hoooooooooo c’est vous la petite ardéchoise !!! ha ben dites donc, avec ma femme on pensait que vous aviez déménagé, on vous voyait plus, alors guislaine elle me dit ho ben la p’tite tu vas voir qu’elle a déménagé ». Ok d’accord, on se calme !! « Heuuuu… ben… non… ». Depuis je me boucle à double tour.
Une autre fois on vient me voir parce que « vous avez pas vu des trucs bizarres dans la cave ? non j’vous demande ça parce que comme vous y allez souvent, avec vot’ vélo là, z’êtes une grande sportive vous hein ». Mouahahaha. Oui. Non y a rien de bizarre dans les caves… Ok ça suffit maintenant vous avez vraiment rien de mieux à foutre de vos journées que de glander à vos fenetres ? Y a pas pascal sevran à la télé ? Bordel !!!

Mais dans mes voisins surtout, il y a un couple de lesbiennes (oui, tient jo, c’est pour toi). Alors comment je sais qu’elles sont lesbiennes ? Et bien parce que vous voyez le cliché de la lesbienne ? Non pas la chaudasse super bien roulée qui fait pleurer n’importe quel homme pour une telle perte, pas celle là, l’autre. Le camionneur, oui voilà celle là !! Et ben voilà, c’est mes voisines ! Genre la première fois que je les ai vu j’ai pensé HAAAAAAAAAAAAA la vache !! Fille ou garçon ? Il a de la moustache, mais en même temps elle a des seins… Et j’ai dit « bonjour ». Oui je sais c’est classique mais j’aime le classique… Enfin bref donc voilà mes voisines lesbiennes sont un gros cliché de la lesbienne. Donc pendant longtemps on s’est contentée toutes de bonjour bonsoir, c’était très bien, les seules à pas savoir que j’ai un vélo, que je viens d’ardeche et que je bosse avec des bernardos. Rien que pour ça je les aimais.
L’autre fois, je sors un soir pour faire une activité ludique avec des amis en ville, à savoir pillave, et devant l’immeuble j’en croise une (la plus féminine, celle qui n’a pas de moustache), raide bourrée, et le pif en sang qui essaie tant bien que mal de traverser l’avenue. Là mon côté éduc fausse méchante fausse dominante vraie meuf sympa (ça me fait mal au derche de le dire ça) se met en branle et hop, je m’arrète pour lui demander si ça va, un coup de main pour rentrer peut être ? Et là la meuf elle me regarde (oeil vitreux, sang séché, remontées bourbonnesques) et me sort un petit sourire coquin, une petite voix fluette tendance j’ai clopé toute la nuit et le réveil est difficile et me fait « ouaiiiiiis, salut poupée ». Et merde. Jo il me l’avait dit pourtant qu’il fallait pas s’arréter devant les gens bourrés, que ça apportait que des emmerdes. Donc elle commence à me faire un rentre dedans tout à fait féminin (t’es boooooooooonne putain) avant de réaliser que je suis la voisine. On pourrait penser que la chute fut dure mais pas du tout. Elle a trouvé ça super pratique parce que « demain je passe je te fais la totale, non parce qu’en fait je vais t’avouer un secret, ma colloc, c’est pas ma colloc, c’est ma copine ». Ha boooooooon ? Tu déconnes ??? Ha vraiment hein, c’est fou ça… Tant bien que mal (plus mal que bien quand même) je réussis à m’extirper et à me barrer parce que « non mais j’ai rendez vous avec ma copine là (merde, chié, bordel) une amie !!! UNE AMIE… J’aime la bite hahaha faut vraiment que je file là » en entendant « demain chérie, la totale ». Après je crois qu’elle a dégueulé.

Et ben vous savez quoi ? Je pense que le lendemain elle a du se réveiller avec une énorme barre en travers de la gueule, en se disant probablement « ho non… ho c’est pas vrai, merde j’ai pris la honte devant la voisine du dessous (oui l’ardéchoise qui roule à vélo) ». Enfin je suppose que ça c’est passé comme ça, parce que son coup de je passe j’te fais la totale chérie, je l’attends toujours…

Aucun commentaire pour “Mes voisins”

  1. Fred Bird dit :

    …et c’est là qu’elle te lit (eh tu sais quoi, la voisine du dessous elle a un bloug, même qu’elle parle de nous, la µ*£#$!) et que tu viens de lui rafraichir la mémoire.

    Toc, toc.

  2. Jess dit :

    ahahahahah. tu nous raconteras comment se passe la rencontre « après ». Ca m’arrive jamais à moi de tomber sur une lesbienne bourrée (huhuhu) merde alors !!! à Paris ca devrait le faire pourtant !

  3. jojo dit :

    bon ben j’ai pas trouvé de conneries à écrire sur ce texte, il est bien en fait. du coup je vais pas commenter.

    Ah si.

  4. marssipu dit :

    S’il te manque du sucre ou du lait un soir, évite de frapper à cette porte.
    Bonjour Did, un petit bonjour, c’est pas si souvent.

  5. axolotl dit :

    Dis, tu sais que même dans une maison tu as des voisins ? Alors à part habiter dans le trou du cul de la Lozère, où ton plus proche voisin, c’est une chèvre à 10km de là, je vois pas…

    Sinon, on sent un certain regret dans le dernier paragraphe :D

  6. jp dit :

    J’aime bien « l’ardechoise qui roule à velo » … C’est tout à fait toi :D

  7. Did dit :

    @fred : je ferai toujours mon possible pour aider l’humanité, si grace à moi elle ses ouvient, alors je peux aller en paix.

    @marssipu : bonjour vous ! le sucre, j’ai a grand mère qui m’en pique dans sa maison de retraite :)

    @axolotl : c’est pas pareil (oui c’est tout comme argumentaire, et je t’emmerde)

  8. axolotl dit :

    Merci ;)

  9. alf dit :

    trop cool ton texte
    j ai 34 ans et je bosse sur privas
    a+

  10. Chill dit :

    Lol moi jé 12 an et jboss pa mdr sof kan je sui avek mme durand, ma prof de francé!
    a+

Laisser un commentaire

Security Code: