Archive pour novembre 2007

Le temple du mauvais gout

Mardi 27 novembre 2007

Tentative de reprise de sens. Cohésion des idées. Arrêter d’écouter le dernier Britney (tout vient peut être de là d’ailleurs…).

Vous l’aurez compris ces derniers temps je suis à la ramasse. La faute à un système de merde qui me rend esclave, limitée, maltraitante et qui m’écorche la gueule chaque fois que je mets un pied dehors. Je sens que j’étouffe, j’ai besoin d’expulser.

Pour se faire, il y a peu j’ai eu l’occasion, que dis-je, l’immense privilège de… (roulement de tambour je suis sure que vous vous attendez à tout sauf à ça) traîner mes pompes en boite de nuit. Et ouais. C’est que quand je touche le fond moi je ne fais pas semblant. C’était une soirée qui visait à… juste expulser. Me perdre dans des vapeurs d’alcool et de pétard jusqu’à plus savoir où j’habite. Ce qu’on appelle communément la méga-caisse.

Et la boite, ho my god la boite nan vraiment là je tiens plus faut que je vous raconte tout ça. Alors en fait on est arrivé déjà complètement bourré, oui non parce que vous vous doutez bien hein, sobre heu… bon voilà quoi… Donc on s’était fait une petite mise en jambe dans un bar sur le campus. Un mardi soir. Trois pelés un tondu et cinq connards bien décidés à faire… les connards (oui on avait tous le même but ce soir là, apparemment je ne suis pas la seule à qui l’automne laisse un goût un peu fadasse dans la bouche). Donc cinq connards, 2 bouteilles de rhum, une réserve de spliffs inépuisable et surtout, 3/4 d’heure top chrono (oui non parce que en fait on pensait que ça fermait à 5h alors que bah non à une heure… cassez-vous les connards, et arrêtez de gueuler les voisins toussa). Allez gogogogo !!! Ha on était à bloc. Et puis bon le rhum y a rien à faire ça tape vite.
Donc il est presque 2 heures du matin (oui… le mec a mis un mal de chien à nous mettre dehors, de vrais connards je vous dis. En même temps maintenant, avec le recul et l’objectivité retrouvée, je comprends mieux le « PUTAIN JE VAIS APPELER LES FLIIIIIICS » hystérique que le patron nous a balancé). Donc 2 heures du mat’ (oui je vais essayer de faire un effort avec mes parenthèses) un mardi soir… où aller hein ? Et bien la réponse est toute trouvée : l’ambiance café !!!!!

Alors l’ambiance café vous vous doutez bien que j’y avais jamais mis les pieds, je savais même pas que ça existait l’ambiance café. Donc c’est une boite de nuit où à l’entrée tu payes que le vestiaire. Et le mardi soir c’est ladies night, pillave gratuite pour les meufs, donc plein de meufs y vont, donc plein de mecs aussi. Donc vous vous doutez bien que la population que j’ai pu croiser là-bas déchire quand même grave sa mère.
Bon déjà l’intérieur c’est boite de nuit, avec des trucs Jack Daniels partout partout partout, une bonne musique de merde (ho yeaaah britney !!!) et puis bien forte, on sait jamais, des fois qu’on entende ce que le blaireau à côté de nous a à nous dire…
Mais quand même le plus fort ça reste les gens. Alors déjà, moi je dis, entraîneuses. Y avait quelques meufs, c’est pas possible elles étaient forcément là pour pigeonner le… pigeon ? Ouais je sais ça fait un peu lourd comme phrase… Bref, donc ces meufs reconnaissables très facilement (trop facile même), fallait juste chercher les plus vulgaires. Mais laissez-moi vous les présenter.

La première c’était une meuf habillée très… fashion… non c’est pas ça en fait. Une meuf habillée… pffff… vulgos quoi. Une mini jupe blanche avec des petits frou-frous. Juste deux petites bandes de tissus blancs avec un léger effet cache seins. Et c’est tout. Whaouuuu mais trop méga sexe vous vous dites. Et bien vous avez tort. La nana elle débordait de sa jupe c’était limite agressif quoi. Moi je veux bien mater de la meuf à moitié à poil c’est pas le problème j’adore ça mater des p’tits culs. Mais bon là pas possible quoi !! Le pire étant probablement le petit ventre blanchâtre et flasque qui déborde lui aussi, très fortement attiré par le sol parce que, et oui, plus 15 ans la madame quoi.
La deuxième c’était une meuf un peu plus classique. Jean ultra moulant toison haute avec un petit haut hyper serré, hyper sexe, hyper rouge, hyper juste sous les seins. Whaouuu mais trop méga sexe êtes vous encore tenté de dire là je le sais. Et bien là encore vous avez tort ne vous fiez pas aux apparences. La nana, 1m70, au bas mot… 80 kilos !!!

