Archive pour septembre 2006

les fumeurs vous pissent à la raie (pour la plupart)

Vendredi 22 septembre 2006

Je fume. Je fume du tabac. Le petit café-clope c’est de la balle. Je vois d’ailleurs arriver la nouvelle loi machin à laquelle on échappera pas en janvier avec un petit pincement au coeur, fini le café-clope, bonjour le café-café. Alors oui je sais ça va c’est bon hein, les non fumeurs ont le droit de pas se faire enfumer la gueule quand eux ils veulent un café-café et pas un café-fumée parce que le connard d’à côté veut un café-clope. Enfin bref ceci est un autre débat qui pour l’instant ne m’interesse pas du tout.

Non, moi je veux parler du fumeur en tant que tel. Fumeur, la nouvelle tare. Avant il y avait les pédophiles, on a aussi essayé de nous faire croire passé un temps que la pire des tares c’était être un émile louis en puissance (à cette occasion on a même essayé de banir n’importe quel touriste, déjà rarissime en soi, de l’Yonne en y mettant tous les tueurs en série de france, milou donc avec son bus et ses ouin-ouins (je reviendrai dans un prochain post sur le terme ouin-ouin ne vous inquiétez pas), et puis il y a eu aussi guy georges qui a bien du y passer, et francis heaulme aussi…) mais tout ça c’est fini. Aujourd’hui il vaut mieux tuer ses parents à coups de machette que fumer. Parce que fumer est devenu une tare génétique, alors que zigouiller ses parents c’est un simple moment de folie. Du coup tous les fumeurs sont présentés comme étant de gros malades, accro, qui tendent la main vers leur clope en tremblant en se disant « noooon, j’en peux plus putain je me nique la santé » avec un teint verdatre. Le gros malade quoi.
Et là je dis stop. Halte. Fini. Plein le derche. Il y a des fumeurs qui sont très heureux d’être fumeur. Moi par exemple. Déjà chacun son addiction. Moi j’aime les addictions physiques et psychologiques, ça me donne le sentiment de ne pas faire les choses à moitié. Et puis si on a peur des trucs qui niquent la santé autant crever de suite. Parce que de toute façon si c’est pas ma clope, ça sera les pesticides, les ogm, les pots d’échappement alors hein de toute façon au point ou j’en suis… Donc oui, moi je ne tends pas la main en tremblant vers ma clope, en me disant mon dieu non c’est horrible ce que je fais c’est mal bordel pourquoi tu as un jour pris la première cigarette désintoxe toi allez courage ma belle tu peux le faire. Non non, moi je tends la main vers ma clope avec un sourire en disant haaaa café-clope, joie bonheur.

Et récemment on m’a montré un truc qui m’a bien fait rire. Donc moi je fume des roulées, sur mon paquet de tabac il y a juste écrit que fumer pue, que je vais attraper le cancer mortel du poumon ou que je vais devenir stérile parce que mes testicules n’aiment pas le tabac. Mais j’ai ma coupine julaïe qui fume des blondes. Et maintenant dans les paquets de clopes, ils mettent des petits papiers, parce que fumer pue ça suffit plus tout le monde s’en fout plus personne le voit alors. Et donc sur ce papier ils expliquent que bon hein fumer c’est mal, normal, que ça fait du mal aux gens autour de toi, normal aussi, cancer, testicule etc. Mais ils disent aussi un truc qui m’a attiré l’oeil (voire les deux). Je cite : « aucune cigarette n’est sans danger [blablabla]. Même les indications relatives au goudron, à la nicotine [blablabla] ne vous précisent pas exactement quelle quantité vous inhalez car cela dépend de la manière dont vous fumez. » Ca m’interpelle forcément. L’année dernière ils nous ont fait chier comme pas deux parce que « trois pétards = un paquet de clope ». Vous avez vu la gueule des pétards ? Moi j’appelle ça un bareau de chaise… ou un bras de bébé… Et les machines à fumer vous avez vu ? Si un jour je tire une late comme une machine à fumer, je fais direct une expérience de mort imminente. Donc quand c’est la clope ça dépend de comment on fume, et quand c’est trois pétards c’est comme si on fumait un paquet. Mais un paquet fumé comment ? Façon ça dépend comment on fume ou façon trois pétards par jour ? Pfffff c’est compliqué, avec leur hypocrisie on y comprend plus rien.

