Archive pour septembre 2009

L’entretien d’embauche

Mercredi 30 septembre 2009

Aujourd’hui c’est double dose. Soyons fou. De toute façon je suis au chomage j’ai que ça à foutre raconter des conneries toute la journée sur mon blog.

Donc comme je suis pas toute la journée à me toucher la nouille sur mon canapé (même si j’avoue une bonne partie de l’après-midi est consacrée aux séries (True Blood… Eric… Haaaaa Eric… Hey ! parenthèse dans parenthèse !! Haaaaa Eric…)) je cherche quand même du taf.
Et j’ai décroché un entretien !

Alors c’était un entretien pour un poste en prévention spécialisée. Vous savez, les éducs dans les quartiers. Ben voilà, là. Alors moi la prévention spécialisée j’y connais… attendez je fais le tour… bah… rien en fait… Je n’ai absolument aucune idée du boulot qui peut y être fait, que des représentations, à savoir heu… mmmh… ben territoire qui est la rue, nécessité de faire de la relation avant de renvoyer des trucs peut être un peu désagréable et puis ben dehors quoi. Un éduc de rue chais pas moi bizarrement je vois ça dans la rue.
Enfin bon bref faut que je bosse et puis un entretien c’est toujours ça de pris alors je vais à mon entretien.

Et je vais à mon entretien en décidant à la fois de faire des efforts et à la fois d’être moi-même. Ce qui je pense était une excellente idée à la base si je l’avais prise à l’envers. Je m’explique. J’ai décidé de faire des efforts sur ma tenue vestimentaire et d’être moi-même lors de l’entretien. Donc là c’est ferme et définitif, il faut que j’arrête d’être moi-même comme ça à vau l’eau (oui… je sais… je parle bien…) avec des gens que je ne connais pas et qui pourraient potentiellement être mes chefs.
Bon donc premier truc, les efforts sur l’aspect physique. Attention c’est du lourd. Petit jean de pétasse avec coutures et boutons violets. Petite chemise de sochiol workeuse violette assortie aux coutures du jean (sisisi). Bagouse de perles roses (sisisi aussi). Petit rouge à lèvre violine. Et coiffée pour la première fois depuis 1983. Donc là ceux qui me connaissent en vrai sont morts de rire parce que moi mon look c’est jean pourri, t-shirt pourri, coiffure à la ouaille et ongles rognés jusqu’au sang.
Du coup comme je fais des efforts sur la forme j’en fais pas sur le fond. Alors j’ai évité les gros rots hein, puisque j’avais saisi qu’on séduit pas comme ça. Mais bon, j’ai encore pas mal de boulot, puisque j’ai attaqué direct avec un concours de bite. Moi, toute mon expérience avec les gamins je l’ai faite dans des services d’urgence, qui n’ont rien à voir avec des accueils classiques. Et y a un des mecs qui attaque direct en disant « alors vous avez beaucoup d’expérience en accueil long ». Donc là au lieu de dire « ouiouioui vous êtes le chef » je dis « bah… non, j’ai fait que de l’urgence ! ». Donc là hein s’il avait eu des missiles à la place des yeux je ne serai plus de ce monde… Et il me dit « oui, c’est la même chose hein ». Et là au lieu de répondre « ouiouioui vous êtes le chef » je dis « bah… non, ça a rien à voir ce sont pas du tout les mêmes missions ». Donc là s’il avait eu une arme nucléaire à la place des yeux grinobeul serait rayé de la carte.

Bon pour le reste de l’entretien hein ils m’ont posé des questions auxquelles visiblement j’ai répondu comme une merde. Je pense que j’ai pas compris ce que c’était qu’être éduc de prev. J’ai tout misé sur la nécessité du temps pour entrer en relation avec les gamins puisque comme on est sur leur territoire faut pas arriver avec ses gros sabots genre « hep toi là bas ! mais tu fumes du shit ! c’est interdit arrête tout de suite ! »… Enfin en tout cas c’est un peu comme ça que je voyais le truc quoi.
Mais j’ai bien compris que quand on dit « on vous rappellera », c’est pas bon signe.

Ce qui s’est avéré vrai. Educ de prev… ils veulent pas de moi. Surtout que le poste était pour… vous voyez le pire quartier de grinobeul ? Ben celui encore pire. Du coup j’ai demandé à une pote éduc si elle m’y voyait, et elle m’a dit « oui oui sans problèmes… 4 minutes avant de finir dans une cave ».

Bon, ok, ma vie pourrait être plus à chier que ça, j’aurai pu finir éduc de prev.

La séduction

Mercredi 30 septembre 2009

La séduction est un art délicat, nous le savons tous autant que nous sommes. C’est un art encore plus délicat à 4 grammes.

Car oui j’ai quelques souvenirs malheureux de cette fameuse soirée où j’ai bu comme un trou et j’ai longtemps hésité à les mettre ici parce que c’est quand même bien la honte…

Donc il y a séduction et séduction. La séduction facile, où comment tirer un coup vite fait mal fait, ce qui est marrant à 20 piges et chiant comme pas possible à 30. D’ailleurs le signe que vous passez un cap c’est quand on vous propose une sieste crapuleuse avec un clin d’oeil et que vous dites « beeeen en fait je pensais plutôt faire un gâteau… ou mater le premier épisode de la nouvelle saison de heroes ». Qui va être à chier je le sais, mais qui vaudra toujours mieux qu’un coup vite fait mal tiré. C’est pas de la vulgarité c’est de la communication de base. Donc cette séduction là elle est facile. Un petit hihihi, un petit j’adoooore tout ce que tu dis si vraiment tout (surtout quand tu dis rien mais bon) et hop c’est joué !
Le problème se pose quand c’est l’autre séduction qui entre en jeu. Celle où ça se passe pas pareil, où y a un truc différent, celle où t’as pas envie de faire hihihi parce que c’est pas ce que tu veux. C’est pas une question de physique parce que le mec il a pas le charisme d’Eric (celles qui ont vu la saison 2 de True Blood me comprendront… Eric… haaaaaa Eric) ou le physique de brad pitt. Non voilà le mec il paye pas de mine rien d’exceptionnel quoi.

A part le truc en plus. L’autre fois, quand à 1h du mat on s’est fait foutre dehors par le gérant du bar on est allés se finir comme des porcs chez un pote d’un des collèges. Et là le mec j’ai tout de suite vu qu’il en avait une grosse. Pas une grosse, que dis-je, une énorme. Même si à ce moment là j’avais déjà 2 grammes je l’ai tout de suite vu qu’il avait une énoooooooorme bibliothèque. Et ça c’est pas de bol c’est mon point faible, ma big faille. Mais le truc de dingue quoi, un mur complet ho ! Des bouquins partout ! Et autant de la merde que pas de la merde ! Donc là forcément le type je commence à le regarder un peu différemment.
Et là je sens arriver la grosse galère. Genre meeeeeerde, va falloir le séduire, mais avec autre chose que mes nichons (que de toute façon j’en ai pas, sauf l’autre fois, avec un kleenex dans mon soutien gorge, bonnet b youhouuuuuuuuuuuu !!!!), allez vasy rame petite rame.

J’ai donc décidé que ça servait à rien de cacher mes défauts où de faire style nan c’pas vrai chuis pas tonchée non c’faux. Je suis normale. Je n’entends pas des voix dans ma tête qui me disent qu’un jour je serai maitre du monde et je vous asservirai tous c’est faux. Ma passion dans la vie ? Faire la cuisine… et la vaisselle. Je kiffe. Enfin non je kiffe pas, c’est du vocabulaire de sauvageons kiffer, moi j’aime. La vaisselle est un hobby chez moi.
Alors comme je suis avec des personnes que j’apprécie, avec qui je rigole bien et qu’en plus je suis de plus en plus bourrée je me laisse un peu aller. Genre je vais pas lui faire croire que je fais pas caca.

