Archive pour juillet 2012

La Cour des Miracles

Samedi 21 juillet 2012

Aujourd’hui donc un peu d’histoire. Ca nous fera pas de mal ça nous rendra moins con bêtes. Oui alors j’ai trouvé la fonction barré et vous allez en bouffer bordel vous allez en bouffer !! Ou pas. (Ahahah ! J’adore ! Je kiffe ! Vasy ça y est ça m’a saoulée là !)

Bon non en fait on va pas du tout parler histoire on s’en tape mais ça vous l’aviez déjà compris puisque ça fait que depuis 2005 que je vous fais le coup. En fait il y a 3 ans j’ai décidé de sauter le pas.
Et oui, il y a 3 ans, j’ai décidé d’aller voir un psy. Alors je sais pas s’il y en a parmis vous qui consultent, mais c’est très marrant une thérapie. Enfin très marrant… Le mot est peut être pas le plus approprié (du coup on pourrait écrire c’est très marrant une thérapie mouhahaha)… Quoique… Du coup je suis obligée de débarré mon marrant. Non mais faut que j’arrête avec ce truc.
En fait la thérapie en elle même est pas toujours marrante, surtout que j’ai choisi de ne pas faire une psychanalyse mais un truc en face à face avec quelqu’un qui parle. Beaucoup. Trop des fois. Non mais sérieux, le comble du comble c’est quand même de couper la parole à son psy pour lui dire « je peux finir ma phrase ? ».
Et puis vous méprenez pas hein. J’y vais parce que je sais qu’il est amoureux de moi, sinon pensez bien que j’en ai plus besoin… Hum… Bref, passons.

Non ce qu’il y a de marrant c’est que je vais consulter un psy qui doit lui-même consulter un psy parce que le retard chez lui, c’est pathologique. Quand il a une heure de retard, chuis contente. Houla ! Qu’une heure aujourd’hui ? C’est la teuf dis donc ! Alors je sais ce que vous vous dites. T’as qu’à passer la première, connasse. Donc non seulement vous êtes de gros malpolis, mais en plus vous me prenez pour une belette parce que bien sûr, j’ai tenté le « Dites, j’en ai marre hein, je veux le 1er rdv de la journée ! ». J’ai pas été déçue, je suis venue à 9h, j’ai poireauté 1/2 heure devant la porte. Pathologique j’vous dis !
Du coup quand tu consultes mon schrink, ben t’as le temps d’observer la faune qui fait le poireau avec toi. Et franchement, dans la salle d’un psy tu trouves de tout ! Les trucs les plus inimaginables de dans ta tête sont dans la salle d’attente de mon psy.

Alors il existe plusieurs catégories de fous furieux dans une salle d’attente. Que je vais bien évidemment vous décrire de manière bienveillante (c’te bonne blague alors !).

La 1ere catégorie, la plus soft, c’est la catégorie des anxieux. Ils sont super reconnaissables, ils ne supportent pas les blancs. N’y voyez pas une once de racisme hein, genre c’est que des noirs et si t’es blanc ils te cassent la gueule. Non, c’est pire, ils te racontent leur vie. Ils supportent pas le vide et ils sont prêts à te raconter la moindre merde pour pas se retrouver face à eux-mêmes. Du coup, ça donne des trucs chiants, genre le mec qui te raconte toute son épopée à carrefour avec un caddie qui avait une roue bloquée… Pffff… Non mais hé, mec, y a de la merde à ce point dans ta tête pour en venir à raconter ça ? Hein ?
La 2ème catégorie, c’est la catégorie du « je veux être discret mais en fait non, je veux que tout le monde me regarde ». Donc concrètement, c’est la meuf qui prend un appel dans la salle d’attente (10m2 hein la salle d’attente) et qui chuchote pour pas qu’on l’entende. sauf que tu l’entends… Surtout quand ça se transforme névrose hystérique. Genre la meuf qui décroche et qui chuchote à son mec ou son plan cul et qui d’un coup pète un plomb et se met à hurler (tout en chuchotant, oui c’est assez particulier mais ça existe, on peut hurler en chuchotant…) « OUI, JE SUIS CHEZ UN PSY, JE VAIS VOIR UN PSY A CAUSE DE TOI. T’AVAIS QU’A PAS ME BAISER CONNARD ». Donc là t’as quand même envie d’expliquer à la meuf que oui, tu l’entends et que tu t’en bats la rate de sa vie et puis forcément tu le fais pas. Perso je le live-tweete (oui un de ces quatre je vous parlerai de l’(in)utilité des réseaux sociaux. Ou pas) ça fait passer le temps.
La 3ème catégorie, c’est pas la meuf qui se transforme en grosse névrosée hystérique. Elle est hystérique. Hystérie doit être son prénom d’ailleurs. Donc en gros elle a attaqué sa séance en hurlant. C’est facile, j’avais l’impression d’être à côté d’elle. Et même en fermant la porte de la salle d’attente, j’entendais tout. Donc je vous passe les « ET MA MERE », les « ET MON MARI », les ET MON PATRON », les « ET LES GENS DANS LE TRAM » (ben prends ton vélo…), le tout entrecoupé de hurlements stridents (mais qui dépèce un chat vivant merde ?) pour passer directement à la fin de séance et au superbe écroulement dans le couloir dans le couloir avec Schrink derrière « Mais enfin on va pas faire comme la dernière fois hein, ce coup ci on appelle pas les pompiers ». Alors ce qu’il y a de bien avec cette catégorie là, c’est que du coup quand c’est ton tour et qu’on te pose la fameuse question « comment allez-vous » tu ne peux que répondre que fnalement, pas si pire. La salle d’attente est thérapeutique en soi.