Enfin bref tout ça pour dire que j’ai du boulot moi avant janvier. J’ai décidé d’aller pourrir tous les bars de grenoble et de faire chier les non fumeurs une dernière fois avant l’interdiction définitive. Avant de regarder les gens devant mon café-café en souriant et en disant merci de penser à ma santé. La vie c’est de la merde (oui c’est vrai ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe mais bon… hein… pas content ? bah pareil.)

La formation

Vendredi 15 septembre 2006

En france, on bosse pas beaucoup mais on est productif. Et comment on fait ? Facile, on va à l’essentiel on perd pas de temps à se prendre la tête avec des conneries, limite on adore les raccourcis. La preuve, on regarde le jt de ppda sur tf1, des fois il interview dsk ou bhl. Après on va voir des potes, qui peut être habitent en hlm parce qu’ils touchent le smic ou pire, le rmi.

Et ben dans le social, c’est pareil, mais en pire.
-Tu vas le faire ou toi ton stage ?
-Ben écoute j’ai demandé à l’afipaeim, j’aimerai bien le faire en saj, parce que si tu veux je sors d’ees, je bossais en imp et je préfèrerai rester dans la problématique et passer au social après tu vois. Sinon je pensais aussi au sessad, mais les horaires c’est de la merde.
-Et les itep ?
-Peut être mon troisième stage, ou les segpa aussi je trouvais ça sympa. Et toi ?
-Moi c’est le contraire, je vais plutôt demander à l’ase, ou faire de la pjj.
Etc, etc…
Ca m’a bien fait marrer.

Sinon la formation est bien. Crevante, mais bien. Et puis j’ai déjà des devoirs, faut que j’aille en prison, assister à un procés, monter un projet théâtre. Mais là ou ça va vraiment être infernal cette formation… c’est les fêtes. Parce que j’ai pu voir hier soir que quand les futurs éducs se réunissent, ça peut être carnageux. Et j’ai compris ce matin que vodka-pétard ça peut faire super mal à la tête. Mais je suis un bon panurge au fond, la directrice de l’établissement elle a dit que c’était très important de développer la solidarité et la cohésion au sein de la promo alors je fais ce que la directrice elle a dit de faire, c’est plus par devoir du sacrifice que je fais ça. Parce que ça toutes les semaines bonjour le rythme, j’vous jure… Je sens qu’elles vont être bien ces trois années…

Mes voisins

Mercredi 6 septembre 2006

J’habite en immeuble, ce qui en soit, déjà, à la base, est de la merde. Pourquoi est-ce que vivre en immeuble c’est de la merde ? Parce qu’on a des… voisins, et que les voisins c’est de la merde.

Déjà moi je partais connement du postulat de base que tes voisins, c’est pas parce qu’ils habitent la porte à côté que t’es obligé de savoir qui ils sont comment ils vivent blablabla. Grave erreur !! Une fois, je rentre chez moi, je m’arréte à ma boite aux lettres et là y a un gars, inconnu au bataillon. Comme je suis une fille de bonne famille je dis bonjour poliment, petit sourire, je suis là en amie. Et là le gars il voit le nom sur ma boite et il s’exclame « hoooooooooo c’est vous la petite ardéchoise !!! ha ben dites donc, avec ma femme on pensait que vous aviez déménagé, on vous voyait plus, alors guislaine elle me dit ho ben la p’tite tu vas voir qu’elle a déménagé ». Ok d’accord, on se calme !! « Heuuuu… ben… non… ». Depuis je me boucle à double tour.
Une autre fois on vient me voir parce que « vous avez pas vu des trucs bizarres dans la cave ? non j’vous demande ça parce que comme vous y allez souvent, avec vot’ vélo là, z’êtes une grande sportive vous hein ». Mouahahaha. Oui. Non y a rien de bizarre dans les caves… Ok ça suffit maintenant vous avez vraiment rien de mieux à foutre de vos journées que de glander à vos fenetres ? Y a pas pascal sevran à la télé ? Bordel !!!