Et bien cette méthode est une erreur ! Ca ne marche pas. Parce que du coup au naturel moi je fais quoi ? Ben du naturel. Donc des énoooooormes concours de rots, que j’ai tous gagné. Avec trois mecs en face de moi qui me regardaient ahuris parce que « mais putain did ils viennent d’où ? ». Donc là déjà hein en gros ça passe ou ça casse, effectivement y a des mecs qui préfèrent attendre avant de voir la triste réalité, à savoir que leur meuf fait bien caca !!! Mais qu’ils préfèrent passer 6 mois à croire que non.
Le problème c’est que plus la soirée avançait, plus l’alcool prenait ses aises dans mon sang et a finit par prendre complètement possession de mon cerveau. Donc à un moment donné, comme j’étais la seule meuf, on s’est mis à parler film porno. J’essayais d’expliquer à ces messieurs que oui, les femmes matent des pornos et que non, ça les excitent pas puisque le public visé ce sont les hommes et qu’on est pas tout à fait excitées par les mêmes trucs.
Et c’est là qu’arrive l’erreur fatale. Mon pote me demande s’il existe pas des pornos faits par des femmes. Donc si, ça existe, Ovidie s’y est essayée mais que comme ça reste une production dorcel ben ça reste du porno sauce dorcel. Donc pour séduire, on ne dit surtout pas « tu m’excuseras mais une anale à sec, tu peux toujours mettre des pétales de roses autour parce qu’il parait que les filles aiment les pétales de rose, ben ça reste une anale à sec » à un type qu’on veut séduire et qu’on connait pas… Non, ça on ne le dit pas…

Et c’est pas vraiment mon genre de dire ça mais celui là, comme j’ai les boules d’être passée à côté !!!

Moi j’vous l’dis, à sec ou avec de la vaseline, de toute façon, la vie c’est de la merde.

La journée de merde

Jeudi 24 septembre 2009

Aujourd’hui mes amis j’ai été conne. Non j’ai pas été conne, j’ai été méga conne. J’ai été la meuf la plus conne du monde. Plus conne que moi aujourd’hui, y avait pas.

Hier j’ai revu mes anciennes équipes de stage pour fêter mon diplôme. Avec 2 mois de retard. Ce qui est tout à fait normal. Et je vous emmerde. A midi j’ai mangé avec mon équipe de Clodoland. Alors on mange toussa sympa et à la fin du repas y a un éduc qui me dit « tient tu pourrais nous dépanner demain il manque du monde pas assez de bénévole toussa steplait t’es adorable ». Et là, méga connerie, je dis oui. Un jour, il faudra VRAIMENT que j’apprenne à dire non !! Parce que pour pas avoir réussi à dire non, ben bonjour LA JOURNEE DE MERDE !!!!!! Mais quelle journée de merde !!!!

Parce qu’en fait hier soir du coup, j’ai fêté mon diplôme avec mon autre équipe. Qui boit. Beaucoup. Et longtemps. Je suis donc rentrée chez moi à 5 heures du matin, complètement pétée. Tellement pétée que je me rappelle plus comment je suis rentrée. Le seul truc de la soirée dont je me rappelle vraiment c’est la blague pourrie qu’on a fait toute la soirée quand on buvait du quointreau, parce que quointreau n’en faut (hahahaha j’adore cette blague, je sais plus pourquoi mais j’adore cette blague).

