Amsterdam vol.2

Je pourrai trouver des tonnes d’excuses : mon pc en rade avec son alim qui me tue les oreilles, je pourrai dire aussi que j’avais… pfiouuuu des tonnes de trucs à faire mais en fait non j’avais juste la flemme, et puis mon chat a mangé ma copie…

Enfin bref j’en étais où moi ? Ha oui, on arrive à l’aéroport d’amsterdam, ou pas loin je sais plus le nom et puis de toute façon j’ai pas retenu beaucoup de noms durant ce court séjour… donc là aussi vasy paye toi les trajets pas possibles dans des couloirs à la con. Alors déjà un truc appréciable quand même, les panneaux ils sont pas écrits en français. Je suis à l’étranger, joie bonheur.
Bon après train central station miam blablabla.

L’après-midi, après avoir assuré le confort de nos estomacs pour quelques jours (pain, nutella, fromage, charcuterie… pas de commentaires), on va faire un tour en ville. Alors déjà, a Amsterdam, quand t’es piéton et que tu marches sur une piste cyclable… ben tu marches pas longtemps. Et puis tu te fais moisir la gueule. Enfin je suppose que c’est ça parce que, toujours joie bonheur, je suis à l’étranger je comprends pas un mot de ce qu’on me dit c’est trop bien. Bon on visite hein, on voit des canaux, des églises, même un chateau, des briques (beaucoup de briques), des hollandais sans caravanes mais à vélo qui chantent scatman (vous vous rappellez ?), on fait des tonnes de photos pour les parents et on passe aux choses sérieuses. Le coffee. Parce que faut pas déconner non plus.

Alors la première fois qu’on va dans un coffee shop ça fait bizarre. En même temps à amsterdam la première fois ça fait tout bizarre. Tout ce que tu vois c’est… bizarre. Donc le coffee ne déroge pas à la règle, et ça m’a fait bizarre de me dire que je roulais en public, mais que j’avais le droit. Et puis ça fait super bizarre de demander un « menu », et de voir des noms si bien connus (skunk, ma pire ennemie, white widow, skuff, afghan putain c’est bizance) là, devant toi, à tes pieds, qui t’appellent. Alors on opte pour de la bubblegum (une funny one elle a dit la dame) et en gros c’est parti pour… ce qui reste de temps à fumer. Comme ça au moins… Comme dirait ma mamie, ce qui est fait n’est plus à faire, comme quoi les vieux détiennent bien la vérité vraie. Et le soir on est partie complaitement raide dans le Red Light. Et là j’ai vraiment trippé.
Bon, on l’a mérité notre red light en tout cas, parce que franchement amsterdam c’est super facile de s’y perdre (pourtant c’est pas grand) parce que c’est une ville en arc de cercle, du coup tu crois aller tout droit alors qu’en fait non pas du tout) enfin bref c’est raide et en retard qu’on est arrivée dans la rue principale du red light (me rappelle plus le nom) et là pendant 10 minutes je suis restée bouche bée devant le spectacle qui s’offrait à moi. Des vitrines rouges, des sex shops, des peep shows de partout. Et surtout… une marée humaine devant, 80% de mecs. La première fois que vous voyez ça, c’est hallucinant. C’est glauque, c’est sordide, une face les plus nobles du capitalisme : la bite et le pognon… Bon, on sort très très vite des clichés hein mais sur le coup ça fait ça.
Alors en tant que gonzesse, accompagnée d’une gonzesse en plus, dans le red light, on a un peu l’impression d’etre comme la tapisserie. Invisible. En même temps quand tu regardes ce qu’i y a dans les vitrines et… toi bon ok c’est normal. Mais du coup ça permet d’observer super tranquillement les gens qui vivent autour de vous. Et c’est marrant quand même. Donc il y a en gros 2 catégories de touristes. La première c’est la catégorie 20-30 ans en gros. Complètement défoncés, à faire les chauds devant les vitrines pour attirer l’oeil de la bombe au corps parfait, celle du deuxième étage… Donc eux à part faire les chauds défoncés, ils ne font pas grand chose d’autre. Au mieux ils iront dévaliser le sex shop d’à côté, ou se finir au peep shox d’en face mais très peu auront le cran de s’approcher un peu trop prés de la vitrine. Et puis il y a l’autre catégorie, celle du cinquantenaire qui sort du repas d’affaire, en costard armani. Lui, il a probablement fait une bonne bouffe avec ses collègues après le fameux « séminaire d’été », il a du aller fumer son petit pétard devant un café , et il arrive dans le red light avec ses collègues, avec qui il parle toujours du portefeuille d’action de robert (oui parce qu’il parle français en plus) juste avant de s’arréter devant une vitrine et de dire « bon je prends celle là, à tout à l’heure »… Elle me plait bien la deuxième catégorie quand même. Je crois que si j’avais été un homme j’aurai beaucoup aimé vivre ça…

En rentrant, on s’est posée à dam square, la grande place d’amsterdam. Banale, peut être même un peu moche quand même, avec un machin super phallique d’un côté et un mec déguisé en Mask qui fait la statue de l’autre… Enfin bref on se pose là, on allume une clope (sisi, la seule du we en plus…) et on attend pas 3 minutes et hop pssss cocaine exctasy… Décidément j’adore cette ville. Bon quand même trop de drogue tue la drogue, donc on le rembarre gentiment et on a pas le temps de reprendre nos activités verbales (je crois que je suis une peu raide là non ouais non normal t’inquiète moi aussi) que les 15 gars d’à côté nous font gentiment comprendre que pour la bagatelle y a pas de soucis (normal, on était sortie du red light, nous avions repris corps et existence)… Décidément, j’adore Amsterdam…

Bon ben à dans trois semaines pour la suite hein.

8 commentaires pour “Amsterdam vol.2”

  1. axolotl dit :

    Drogue, sexe et rock’n'roll… Sans le rock’n'roll parce que ça fait mal à la tête… Finalement, ta vie est d’une banalité, même à Amsterdam :)

  2. yoyo dit :

    pourquoi y a pas des bars pour les femmes avec des prostitues hommes? Hein.

  3. Did dit :

    Parce que les femmes, niveau marchandise, sont beaucoup plus exigeantes que les hommes…

  4. jojo dit :

    ça fait longtemps que j’ai pas laissé de commentaires ici moi…

    foin ?

  5. Did dit :

    coup bas

    connard

  6. rachel dit :

    « Parce que les femmes, niveau marchandise, sont beaucoup plus exigeantes que les hommes…  »
    un tuyau en beton armé les mecs? marrez vous a la blague du scout…
    comprenne qui pourra

  7. did dit :

    tu viens juste de tuer la meilleure blague du siecle.

    bravo.

  8. rachel dit :

    oui mais qui a tué le scout?

Laisser un commentaire

Security Code: