Archive pour juillet 2008

La punition pounizione peunichmente (suite souite zuite)

Jeudi 10 juillet 2008

Bon je sais que ça vient demain mais encore le jour d’après (voire même avant le jour d’après comme dirait schimène) mais comme on dit dans la haute… zob !

Donc hop contexte flash back rembobinage schrrrrr on est à la salle où il y aura le vin d’honneur, je suis en sueur avec mes fleurs dans les mains et je peux pas rentrer dans la salle puisque le père de la mariée vient gentiment de me fermer la porte à la gueule en me disant ha les invités faut faire le tour lol. Alors il a pas dit lol, mais on aurait été sur msn il aurait dit lol, il aurait même dit lol ^^…
Donc comme une conne je cherche le derrière de la salle. Que je ne trouve qu’après de longues minutes et de RAAAAA PUTAIN ELLE EST OU CETTE ENTREE DE MEEEEERDEUUH !!! Ha zut elle est là, fallait faire le grand tour. Tout ça pour… rentrer par derrière (qui n’est, je tiens à le préciser, pas à prendre dans le sens graveleux du terme hein soyons clair) et aller poser les fleurs à côté de la porte d’entrée. Mais non, à ce moment là, j’ai pas du tout envie de mettre une bombe et de me tirer vite fait. C’est faux. Je n’en ai pas envie. J’adore l’organisation protocolaire.

Ensuite le vin d’honneur en lui même, que dire ? Ben pas grand chose, on a picolé pour oublier qu’on se faisait chier et que personne nous parlait (oui non parce que le gardois (habitant du gard… ho oui parenthèses dans parenthèses j’adore) a pour spécificité de ne pas parler aux gens et surtout, de ne pas dire bonjour). Et nous avons picolé pour oublier pendant hooo… 2 heures… C’est facile, y a que mes grand-parents qui se sont éclatés. Ma grand mère a retrouvé une copine qu’elle avait pas vu depuis 60 ans (oui mamie va jouer mais reste dans la cour, et te met pas trop au soleil c’est mauvais !) et que mon grand père s’est pris une murge. Remarquez, avec le recul je me dis qu’il y a quand même quelques petits indices qui permettent de comprendre l’attitude des gardois… Non j’déconne.

Bref après ça enfin, on nous appelle pour le repas. Enfin. Joie bonheur. Parce que ça veut dire quoi ? Qu’on se rapproche de la pièce montée. Et donc ? Et donc du moment où on pourra se barreeeer !! Ouais je sais effet famille connard toussa. Donc on rentre, on s’installe aux tables avec nos noms dessus et on attend l’entrée des mariés (et oui toujours protocole toussa blablabla). Et on attend. Et on attend encore. Putain kesse ils foutent ? Et là le mec à la sono il nous explique que la famille de la mariée voulait une musique particulière pour l’entrée des mariés et que bon la machine marche pas alors on va faire marcher la machine. Alors on attend. Et on attend encore. Et encore. Et encore… HAAAAAAAAAAAAA RAAAAAAAAAAA PUTAIN !!! Mais non chuis pas énervée !!! C’est bon ils ont qu’à rentrer on fait style on applaudit en sifflant, on bouge presque pas du protocole de merde !!!! Et au moins on avance quoi !!
De dépit je sors fumer une clope. Et bien évidemment c’est juste après que je l’ai allumée qu’un mec vient me dire tout excité ça maaaarche lol (pourquoi est ce que j’ai l’impression qu’ils disent tous lol…) les mariés vont faire leur entrée. Je rearde ma clope dépitée et… je me fais jeter !! « Nan mais c’est bon si tu t’en fous de les voir tu peux toujours rester là hein, c’est que leur mariage après tout hein, c’est qu’une fois dans leur vie hein ». C’EST BON !! Ca va, j’arrive ! Et d’abord kesse t’en sais qu’ils auront qu’un mariage hein !! Le divorce, c’est pas fait pour les chiens ! Donc j’écrase ma clope je rentre pour enfin accueillir les mariés sur la musique tant attendue. Bilan, une heure de plus à poireauter tout ça pour… Vangelis. 1492, christophe colomb… Je crois que c’est à ce moment là que j’ai compris le côté punition du truc. J’ai compris, de manière très solennelle, sous un vangelis lui même hyper solennel que tout ça, c’était pour mon karma ! Oui représentez-vous bien ce que ça a pu donner ça n’est en rien pathétique.

Ensuite le repas et bien le repas… froid… long… long… très long…
Alors finalement j’avais vachement peur de la chenille toussa les jeux débiles. Alors d’un côté j’ai eu du bol, puisque c’est pas du tout ce à quoi on a eu droit. Mais d’un autre côté j’aurai préféré, au moins bien bourré y a moyen que tu rigoles. Là pffff allez va jeter des cotillons sur le parapluie des mariés avant d’aller danser le charleston !! youhou !!

A 3h enfin. Enfin. ENFIN !!! LA PIECE MONTEE !!! MOUAHAHAHAHAHAHA !!! La délivrance !!!!! Autant vous dire qu’en 5 minutes on avait fait des bisous à tout le monde en disant c’était génial génial youhouu génial mais là faut vraiment qu’on y aille, et c’est pas en courant qu’on est allé jusqu’à la bagnole… mais pas loin…

Bon, l’avantage de ce genre de trucs, c’est que la mariée est enceinte. Enfin en soit c’est pas un avantage hein. Enfin c’est pas un désavantage non plus. C’est neutre. Non l’avantage c’est que oui, elle est enceinte et que du coup, si on est invité au baptême, on sait que ce jour là on aura Piscine. Oui, Piscine. De manière très solennelle et protocolaire on aura Piscine.