Bref du coup obligée de mettre le réveil pour le coup de main. Donc je me suis levée dans un état pas possible, toujours à 4 grammes, avec un mal aux cheveux pas possible et une bonne haleine de chacal. Bref, le point positif c’est qu’au moins je me dis que je dépareillerai pas à Clodoland…
Le truc c’est en qu’en arrivant je tombe sur ma bête noire. Pendant mon stage j’ai été la tête de turc d’un gars qui n’a pas vraiment compris qu’il n’y aurait rien de possible entre nous. Hé oui, moi aussi j’ai été bouc émissaire… snif ! Sauf que je suis pas la tête de turc d’un type à la cool, non, que nenni ! Moi j’ai la classe môssieur ! Moi je me retrouve tête de turc d’un type qui a pris 6 ans de taule pour proxénétisme et viol aggravé et qui a pas le temps de finir sa peine pour en reprendre le double pour le meurtre de son codétenu…
Ouais je sais j’ai la classe.

Donc le type il peut pas me voir, et pour dire le niveau de dangerosité, j’ai des consignes à suivre si jamais je le croise dans la rue. Donc je suis à l’entrée de Clodoland, j’y suis depuis 4 secondes, et je sais déjà que ma vie va être à chier.
Donc les éducs font passer quelques consignes au gars en question qui commence à monter en pression parce que rien que ma présence lui fout les boules. Génial. Donc le chef décide que comme j’étais professionnelle à la fin de mon stage, il va me mettre en situation professionnelle, avec les entretiens les orientations toussa. Sauf que c’est pas tout à fait comme le vélo, faut un peu de temps pour que ça revienne. Donc à un moment donné je me retrouve avec un type qui me parait avoir juste besoin de décharger. Le type il a passé 2 nuits dehors, il est complètement insécurisé, il cherche une solution pour un hébergement, il a raconté sa vie de merde à 35 travailleurs sociaux différents il en peut plus donc je me mets en position d’écoute, ce que je fais très bien : mmmh, mmmh, mmmh, oui tout à fait, mmmh. Bref, éduc diplomée (hé oui, hé oui, hé oui) quoi.
Sauf qu’au bout de 10 minutes ça commence à devenir un peu incohérent (« vous venez d’où ? » « ben… du ventre de ma mère » « … oui… non mais pour une orientation avec le 115 et une domiciliation on a besoin d’une origine physique monsieur… »).
Enfin bon bref au bout de 20 minutes le mec il me racontait comment le journal Die Welt avait fait un article pour dire que les français étaient les plus gros consommateurs d’antidépresseurs et que les aliens en avaient profité pour inséminer toutes les femmes françaises et que c’est pour ça que le 115 refusait de le loger, alors que la nana du 115 lui disait que non, c’est juste que quand il est hébergé, il pète tout…

Bref, ça nécessite l’intervention du chef de service pour le foutre dehors au moment où mon psychopathe passe à côté de moi en hurlant « T’ES QU’UNE GROSSE PUTE », ce qui est parfaitement injuste puisque je n’ai jamais fait payer.

Bon, je pense que c’est clair, j’ai passé une journée de merde, et je leur ai bien dit que la prochaine fois qu’ils manquaient de bénévoles, ils m’oubliaient…

Et le premier qui me dit qu’il faut vraiment être con pour faire du bénévolat quand on est travailleur social je le tarte. C’est pas de la connerie, c’est de la faiblesse !
C’est que j’ai ma sensibilité moi !

Alors alors alors ? La vie c’est quoi ? Hein ? Allez, tous en cœur !!! DE LA MERDE !!!!!

Mes collections

Mardi 22 septembre 2009

J’ai plusieurs collections. Parce que c’est bien beau d’avoir des passions bizarres (ho ouiiiiiiiii les tueurs en sériiiiie, raaaa les docs animalieeeers mmmh j’adore) mais sans collections aussi pourries que ses passions moi je dis, la vie ne vaut rien, voire elle ne m’apprend rien (je voulais juste parler un peu choisir un train… choisiiiiir un traiiiiiin !!! ok j’arrête…).

