Archive pour mars 2011

la gastronomie

Dimanche 27 mars 2011

Il y a peu, c’était l’anniversaire de ma moman. Pour célébrer ce moment, mon paternel nous a invité à manger dans un restaurant gastronomique.

Alors moi les restos j’adore. Un peu trop peut être, y a mes jeans en taille 38 là qui me supplient de faire une pause avec les resto. Si si, je vous jure, je suis sur mon canapé, et je les entends hurler dans mon placard « Pitiéééééé !!! Steplait, une petite pause avec les grosses bouffes là allez bientôt on va craquer. Et tu vas chialler. ». Et c’est vrai, si je fais pas le petit régime typiquement féminin dit « régime de printemps sinon je rentre pas dans mon maillot connard », mes jeans vont craquer et moi avec. Maiiiiiiiiis ceci est un tout autre sujet, j’en parlerai peut être un jour, de l’art d’accommoder la carotte crue à toutes les sauces (lights) sans que ça passe pour de la maltraitance digne d’un signalement aux autorités compétentes.
Bref le régime c’était pas pour ce we, puisque je suis allée poser mon gros cul dans un bon resto gastronomique pour me remplir la panse.

Alors autant les restos je pratique, autant le resto gastro je pratique pas. Le premier menu à 34€, la bouteille de pinard à 50€ (et là je vous donne les prix que j’ai pu subtiliser puisque les dames n’ont pas accès aux prix) c’est… je sais pas comment dire… Ha si je sais, c’est pas du tout dans mes moyens. Donc j’y vais pas. Je suis d’une logique à toute épreuve je sais.
Toutefois, l’expérience de ce we était super intéressante. J’ai été un peu ridicule hein, mais j’ai appris plein de trucs. Et je vais bien évidemment vous faire partager mon expérience, comme ça vous aussi vous pourrez vous la péter en société. Enfin… avec les ploucs quoi, genre moi je pratique le haut de gamme . Et vous direz merciiiii Diiiid et je dirai t’inquiète padawan c’est normal. Mais je suis très éparpillée ce soir.

Bref ! Alors, quand t’arrive dans un grand resto, LE truc à savoir, c’est que tu t’assieds pas. Non. On t’assoie. Alors ne faites surtout pas la même connerie que moi, à savoir rester comme un blaireau devant votre chaise en attendant que le type habillé en noir se casse, genre quand il veut il se casse l’autre con que je puisse m’asseoir, parce qu’il ne part pas. Non. Il vous pousse la chaise. Alors ça doit demander un peu de pratique parce que ça a été un peu laborieux hein. On s’y est repris à deux fois mais au final tout s’est bien passé. Juste, d’entrée de jeu je pense qu’ils ont saisi que j’étais une grosse belette.

Le deuxième truc à savoir, c’est que le type qui t’amène le pinard n’est pas un gros rat qui boit un coup dans ta bouteille, c’est un sommelier. Parce que sur le coup… « Hé dis donc connard, tu crois que je t’ai pas vu te servir un verre ??? Dans un bouteille à 50€ ?? Et tu le recraches en plus petite tapette va !! » Heu… non Did, il le goute lui avant de le faire gouter… c’est normal c’est un sommelier. Maintenant si tu pouvais fermer ta gueule steplait ça arrangerait tout le monde.

Le troisième truc à savoir, c’est que t’as pas accès à tes bouteilles et c’est normal. Elles sont pas sur la table, et faut pas te lever pour te servir ça fait paysouse. De toute façon t’as pas le temps. Ton verre est vide ? T’as moins de 10 secondes pour le regarder en l’état parce que tout de suite après, t’as quelqu’un qui vient te voir « Un peu d’eau ? ». Non merci ça ira. 10 secondes après « Un peu d’eau ? » « …Non… je suis au vin là… » « Je vous enlève le verre ? » « … Non… j’aurai peut être envie de boire de l’eau tout à l’heure… ». 10 secondes après « Un peu d’eau ? » OK T’AS GAGNE !!!! Vasy sert le ton verre d’eau là qu’on en parle plus parce que ça va m’énerver !!! Bref dans un grand resto si tu veux pas qu’on te fasse chier, faut que ton verre soit toujours plein.

Enfin le dernier truc à savoir, last but not least, LA bourde à ne pas commettre (et là chuis contente celle là elle vient pas de moi), c’est qu’à la fin du service, y a le chef qui fait le tour des tables (tout s’est bien passé ? Oui, le chutney de courgettes était merveilleux. C’était des petits pois… Oooops). Non sérieux, jamais ô grand jamais, quand le chef vient se présenter, on dit (comme mon père, sans balancer comme une grosse crevarde bien sûr) « Ha, c’est vous le cuistot ? ». Parce que je crois que toute la salle a entendu ses dents grincer, au « cuistot ». Non sérieux papa, 5 ans que tu te fanes un diner presque parfait tous les soirs et tu demandes au chef si c’est lui le… cuistot ? Va falloir te mettre à top chef hein…

Je pense que quand il est rentré chez lui, il s’est dit que s’il avait que des tables comme nous, sa vie serait à chier. Ou pas, parce qu’il a eu une longue discussion avec la table à côté sur le golf. J’ai jamais joué au golf… j’aimerai bien jouer au golf… monde de merde !!! Mais bon resto…

L’évènement futile de l’année

Mercredi 9 mars 2011

La semaine dernière, il m’est arrivée un truc de barge qui m’était pas arrivée depuis 1983… je suis tombée malade. Enfin non pas 1983, jusqu’à mes 18 ans, j’ai fait ma grippe annuelle, après comme j’étais à la fac et que j’avais plus ma mère pour me bichonner j’ai arrêté… Donc ce qui ne m’était plus arrivée depuis 1997.