Enfin last but not least, la dernière catégorie, celle qui m’a fait dire « Putain mais c’est pas possible il faut que je poste », c’est la catégorie des « je vais voir un psychiatre et pas un psychologue parce que j’ai une vraie pathologie et que j’ai besoin d’une ordonnance ». Et la dernière fois que j’ai mis les pieds dans cette salle d’attente, c’était juste festival. déjà, j’arrive, salle d’attente blindée. Ok… Combien de retard ? 1h30… Normal. Je m’installe, sors mon bouquin et là, en face de moi, que vois je ? Un cas…
Alors déjà la meuf rien qu’aux fringues tu sens qu’il y a un soucis. Parce que les tongs avec des chaussettes blanches qui montent à mi-mollet c’est violent… mais c’est violent ! Et puis la meuf avec 3 gros sacs tati plein à craquer… Ca va être long l’attente… Ensuite, comme c’était entre midi et deux, elle s’était pris un macdo. Là aussi mais festival quoi. Déjà paye ton odeur de graillon… et puis paye aussi ta façon de bouffer tes potatoes quoi ! A les tremper dans la sauce et les sucer (oui, les sucer) avec un gros SLUUUUURP. Mais merde quoi ! Ca devient maltraitant bordel !
Après… bon alors comment dire… je suis une roteuse exceptionnelle. Je vous mets tous minables quand je veux comme je veux. Et ben quand elle a fini son macdo, je peux vous dire que j’ai trouvé mon maitre. La vache ce rot de compet !!
Déjà là c’était super compliqué hein. Ne pas regarder les autres parce que sinon fou rire assuré. Mais c’est pas fini ! Que nenni ! Après elle a sorti plein de magasines de ses sacs. Un journal de mickey, un winnie l’ourson, un album panini avec ses autocollants et un appareil photo en plastique. Sur le coup, comme c’était tout emballé et qu’elle était en gros de l’âge de ma mère je me suis dit que ça devait être pour ses petits enfants. Pas du tout. C’était pour elle. Elle a donc collé toutes ses cartes panini à grands coups de « Ho Zuuuuut ! C’est pas droit ! », puis elle nous a lu winnie l’ourson (je vous rassure Bourriquet va bien) et enfin elle nous a tous pris en photo avec son appareil en plastique.

Tu vois ce sentiment d’être dans un monde ou rien n’a de sens pour toi ? Ben pareil. Et le pire, c’est que quand ça a été mon tour, Schrink m’a dit « oui je suis vraiment désolé pour le retard ». Que dire à part « j’ai l’habitude hein… » ? Ben là, il m’a dit « oui mais y a retard et retard, enfin non y a juste retard, mais des fois je sais que c’est compliqué la salle d’attente ».
Ben là, à part lui dire que quand même, des fois, sa salle d’attente, c’est un peu la Cour des Miracles, j’ai pas trouvé. Et le pire, c’est qu’il a réfléchi 3 secondes et m’a dit « tient, c’est pas faux ». La prochaine fois, je demande un rdv juste après un gros pervers. J’ai jamais fait encore le pervers.