Nan sérieux… des entraîneuses hein ? Rassurez-moi… J’ai voulu les suivre pour voir comment elles agissaient, mais j’étais trop bourrée pour marcher droit en fait. Et comme en plus t’y vois rien, j’ai jugé l’exercice trop périlleux.

Mais chaque médaille à son revers. Se coucher à pas d’heure et complètement pété quand on a 20 ans c’est trop de la balle, 2 heures de sommeil, pas de problème chuis sur pieds. Quand on approche les 30, même 5 heures de sommeil ça suffit plus. Et puis le rhum quand même ça casse bien la gueule. Et bosser le lendemain… et ben ça putain comment c’est de la merde.

Car oui voilà la conclusion, la morale même à cette histoire. C’est que s’il y a un truc qui ne changera jamais c’est bien que la vie, c’est quand même bien de la merde.

Mon niou pissi

Lundi 19 novembre 2007

J’ai l’impression de pas être venue ici depuis 1983… Hey toi là bas ! Comment ça va ? Quoi de neuf ? La vie toussa, les gosses ? Toujours de la merde ? Normal…

Oui alors ces temps ci je suis dans le brouillard. Loiiiiiiin ! Du coup j’ai pas grand-chose à raconter (pourtant j’ai des super conversations avec moi même hein), sauf… sauf ! Mon niou pissi ! Tout neuf tout beau tout qui marche ! Enfin !

Oui enfin car longue fut la route vers le niou pissi. On croirait pas comme ça hein que c’est le parcours du combattant, du sang, des larmes, mais c’est vraiment un univers impitoyable le pissi.
Donc génèse, allez hop comme d’habe schrrrrr retour dans le passéééééé… Il y a quelques temps, une coupine que j’adoooooore décide de faire quelque chose pour le dinosaure qui me servait de tour et qui était ouvert en permanence tellement il chauffait. Et ma chérinounette que j’aime tant, en lieu et place de mettre de la graisse thermique sur mon processeur a mis un coup de tournevis dans la carte mère. Comme ça au moins c’était fait. Ce simple geste a eu pour effet immédiat de lui briser son vagina powa qui était à ce moment là au plus haut sur son échelle de valeur.
Bon, bref. Chié quoi. Ma musique de merde !! Mes séries à la con ! Forcément j’ai eu une envie typique de faire comme tous les névrosés de mon age et dramatiser le truc à mort histoire de justifier sans mauvaise foi aucune la traditionnelle déprime d’automne. Mais ça n’a absolument rien à voir avec l’histoire ça. C’est juste que hein je suis pas venue depuis longtemps laissez-moi partir dans mes délires tranquille. En plus j’ai été dépannée, un pote m’a filé un pc et m’a installé la télé (et oui merde quoi… La télé !!! d’ailleurs fab tu as sauvé ma vie cérébrale et ma furieuse envie de faire la merde en ce moment. En fait c’est en l’écrivant que je me rappelle pourquoi ça m’a autant fait chier ce niou pissi, j’ai pas eu la tivi pendant deux semaines. C’est bien foutu quand même hein… mais non je ne suis pas complètement à l’ouest).

