Archive pour la catégorie ‘monde de merde’

Le job

Jeudi 21 juillet 2016

Il y a peu, une copine est passée me voir. Et on commence à discuter normal :
-Alors t’écoutes quoi en ce moment ?
-Ben écoute là je suis à fond sur old mcdonald et sa ferme je suis à fond je peux même la faire à la maracas.
-Oui non mais… Bon laisse tomber. Et tu penses à des trucs tu fais des trucs ?
-Ben l’autre fois je me demandais, cette conne d’araignée gypsie à sa gouttière là, elle pèse 20 kilos pour tomber comme une merde dès qu’il pleut ?
-Non mais je veux dire autre chose que des trucs de bébé quoi merde !!
-Alors figure toi que j’ai réalisé que quand tu touches les couilles de…
-STOOOOOOOOOOP !!!!!! Tu sais quoi ? Faut vraiment que tu trouves du boulot meuf…

Et c’est comme ça que j’ai commencé à chercher du boulot. Alors comment tu cherches du boulot, quand, comme moi, t’as autant envie d’aller bosser que de te pendre ? Mmh ? et bien en cherchant un job que tu peux pas avoir bien sur !
Et encore, j’ai même pas eu besoin de le chercher le job que tu peux pas avoir on me l’a amené sur un plateau. DRIIING « Allo ? » « Ouais Did écoute je t’envoie une offre qui pourrait t’intéresser ! ». Et effectivement c’était une offre très intéressante hein, de la coordination dans un truc médical, super. Et puis surtout parfaite pour moi puisque je suis éduc et que c’est un poste infirmier ! Ahah ! Le job impossible à avoir j’veux dire. Bonjouuuuur ! Je suis caissière mais chirurgien ça me dirait bien ! Du coup je le signale à ma pote, dis donc c’est sympa mais je suis pas infirmière hein. Et là, réponse de la mort : « écoute Did, c’est de la coordination, faut pas piquer ni prendre de tension alors c’est bon tu peux le faire, postule rapido stp ça urge ».
Et là c’est le deuxième argument job que tu peux pas avoir puisque ça c’était au mois de juin, et moi j’ai pas de mode de garde pour le lardon avant septembre du coup ça urge dans ton cul si tu veux mais pas dans le mien merci !

Telle une guedine que je suis je décide néanmoins de postuler. Rapidement donc. Et va faire une lettre de motive quand tu sais pas pourquoi tu postules et que t’as pas les qualifs… Bonjouuuuur ! Alors et bien écoutez ça a l’air sympatichounet comme tout votre poste du coup you need me bitch ! pourquoi, je ne sais pas, puisque le médical j’y connais rien, je trouve les infirmières sexy et je les aime bien mais sinon je connais pas leur job, j’aime pas les médecins je les trouve cons comme des ballons et j’ai aucune idée de ce que vous faites ni pourquoi vous le faites, mais j’ai très envie de le faire aussi. On se rencontre ? ».
Ou a peu près.
On est d’accord que c’est le genre de profil, t’es boss, tu vois le cv et tu dis à la secrétaire d’investir direct dans une broyeuse.

Donc quelle ne fut pas ma surprise, deux jours plus tard, d’avoir un coup de fil de la sus nommée secrétaire pour un entretien dans la foulée.
Donc là je me suis dit je fais quoi… J’y vais j’y vais pas ? Ben j’y vais bien sûr, ça fait toujours de l’entrainement, puisqu’effectivement à partir de septembre lardon étant à la crèche il faudra bien que je trouve du taf, donc un entrainement après des moiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis d’inactivité professionnelle je me dis que ça peut pas faire de mal.
Donc du coup je prépare… ben rien du tout hein. Je vais me casser l’arrière train pour un poste que j’ai aucune chance d’avoir.
Et le jour j, à l’heure dite, hop me voilà fraiche et pas prête du tout pour mon entretien.

Et là… C,’est le début du grand n’importe quoi le wtf le plus total que j’ai jamais vu ça de ma vie. Donc le big boss m’accueille, très sympa, hyper dynamique, qui te propose un café. Déjà là j’hallucine… Moi, tous les entretiens que j’ai eu pour des cdi, t’as le big boss, 3 sous chefs, le président de l’asso quand c’en est une et jamais ô grand jamais on te propose un café !!! Ben là, le mec il est tout seul et il arrive avec sa cafetière « c’est tôt quand même, p’tit café ? ». Mais que ? P’tit café ? Ben… Oui, avec plaisir, les entretiens avec la petite moustache de mousse c’est kiffant je trouve.