Donc j’ai des collections de merde. Je suis tout d’abord magopinaciophile. Oui je sais je me la pète. Mais le mot existe vraiment, j’en ai d’ailleurs chié des ronds de chapeau pour le trouver, je collectionne les flyers des marabouts. Et j’en ai une petite collec sympathique. J’ai d’ailleurs une pensée émue pour Monsieur Seydou, qui est « Membre du Conseil de l’Ordre des Marabouts de la Grande Foret Africaine de l’Ouest ». Ha ben moi je dis avec un titre pareil… J’ai également une pensée émue pour maitre Saro, qui est « voyant psychologue amourologue direct ». Je cherche d’ailleurs un traducteur hein… un gynécologue je vois, un sexologue aussi… un amourologue moins… Bien évidemment tous mes professeurs ont des dons puissants de père en fils, résultats garantis en 3 jours, et puis surtout TOUS les problèmes ont une solution. J’ai d’ailleurs en ce moment un problème de fuite dans ma salle de bain que ça fuit tellement qu’à moi seule je pense que je peux résoudre la sécheresse africaine mais bon… Je pense d’ailleurs m’adresser au professeur Oumar puisque lui promet un truc qu’aucun autre ne promet… la chance au tennis ! Donc je vois pas pourquoi il pourrait pas résoudre un problème de fuite !!

Mais là n’est pas ma seul collection. J’ai donc deux catégories distinctes sur msn, les bites et les vagins. Moi, j’aime quand c’est simple. Tout le monde me dit que je suis super compliquée alors que non, je suis juste super simple c’est tout le reste de la terre qui est trop compliqué pour moi. Et j’ai une troisième catégorie, la traditionnelle « autres contacts » dans laquelle je mets les bots. Je collectionne les bots sur msn. Mais j’ai pas trouvé le nom scientifique pour ça. Alors je les collectionne je sais pas trop pourquoi, ça me fait marrer les photos à moitié à poil et puis surtout je me demande qui peut y croire. Alors je commence à en avoir une petite ribambelle ! Winnie, Ursula, nannie, liza, luella etc etc. Donc bien évidemment je ne parle pas à mes bots hein (je matte juste les photos niark… sauf que c’est toujours les 4 mêmes… bref passons…) et mes bots ne me parlent jamais.
Sauf aujourd’hui.

Et pour une ancienne linguiste, ça fait peur. Y a deux trois mots clés qui devraient quand même être rentrés dans leur base de données à la con, mais non…
Je vous laisse admirer par vous même :

Charmaine did hi
Charmaine hello
did hi
Charmaine hi how are you today?
did ben écoute ça va bien et toi ?
Charmaine did my name is paris I’m doing great today I’m 21 yrs old how old are you?
did 12 ans :)
Charmaine did listen hun, I am just about to start my webcam show with jen, come chat me there in my chat room? We can cyber, I will get naked if u do..lol!
did moi je préfère le sexe avec les animaux
Charmaine did you there?
did mais oui
Charmaine did got my message?
did oui et toi le mien ?
Charmaine did I can show u how to watch free if u promise not to tell anyone else how to do it???PLEASE:-$
did y a des animaux ?
Charmaine did well since its free the law that u gotta be 18 (nudity involved), u have to sign up with a credit card for age verification! BUT .. Once you are inside, just clikc on « Webcams » let me know what name you use to sign in with so I know it is you babe! http://www.delraypartying.com/alina2 fill out the bottom of the page then fill out the next page as well and u can see me live for free!
did avant… promets moi qu’il y aura du sexe avec des girafes
did pour la credit card pas grave je piquerai celle de ma mère
Charmaine did Please dont mention anything about that in the chatroom once u get in ok?:-$
did les bots, c’est vraiment l’avenir du con :D
Charmaine did OH SHIT.. k I am late to start my show, I gotta get off msn…I will see ya inside my chatroom babe.. remember not to mention that I am upgrading u for free… You can use your msn name to sign in so i know it is you..
did Charmaine you are a girafe ?????
Charmaine did AUTO-RESPONSE: hey just in the middle of my free webcam show if you want to watch click the link http://www.delraypartying.com/alina2/withoutgirafe
did Charmaine I WANT SEX WITH ANIMAAAAALS
Charmaine AUTO-RESPONSE: hey just in the middle of my free webcam show if you want to watch click the link http://www.delraypartying.com/alina2/withoutanimalsdumbass!!!
did tu m’as bien eu allumeuse !!!!