Donc après quelques temps, des comptes fait et refait 5 fois, je vais chez le petit magasin dans la rue au-dessus de chez moi. Le mec juis dit que je suis une burne en info, que je m’en sers pour des trucs basiques (la télé la télé la télééééééé !!!) et que je ne suis pas une nolife, je ne joue pas à wow. Cinq jours plus tard mon niou pissi est prêt je me récipite, je le branche je réinstalle toutes mes merdes et LA TIVI !!! Et impossible de régler les canaux.
Bon… drame hein forcément, la putain de ta mère. La puta dé ta madré.
Je retourne chez le gars, juis explique et tout il essaie de m’expliquer des trucs. Je comprends pas ce qu’il me dit. Il parle une langue étrangère. Je rentre chez moi et je regarde derrière ma freebox et je me dis « tient, c’est quoi tous ces fils là… ». J’essaie d’installer meuhmeuhtv, parait que c’est tant facile. Bon le machin il a même pas voulu s’installer.
Je retourne (encore) chez le gars et je tombe sur un autre gars qui m’explique qu’en fait j’ai qu’à installer fritivi « comme ça pas besoin de passer par la carte tuner, et vous avez toutes les chaines de la freebox »  » HA OUAIS ??? » « Oui, bon sauf TF1, M6 et W9″. Et là, forcément, c’est le drame. « Mais vous savez que TF1 et M6 représentent 90% du temps de cerveau disponible pour Coca Cola ? » « Heuuu oui » « Mais comment je fais moi sans le droit de savoir ? Et la nouvelle star ?? et julien courbet ??? ». Et là le mec il me scie, il me dit que lui il peut très bien vivre sans ça.

Bon écoute gars c’est facile. Je veux regarder de la merde à la tivi. J’exige de pouvoir bénéficier des informations pertinentes de pernaud. J’ai quand même droit à la désinformation bordel !!!

En fait ce post il résume tout à fait mon état d’esprit depuis quelques temps. C’est le bordel. Et là ça commence vraiment à me faire chier.

Dreams are my reality

Jeudi 8 novembre 2007

Vu que depuis une certaine loi nous n’avons plus le droit de boire sur notre lieu de travail, tout ce qui va suivre n’est qu’un rêve que j’ai fait. Un rêve hein. Oui oui messieurs chais pas qui contrôle machin hygiène formation police truc toussa c’est un rêve oui oui oui ça n’est jamais arrivé non non non !

Donc il y a peu j’ai fait un rêve, j’ai rêvé que j’étais convié au pot de départ de mon chef de service qui pouvait enfin ne plus travailler plus pour gagner… heu… bah pareil en fait. Ha oui tient d’ailleurs moi aussi j’ai décidé de m’allouer 170% d’augmentation, pour mes frais toussa. Et puis comme dit si bien ma mère « t’as bien raison ma chérie, tu devrais même tenter le 200% d’augmentation, vu que 200% de 0 ça fait toujours 0″ (et ouais, ma mère est une reine des maths…) donc oui dans mon rêve c’était le pot de départ de mon chef.
Toujours dans mon rêve, j’étais conviée à la fête à 11h, )pas de gamins, que les éducs. Donc j’avais décidé de mettre mon réveil assez tôt histoire de pas arriver avec la marque de l’oreiller et puis de remplir mon estomac avant parce que « ha oui non mais did on va picoler toute la journée hein, encore un test du stagiaire, on va tester ton foie ». Cool.
Donc je mets mon réveil à 9h, et, chose normale hein, je me rendors aussi sec, pour me réveiller comme une fleur à 10h30, avec une espèce de sale marque d’oreiller sur la joue et une méga coupe tektonik style.

Toujours dans mon rêve hein (n’oublions surtout pas ce détail primordial ceci n’est qu’une illusion, ça n’est jamais arrivé) je saute dans un jean, détour rapide par la salle de bain hop Noam (oui c’est comme ça que j’appelle mon vélo, Noam, c’est beau hein) boulot. Et là je suis accueillie par le chef avec un… kir royal dans la main… Ben comme petit dej c’est plutôt freestyle voyez. En théorie hein… parce que sinon je sais pas j’ai jamais essayé.
Donc en gros en, bah allez, une demi heure chuis complètement cuite. Après la suite de mon rêve est un peu floue, je sais qu’on a beaucoup picolé à table aussi, à un moment donné y a un éduc qui a dit « hey mais did en fait elle tient pas du tout la bibine », ce à quoi j’ai du répondre « HA TA GUUUUEUUULE », et je sais qu’on a fini par faire la chenille dans le bureau du directeur. Le même qui m’avait convoqué cet été parce que la stagiaire elle avait fait une connerie avec son humour à 2 balles.

Et là je suppute que bosser un jour dans cet institution restera dans le domaine du rêve aussi.

Les rêves c’est de la merde. Et putain comment j’avais mal aux cheveux au réveil…