Ha attention tout était dans le titre hein, futilité est mon surnom et j’en prends même pas ombrage en plus. Bref j’ai redécouvert des trucs oubliés depuis longtemps. Rangés dans les méandres de mon cerveau, avec tous les trucs qui servent à rien, comme les maths, lire les notices de montage ikéa (elle est un peu branlante ma bibliothèque billy dis donc…) et les normes sociales.

Je m’explique. Un soir, comme tous les soirs, je vais me pieuter, je me prends mon bouquin et là… Qu’est-ce qu’y s’passe t’il ? Pourquoi je… j’ai froid comme ça ? Ha non j’ai chaud… j’ai soif… POURQUOI J’AI MAL PARTOUT ??? Et pourquoi je tousse comme une tubarde ? La putain de ta mère chuis quand même pas malade ? C’est les malades qui sont malades, c’est pas moi.
Bref, le lendemain je me lève, avec l’impression d’avoir un goitre, à faire cough cough cough COUUUUUGH, j’ai chaud j’ai froid et putain qu’est ce que j’ai soif. Je dois faire face à la réalité je suis malade. Et si je suis malade, c’est forcément hyper grave, parce que c’est moi quoi, ça peut pas être genre j’ai une grippe. Je suis Did après tout merde.
Bon premier truc que je fais j’appelle le boulot pour leur dire que ça va être compliqué d’y aller et je suis reçue à grands coups de « Hey les gars j’ai Dark Vador au téléphone ! ». Un gentil collègue à qui j’ai pu dire que non seulement j’étais son père, mais que s’il faisait trop le malin, en bon trentenaire qu’il était juis achetais un tshirt waïkiki… et un sac banane. Non mais ho ! Je vais t’apprendre le respect moi.

Le deuxième truc, et là attention les emmerdes commencent, les vraies emmerdes commencent même, je suis allée chez mon médecin. J’y vais en trainant les pieds, en faisant rrrrargl j’ai maaaaal, avec 4 pulls, 2 gilets (oui des gilets oui, parfaitement, ET ALORS ?) et ma grosse doudoune alors que tout le monde se ballade en tshirt. Et là, joie bonheur. Intense satisfaction. C’est les vacances, mon médecin n’est pas là…
Alors, pour faire simple, trouver un médecin qui te prenne pendant les vacances scolaires, c’est facile, faut sucer. Y en a pas, ils sont tous en vacances. A 11h je trouve enfin un gentil docteur qui accepte de me prendre à… 19h30. Je hais les vacances scolaires, je hais les enfants, surtout les tiens.

J’agonise donc toute la journée en me demandant qu’est ce que je peux bien avoir. Ebola ? La peste ? Une infection due à une exposition atomique ? Comment ça va évoluer ? Est ce qu’il va falloir m’amputer de la tête ???
Bref, le soir je vais chez ce médecin que je ne connais pas mais dont je me rappellerai longtemps… Déjà, à l’entrée, il faut mettre un masque chirurgical, c’est funky hein, limite kawai mais quand t’es tout seul dans la salle d’attente ça n’a pas beaucoup d’intérêt…
Je passe dans le bureau du médecin :
« -alors qu’est ce qu’il vous arrive ?
-Mmmmh mmmmh mmh mmmmh
-Non mais vous pouvez enlever le masque là…
-Ha pardon… »

Bref juis explique, il m’ausculte et là… le diagnostic… fatal… « Ho c’est trois fois rien vous avez une rhino, c’est un gros rhume hein ». Ok… Voilà voilà…

Ben tout le we, je l’ai maudit ce con. Je crois que je vais retourner le voir pour qu’on définisse ensemble le concept de « gros rhume », parce que j’en ai chié des ronds de chapeau tout le we. TOUT LE WE !!! J’ai froid, j’ai chaud, j’ai soif, « allooooo » « hey cool dark vador !! », j’ai mal partout, je tousse et je m’arrache la trachée à chaque fois JE VAIS CREVER !!!!

Et le pire !!! C’est que là, ça va mieux, mais comme chuis en arrêt, je commence à sérieusement me faire chier !!! Alors je harcèle les gens sur twitter et sur facebook, et ils m’envoient chier ces cons là !! Alors je viens vous faire chier vous, y a pas de raison. J’en chie, vous en chiez. La vie, c’est comme son gros rhume à l’autre con là, de la merde !