Au moins il est poli mon bot. Il dit mon surnom à chaque fois qu’il s’adresse à moi, des fois que j’ai peur que ça soit pour le voisin.

J’ai vraiment rien de mieux à foutre me direz-vous. Hé bien oui vous répondrai je. Je suis au chômage. Hé toi là bas au fond t’as pas du taf ? Mais pas un truc avec des animaux hein ! Ou alors des girafes… avec des girafes ça se négocie.

La prison

Vendredi 18 septembre 2009

Il y a peu… enfin non il y a longtemps, bien avant de connaitre les joies du chômage non indemnisé, alors que mon chef me disait « dites Did éduc spé diplômée, vous devez 10 heures, alors vous m’accompagnerez à une instance à l’aide sociale à l’enfance (ase) », je me suis rendue à ladite ASE pour une instance concernant un gamin complètement tonché.

Et là, j’ai kiffé. Moi l’ase, je kiffe grave. Alors l’ase, c’est au conseil général. Et le conseil général, c’est dans le super méga quartier d’affaire de grinobeul. Ce qui est logique, tout ce qui a trait au social, c’est quand même normal que ça se retrouve dans le quartier des affaires, juste à côté du world trade center qui ne craint rien des avions puisqu’il ne fait que 4 étages…

Mais je m’égare. rendez-vous donc est pris à 9h30 à l’ase pour ce mioche. Je me pointe donc à 9h10 (hé oui, hé oui, j’ai peur de mon chef je veux pas être à la bourre et je t’emmerde) et là je découvre les joies du conseil général.
Alors comment ça marche le conseil général ? Et bien comme dirait michel chevalet c’est très simple. On se présente d’abord à l’accueil. On dit bonjour, j’ai rendez vous à l’ase pour une instance. Jusque là, tout est normal, j’ai le contrôle total sur ma vie et sur la situation tout va bien. La nana de l’accueil (fort désagréable au demeurant) me demande logiquement pourquoi. Donc là je réalise que je suis une professionnelle de merde puisque je ne connais rien de la situation, je connais même pas le nom du gamin. Je fais donc ce que n’importe quel sochiol weurkeur ferait, je meuble à grands coups « oui c’est pour un enfant de 5 ans, une instance, situation préoccupante blablabla » avec ma petite chemise de travailleuse sociale qu’on croirait que je suis une assistante sociale. La nana regarde son cahier et me dit « ha oui, c’est à la protection maternelle et infantile, 7ème étage sur la droite » et me file un badge.

Okkkk, donc pour rentrer au conseil général (là où ils reçoivent tous les bénéficiaires du rsa hein) il faut… un badge. Plus rien ne m’étonne.
Je prends donc mon badge, direction les ascenseurs et hop 7ème. Et là… rien. Okkkk…. tout va bien, je suis zen, j’ai pas envie de me prendre la tête et surtout j’ai pas envie de m’énerver et de me retrouver avec des auréoles sur ma super chemise de sochiol weurkeur. Je vois à ce moment là le petit machin pour le badge.
Le conseil général, c’est donc un endroit où on peut pas prendre l’ascenseur sans badge… Plus rien ne m’étonne. Je passe donc mon badge et je monte au septième.