Mais dans mes voisins surtout, il y a un couple de lesbiennes (oui, tient jo, c’est pour toi). Alors comment je sais qu’elles sont lesbiennes ? Et bien parce que vous voyez le cliché de la lesbienne ? Non pas la chaudasse super bien roulée qui fait pleurer n’importe quel homme pour une telle perte, pas celle là, l’autre. Le camionneur, oui voilà celle là !! Et ben voilà, c’est mes voisines ! Genre la première fois que je les ai vu j’ai pensé HAAAAAAAAAAAAA la vache !! Fille ou garçon ? Il a de la moustache, mais en même temps elle a des seins… Et j’ai dit « bonjour ». Oui je sais c’est classique mais j’aime le classique… Enfin bref donc voilà mes voisines lesbiennes sont un gros cliché de la lesbienne. Donc pendant longtemps on s’est contentée toutes de bonjour bonsoir, c’était très bien, les seules à pas savoir que j’ai un vélo, que je viens d’ardeche et que je bosse avec des bernardos. Rien que pour ça je les aimais.
L’autre fois, je sors un soir pour faire une activité ludique avec des amis en ville, à savoir pillave, et devant l’immeuble j’en croise une (la plus féminine, celle qui n’a pas de moustache), raide bourrée, et le pif en sang qui essaie tant bien que mal de traverser l’avenue. Là mon côté éduc fausse méchante fausse dominante vraie meuf sympa (ça me fait mal au derche de le dire ça) se met en branle et hop, je m’arrète pour lui demander si ça va, un coup de main pour rentrer peut être ? Et là la meuf elle me regarde (oeil vitreux, sang séché, remontées bourbonnesques) et me sort un petit sourire coquin, une petite voix fluette tendance j’ai clopé toute la nuit et le réveil est difficile et me fait « ouaiiiiiis, salut poupée ». Et merde. Jo il me l’avait dit pourtant qu’il fallait pas s’arréter devant les gens bourrés, que ça apportait que des emmerdes. Donc elle commence à me faire un rentre dedans tout à fait féminin (t’es boooooooooonne putain) avant de réaliser que je suis la voisine. On pourrait penser que la chute fut dure mais pas du tout. Elle a trouvé ça super pratique parce que « demain je passe je te fais la totale, non parce qu’en fait je vais t’avouer un secret, ma colloc, c’est pas ma colloc, c’est ma copine ». Ha boooooooon ? Tu déconnes ??? Ha vraiment hein, c’est fou ça… Tant bien que mal (plus mal que bien quand même) je réussis à m’extirper et à me barrer parce que « non mais j’ai rendez vous avec ma copine là (merde, chié, bordel) une amie !!! UNE AMIE… J’aime la bite hahaha faut vraiment que je file là » en entendant « demain chérie, la totale ». Après je crois qu’elle a dégueulé.

Et ben vous savez quoi ? Je pense que le lendemain elle a du se réveiller avec une énorme barre en travers de la gueule, en se disant probablement « ho non… ho c’est pas vrai, merde j’ai pris la honte devant la voisine du dessous (oui l’ardéchoise qui roule à vélo) ». Enfin je suppose que ça c’est passé comme ça, parce que son coup de je passe j’te fais la totale chérie, je l’attends toujours…

Amsterdam vol. 4

Lundi 4 septembre 2006

Plus d’un mois pour raconter 4 jours de vacances… bonne moyenne hein. On a qu’à dire que là je sonne la fin des vacances, allez au turbin tas de feignasses.

Donc en ce dernier jour, le but c’était de rentrer le plus de trucs possibles dans un minimum de temps. Donc déjà mission se lever tôt. Onze heure. Presque réussi je crois. Mais surtout, c’est la journée n’importe quoi, alors on se lève, on se dit même pas bonjour on roule un pétard et là on commence à se sociabiliser. Alors le matin c’était la télé. On aimait bien. Mais on regardait que MTV, parce que les autres chaines ils parlaient en hollandais, et je crois que j’ai jamais entendu plus moche comme langue. Quand ils font de la pub pour leur équivalent 81212 (envoie top au 81212 et reçoit la dernière sonnerie hype) et ben eux c’est pareil, sauf que ça gueule « SMS TOOOP OOON NAACH ZES VIER ZES VIER !!! » mais ça fait aussi peur qu’ici, et puis c’est pour télécharger la même merde. Par contre je suis déçue parce qu’il n’y avait pas de service pour savoir que dans une vie antérieure tu étais gladiateur, grand sage, druide, empereur. Et là je me dis soit les hollandais sont grave en retard, soit ils ont tout compris à la vie… Enfin bref c’est vrai qu’on s’en fout un peu.