L’inconvénient c’est que bon, ok, j’ai jamais vraiment aimé traîner dans les clous. Mais là putain c’était raide hein comme épreuve. Moi je pense que pour avoir une vie de merde pareille, j’ai du payer pour deux ou trois vies d’avant aussi en même temps. J’ai gagné mes ailes !!! Ha non merde, je suis toujours mortelle… Quel monde de merde…

La punition

Mardi 8 juillet 2008

Hé oui, la punition, la pounizionne, ze punishment. Il arrive comme ça, parfois, que toutes vos erreurs doivent être payées, hop allez faut passer à la caisse maintenant !!! Ben voilà, moi c’est arrivé il y a pas longtemps. J’ai payé pour mes fautes. Et j’ai payé chers. Alors je me demandais au début si c’était une punition de mes péchés ou une punition pour mes conneries entre le 20 mai et le 21 juin… mais vu l’intensité du truc… je pense que là je repars avec un karma à zéro.

Il y a peu, j’ai été de mariage.

J’ai toujours haïs les mariages. Enfin… dans mes représentations quoi. Non parce que le seul mariage auquel j’ai assisté (et oui, 29 ans, un seul mariage à son actif, on appelle ça la toute puissance), on était cinq. En comptant le maire. Et les témoins. Et les mariés. Avec le marié qui tapotait sa montre en regardant le maire d’un air tu-pourrais-te-bouger-le-cul-merci, avec le maire qui s’excusait de devoir suivre le protocole. Un mariage administratif quoi. C’est arrivé à des potes qui se sont reproduits et qui se sont rendus compte un jour que HAAAAAAAAA mon dieu mais il est vivant !!! Il pense et tout !!! Et je je… qu’est ce qui m’arrive… HAAAAAAAAA je m’attache à mon gosse !!! Et si je crève il lui arrive quoi ??? HAAAAAAAAA hop mariage. Donc pour moi le mariage ça ne peut que représenter ce que je déteste : la chenille, les jeux débiles, bézu, l’enfer et la damnation.

Mais je m’égare. Parce que là le mariage dont je parle c’est pas pareil du tout non non non. Déjà c’est la famiiiille… et oui… Et puis tu reçois une invitation cartonnée avec une invitation pour la cérémonie à la mairie (haaa…), à l’église (hoooo…), au vin d’honneur (ouaiiiiiis) et au repas… La totale quoi. Avec toute la famille. Tout le truc. Donc ça veut dire bien habillé. Pfffff bordel de merde !!!
Donc j’ai fait mon maximum, j’ai mis une jupe (et oui, et oui, et oui ! Parfaitement monsieur oui ! Une jupe !!), des sandales avec des talons, un petit haut cintré, du maquillage (et oui, et oui, et oui…) bref la totale j’étais une fille quoi !!
Alors à l’arrivée (c’était dans le sud de la france), déjà on était dans le bain, les invités de la mariée : 140, les invités du marié : 15. Voilà, ça c’est fait, hein, pourquoi perdre notre temps dans des futilités après tout. Bon la mairie ensuite… 50° à l’intérieur. Adieu belle tenue, maquillage, dignité physique sans auréoles sous les bras. Tout ça pchhhh envolé !!
Alors à ce moment là je vous avoue je nous sentais en position dominante, ma famille. On partait bien connard déjà. A la mairie genre y a 4 pélos qui sont rentrés parce que « ha non ho t’as vu la chaleur peuchère ? ». A l’église ensuite c’était pire. 140 personnes qui chantaient les cantiques et se signaient toujours quand il fallait et comme il fallait contre 15 connards qui regardaient leurs pompes en sifflotant… Déjà là quand même, avec Soeurot on se disait que quand même, on est méga fort. Ma mère s’est même octroyé le luxe du petit fou rire qui va bien au moment qui va pas bien, c’est-à-dire quand tout le monde ferme sa gueule, y compris le curé. On appelle ça la champion family (prononcez tchempionne).

Mais on a très vite déchanté. En partant de l’église pour le truc où on prenait le vin d’honneur, à un moment donné le père de la mariée, en plus de nous filer les fleurs pour le banquet (ho mon dieu putain oui c’est vrai, qui dit mariage dit banquet !!! HAAAAAAAAA !!) fait carrément arrêter toutes les bagnoles en plein milieu de la route, sort son petit escabeau et prend une photo. Mais non c’est pas du tout mégalo… Regardez toutes les bagnoles pour le mariage de ma fille…

Ensuite on arrive à la salle. Ze salle. Et on voit le père de la mariée se diriger vers une porte avec écrit entrée dessus. Alors nous au lieu de faire le poireau avec nos fleurs genre on est des guedins dans nos têtes on le suit le mec. Et en fait non, il nous demande de pas rentrer, de faire le tour, pour les invités faut faire le tour.
Il est 18h… on y est depuis 2h… j’ai mal aux pieds, j’ai chaud, j’en peux plus, je veux juste rentrer chez moi et LA PUTAIN DE TA MERE IL EST QUE 18H ET LUI IL ME FAIT CHIER AVEC SES FLEURS !!!! Mais tout va bien. Gardons quand même le contrôle. Et le peu de dignité qu’il me reste, et qui ne tardera pas à s’envoler de toute façon…

Bon la suite, demain. Chuis fatiguée là. C’est que c’est les vacances hein.