Là je me retrouve dans un hall avec ase à gauche et pmi à droite. Comme la c***** de l’accueil m’a dit pmi ben je vais à la pmi. Je passe mon badge à la porte et là… rien. Je repasse mon badge… rien, que dalle nicht niet podzob. Là je sens que ma patience illimitée pourrait s’avérer limitée. Mais je persiste et je décide d’utiliser toutes mes facultés intellectuelles pour gruger. Je profite donc d’une meuf qui rentre et qui a un badge qui marche, elle (t’as sucé qui pour qu’il marche ton badge hein ???) pour rentrer ! Enfin dedans ! Il est 9h20, 10 minutes pour faire 7 étages et passer une porte je sens que ma petite chemise ne tiendra pas un régime aussi dur très longtemps.
Je me retrouve donc dans un couloir avec des gens qui courent partout et qui font pffffff à tout va. Bon… je vais faire quelques pas on verra bien. La nana avec qui je suis rentrée me regarde en souriant et me dit « on est là pour la même situation non ? ». Si tu le dis, c’est que ça doit être le cas. Arrivée dans la salle de réunion je me rends compte qu’en fait pas du tout puisque je demande si Chef mon chef est arrivé et qu’on me répond « qui ça ???? connait pas… ».
Okkkk, donc je m’éclipse presque discrètement (ILS COMMENCENT A ME FAIRE CHIER CES CONNARDS A BADGE !!!!) pour retourner dans le hall du 7ème et aller à l’ase. Je me retrouve donc devant la porte de la pmi et là je réalise que… La putain de ta race la puta de ta madre c’est pas vrai ils se foutent de la gueule du monde faut un badge pour sortir aussi ??? Et bien évidemment mon badge ne marche pas !!!!

Je soudoie donc un type qui passe avec un badge autour de son cou (tu m’ouvres ou je balance que tu gruges les rtt, ce dont je n’avais aucune preuve mais comme c’était vraisemblablement un fonctionnaire hein…) qui m’ouvre gentiment (pas mordre madame… vous avez vu que vous avez des auréoles sous les br… TA GUEULE !!!). Je traverse ce hall de merde et je badge à l’ase où, bien évidemment, ça ne s’ouvre pas…

Je me mets donc à pleurer et à appeler mon chef au téléphone qui est en train de se garer pour lui expliquer que c’est plus facile de s’échapper de taule que de rentrer à l’ase et que je suis bloquée à CE PUTAIN DE 7ème ETAGE DE MERDE QUE JE POURRAI JAMAIS SORTIR NI ENTRER NULLE PART HAAAAAAAAAAA.
Ca l’a beaucoup fait rire puisque lui aussi est toujours bloqué…
Bon bref à 10h on entre enfin à l’ase, suant comme des porcs, prêt à arracher la gueule au premier sourire de travers.

Ce qui me fait beaucoup rire dans cette situation, c’est que le lendemain aux infos j’ai entendu qu’un type s’était évadé de taule dans un carton. Et j’ai beau réfléchir depuis, essayer de m’imaginer comment ENTRER à l’ase dans un carton et sans badge, sans un complice à l’intérieur, je ne vois pas…

Et tout ça, c’est juste l’aide sociale… Et après on va me dire que meuuuuh non la vie c’est pas de la merde pourquoi t’es énervée comme ça ?
Tas de cons !!!

Revenir… sur un moment de solitude

Mardi 1 septembre 2009

Bon oui ok je sais 3 mois ou un truc dans le genre sans donner de nouvelles ça fait un peu j’en ai rien à foutre de vos gueules… Bon ok c’est vrai j’en ai rien à foutre de vos gueule.

Et puis j’ai fait ma période déprime et en période déprime je me touche et j’emmerde le monde.

Toutefois je sais que j’aurais pu passer dire des merdes genre… je sais pas moi je suis allée à prisunic. Ou encore des trucs du style les gens dans le tram, ça me gonfle. Mais non j’ai fait ma crevarde.