Donc il me regarde et me met cash dans le truc « qu’est ce que vous foutez là en fait ? »
Okayyyyyy donc Did, respire un coup et sort un truc un peu cool genre « ouiiiii dans toutes mes expériences j’ai eu à travailler avec le secteur médical en partenariat, secteur intéressant blablabla ».
Et c’est tout naturellement que j’ai sorti « ben chais pas j’ai vu de la lumière et je suis rentrée. Non je… heu… (putain putain putain tu fais quoi là ???) je connais pas, j’aime bien les trucs que je connais pas ». Voilà, ça c’est fait… On appelle plus ça une balle dans le pied, ça prend trop de temps, l’agonie par le pied c’est tellement surfait moi je fais direct dans la tête. Pas très propre, mais rapide.
Et le boss me regarde sans ciller (mais il commence à m’interesser celui là ! Putain did merde, essaye d’assurer quoi quand même) et me dit non parce qu’en fait moi je voulais recruter une infirmière hein. Parce que je suppose que vous y connaissais rien en médical, hospitalisation toussa.
Donc là je me dis vasy vends toi !! Vends toi !! Et pas ton corps hein ! Vasy donne le meilleur de toi même ! Dis un truc genre « ouiii mais j’apprends vite et puis j’ai beaucoup travaillé blablabla pompe pompe ». et bien non, comme je me suis ratée à la première balle, j’ai décidé d’en tirer une deuxième : « Oui, non je n’y connais absolument rien, je veux bien vous vendre du rêve mais là dessus ça va être compliqué… ».
Et oui et oui bien sûr, qu’il dit le chef. Et vous êtes dispo de suite ? Tu sais, LA question à laquelle tu dis oui bien sûr ou un temps raisonnable quoi, sans jamais mentionner ton mioche sinon parait il que c’est mort. Donc très naturellement… Début juin, moi je dis « Ah non pas du tout, pas avant le 19 septembre parce qu’avant j’ai pas de mode de garde pour mon mioche ». Parce que 2 balles dans la tête je trouvais que ça faisait pas assez.

Et là… WTF…
Le boss se met à parler. Pendant 15 minutes non stop pour me présenter le service, ce qu’ils font (et qui a l’air très intéressant au passage, du coup larme de tristesse de pas correspondre au profil), et puis ben le fait que c’est important pour lui d’avoir quelqu’un prêt à bosser quoi. Donc je commence à remballer mes affaires, et puis en fait non, « ah mais attendez j’ai pas fini !! oui non parce que j’adore votre profil (quoi ?), votre cv tue (quoi ?) et je sais pas comment mais je suis sûr qu’on a besoin d’un éduc ici, parce qu’on en a pas et je suis sûr que vous pouvez servir à quelque chose, vous savez pour nous le médical, les travailleurs sociaux sont des énigmes. Vous passez votre temps à réfléchir et fumer des clopes, vous mettez 10 ans avant de faire (je m’insurge, c’est faux, total cliché, des fois on fume des clopes, on réfléchit longtemps et à la fin, on fait pas) alors qu’ici on est tout le temps dans le jus. Du coup, je vous propose un contrat (quoi ?), un mi temps, et pour que ça paye on vous propose un statut de cadre (quoi ?), vous bossez comme vous voulez je m’en fous avec votre gosse j’ai bien compris que pas trop tôt le matin pas trop tard le soir moi ça me va on se dit au 19 septembre ?

Heu… Le petit Marcel Beliveau est demandé à l’accueil. D’ailleurs il est pas mort lui ? Non sérieux j’te jure je suis partie, je suis restée devant les locaux pendant 10 minutes à me dire « naaaan mais le mec t’as fait une grosse blagoune ».

Et ben non dis donc ! Je viens de recevoir mon contrat, c’est officiel, à partir du 19 septembre moi aussi je pourrai dire « putain j’ai pas envie d’aller bosser » le dimanche soir ! Je vais enfin devenir comme toi !!!

Belle maman

Mardi 28 juin 2016

Avant de se retrouver avec un marmot sur les bras, avec chéri ben on s’est rencontré blablabla histoire normale. Et puis ben en général, quand ça marche, ben à un moment donné tu rencontres beau papa et belle maman !

Alors moi j’appréhendais pas trop. Ils vivent loin, on les voit pas souvent, et puis au pire ben je me disais ils sont cons mais ils sont loin ! T’auras pas à être faux cul souvent. Et en même temps j’appréhendais un peu quand même. Les beaux parents quoi. Ca serait quand même cool de faire bonne impression hein ! Et puis chéri, pour être sûr que ça se passe le mieux possible et éviter au maximum un « did attitude » potentiellement catastrophique, avait balisé le terrain comme un malade, en mode « t’inquiète je gère, tu ne pourras pas être à côté de la plaque c’est pas possible ! ».