Donc on part toute pas nette aux puces. Et là c’était bien. J’aime bien les gens à amsterdam, c’est du grand n’importe quoi et tout le monde s’en fout. Et oui, c’est la ville où tout le monde s’en fout !!! Et c’est la ville ou tout le monde vit avec tout le monde. Par exemple les punks… c’est des vrais (si juré), et les goths… pareil !! Et tout le monde s’habille n’importe comment et c’est normal, c’est pas édulcoré comme ici, c’est pas les mêmes pouffes qui s’habillent chez jennifer et quand tu veux une fringue particulière, ben même si c’est pas à la mode tu la trouves !!!! Du coup j’ai ramené des fringues comme moi, avec du rose et des frou frous, je sens que je vais galérer un peu quand même ici…

Et le soir, bon ben un dernier tour dans le red light, pour dire au revoir à ma pute moche, acheter les souvenirs, et puis coffee aussi, pour avoir le plaisir de faire des sculptures de népalais… Un escargot… un alien… une bite, vous savez le THC ouvre aussi les portes de la créativité. On croirait pas comme ça et pourtant, c’est la vérité.

Le lendemain dans l’avion tout le monde tirait la tronche.

En vrac comme ça je dirai que j’ai oublié plein de trucs, comme le gars qu’on voyait toujours au coffee à côté de chez nous et qui à la fin posait lui aussi en arrière plan de nos photos. Je suis pas sure d’avoir parlé non plus de la prostitution masculine (vous me direz t’as qu’à lire ce que t’as écrit, connasse, je sais mais j’ai la flemme), parce que oui, il y a aussi des vitrines avec des hommes, sauf que les vitrines ce sont des portes en bois massif et que de toute façons là aussi ce sont les hommes qui sont conviés (et oui, même là bas la vie c’est de la merde). J’ai pas parlé non plus de la meuf qui m’a racontée ses déboires amoureux au coffee. Elle a eu du bol, j’avais pas encore fumé, pensées claires, j’ai pu lui expliquer de manière tout à fait rationnelle que la vie c’est de la merde. C’est dommage parce qu’au lieu d’avoir l’illumination, elle a juste eu l’air dépité que je lui dise que son mec était un gros lourd… Sont chiants les gens, ils veulent la vérité mais ils sont jamais prêts à l’entendre… Je vous ai pas parlé non plus de la fois ou domi et nat ont voulu tester mon sens de l’orientation et m’ont laissée me démerder pour nous rentrer à l’appart. En moins de 3 minutes j’avais une furieuse envie de voir ce que donneraient leurs gueules au fond du canal… Les febo non plus, j’ai pas parlé des febo !! Alors les febo c’est un truc de restauration rapide, le principe c’est que d’un côté, y a un mur plein de vitrines (ça doit etre le coin qui veut ça) et des fours, oui en fait c’est des fours. Et dedans y a des trucs qui se mangent (ou plutot c’est ce qu’ils essayent de te faire croire). Alors tu mets ta piece, tu ouvres le four et tu te sers. Et de suite derrière tu vois une main qui remplace ce que tu viens de prendre, c’est magique, c’est comme si c’était tout automatique, sauf que c’est des gens qui travaillent derrière. Donc un conseil hein, si un jour vous êtes à amsterdam et que vous voulez bouffer de la merde… faites un macdo… J’insiste. Parce que le coup du bouillon de poulet ou de la crème de champignon dans un feuilleté mollasson ça fait presque punitif, d’autant plus que comme c’est tout écrit en hollandais, c’est la surprise du chef quand tu te sers. Même leurs pizzas elles sont meilleures. C’est dire. Et puis tant d’autres trucs qui finalement n’amusent que moi (mais c’est normal, j’y étais et pas vous).

Allez, hop on bosse là les feignasses !!! C’est fini les vacances !