J’aurai pu aussi dire un truc à la con comme JE SUIS DIPLOMEE !!! Oui bon ok depuis le 13 juillet, mais j’étais déjà au taf quand je l’ai appris. Je crois que je commence juste à réaliser. JE SUIS DIPLOMEE !! Appelle moi madame éduc spé vasy steplait. Vasy flatte mon égo dis bonjour did éduc spé diplômée. Avec un bon gros salaire de diplômée de… merde en fait… Mais diplômée putain !! Bon ça s’est joué à pas grand chose hein, puisque je me suis faite aligner à vue pour le mémoire. Les 30 minutes les plus longues de ma vie, vous savez le genre de truc qu’on attaque, et où on sait dés les 2 premières minutes que c’est mort…
Sur cet été bien pourri, je retiendrai donc que je suis retournée chez mes petits remis sans famille. Je me rappelle même m’être dit « pourvu qu’il n’y ait que des petits ». Et bien après 2 mois passés avec des moins de 10 ans, j’ai juste envie de me tirer une balle et je regrette le « wesh vasy maramé fils de pute ça va zebi fils de pute »… Ha les ados tonchés… c’est pas si mal finalement…
Mais je retiendrai surtout l’épisode « moment de solitude » de l’été. Haaaaaa ! Le fameux moment de solitude, celui qui nous rappelle la triste réalité de notre vie. On nait seul, on vit seul.

Mon directeur de mémoire (celui où j’ai eu une note pourrie, mais pourrie… mais genre j’ai jamais fait aussi minable de toute ma scolarité, qui s’élève un peu à 8 ans de fac et 3 ans de formation d’éduc, c’est dire hein (oui j’ai passé ma vie à l’école et je t’emmerde… Hey ! Une parenthèse dans une parenthèse !)) est chef de service là où j’ai fait mon stage (et donc là où je bosse cet été) et sur lequel j’ai fait mon mémoire. Je l’ai donc appelé pour lui donner mes formidables résultats, autant à l’écrit qu’à l’oral.
Quelques temps plus tard, mon chef de service vient me voir pour me demander de lire mon mémoire. Cette demande m’a, comment dire, très fortement dérangée pour ne pas dire royalement fait chier. Il veut quoi ? Il veut me juger ? Non ça se fait pas sérieux. Mais j’ai dit oui…
Non en fait là je fais du baratin. Je voulais pas qu’il lise mon mémoire pour la simple et bonne raison que la première partie, celle qui concerne la présentation de l’institution m’a gonflée, j’ai pas eu envie de la faire. Du coup je suis allée la pomper (roooo oui c’est mal je sais bon 7 pages quoi merde sur 70 vous allez pas me faire chier) sur un autre mémoire. Mais conne comme je suis, il a fallu que je pompe SON mémoire. Faut vraiment avoir un QI négatif des fois pour faire des trucs pareils hein…
Du coup je me suis retrouvée grave emmerdée. Je me voyais déjà devoir réécrire la première partie et putain mais j’avais pas envie. Mais ça me saoulait !!!!

Et un jour après une convocation dans son bureau et une discussion intéressante et musclée entre un chef de service et une éduc spé diplômée (HAHAHAHAHA diplômée !!! Youhouuuuu !!!) il me glisse, l’air de rien, qu’il attend toujours de lire mon mémoire. Etant dans de bonnes dispositions, je lui explique que donc heuuuu comment direuuuh ben vous pourriez vous reconnaître quoi. « Ha bon vous parlez de moi ? » Heuuuuuu alors comment dire oui (je vous tacle 2 ou 3 fois mais bon hein…) mais pas que, disons que certains mots pourraient être de vous… BON OK J’AI PLAGIE VOTRE PREMIERE PARTIE !!!!!!!! Oui !!!

Ce à quoi il a répondu… « Vous savez sur qui j’ai plagié la mienne ? Votre directeur de mémoire. »

Je me disais aussi… Il a jamais rien eu à redire sur cette partie là…

Allez vasy je t’attends là, vient me dire que la vie c’est pas de la merde !!!