Et ben échec total. To. Tal.

En fait pour bien faire chéri avait prévu un gros apéro pique-nique dans un grand parc à côté de chez nous, avec d’autres potes, une dizaine de personnes au total, impossible de se saborder.

Sauf pour moi. Déjà étape numéro un, se saborder auprès de beau papa en moins de trois minutes. Donc je t’explique, j’arrive dans le parc, un peu fébrile, bien habillée, tout sourire et tout JE NE PEUX PAS ME VAUTRER !! « Bon Did je te présente mon père » « beau papa enchantée ça me fait plaisir », et là ils commencent à discuter entre eux, genre quoi de neuf, t’as fait des travaux à la maison patati patata.
Et là je commets ma première erreur. Beau papa annonce qu’il a mis chais pas quoi autour de, je cite, le bassin. Donc là, chéri me regarde et me dit « ah oui, mes parents ont une piscine chez eux ». Et je ne sais absolument pas pourquoi je décide de dire, mais genre super fort quoi, histoire que la moitié du parc m’entende : « AHAAAAAAAH !!! JE SAVAIS QUE T’ETAIS BLINDE DE TUNES !!! YEEEES !! ».
Bon…
Blanc, tout le monde me regarde avec horreur, chéri me regarde avec blasitude… Fail total.

Du coup je passe le reste de l’apéro le nez dans mon verre de rouge en mode pas parler ! Ne dis rien, ferme ta bocca, regarde les oiseaux la nature mais juste ferme là.

Et la fin du pique nique se passe pas mal hein. Vu que je ne dis rien j’évite tout mélodrame familial, niquel. Et puis beau papa et belle maman se mette en mode allez ! On va en ville boire un café en terrasse ! Qui dit café dis fin de repas (ou l’inverse), et surtout dans mon cas fin du supplice. Je commence donc à me détendre alors que nous traversons le parc en direction de la ville.
Et là ! Sur ma droite, je vois à une dizaine de mettre, un mec en fauteuil qui fait de grands signes vers nous. Je le regarde en mode « mais que… ? » et clairement le mec m’appelle. « HEEEEEE ! S’IL VOUS PLAIT !! », à me faire signe en me montrant du doigt.
Donc je me dis mais putain ! La voilà ma chance de me faire mousser un peu ! D’être la meuf trop sympa qui a volé au secours d’une personne en difficultés ! Allez vient belle maman, je vais en faire des caisses pour te montrer que je suis une meuf trop cool, altruiste, que bon ok j’aime le pognon (qui n’aime pas en même temps bande de faux derches va !!) mais que je suis cool !

Et nous voilà parties avec belle maman direction le mec en fauteuil. Alors en m’approchant j’ai vu qu’il avait un carton de pizza sur ses genoux et visiblement de gros problèmes moteurs, difficultés à bouger ses bras toussa toussa. Donc je me disais connement il va vouloir qu’on jette son carton où un truc dans le genre.
Non, pas du tout. Arrivées à sa hauteur, le mec me sort juste un ENOOOOOOOOORME bang de son sac, sa douille prête à cramer, un briquet et « vous pouvez me l’allumer s’il vous plait, moi je ne peux pas ».

Donc là si tu veux, horreur et désespoir quoi. Dans ces moments là c’est toujours la même chose. J’ai l’impression que le temps s’arrête, j’ai le temps de tout analyser, tout voir, de me faire un putain de monologue dans ma tête. et la seule chose que je suis capable de me dire c’est toujours « pourquoi moi ? C’est le plus grand parc de la ville, c’est blindé, y a du monde de partout, et le mec c’est moi qu’il appelle ! Mais bordel quoi ! ».
Et le pire, le pire ! Putain c’est son bang quoi ! Un énorme bang, en forme de femme à poil, avec des nichons que même dans mes rêves les plus fous j’en ai jamais vu des comme ça !!! Mais ta mère putain ! Avec bien sûr, belle maman qui me regarde genre on fait quoi ?

Et on fait quoi ? Ben à ton avis ! Je lui ai allumé son putain de bang. Il a vidé sa douille il était content. Belle maman était juste horrifiée, la bouche ballante à dire « mais que… mais enfin pourquoi vous faites ça… mais enfin did c’est de la drogue !! ».
Bé oui je sais belle maman, on va dire que de toute façon il avait l’air déterminé à se la prendre sa douille, et moi au moins je sais que je vais pas lui casser la gueule pour me tirer avec son matos…

Raaaaaah mais sérieux !

Et bien l’avantage, c’est que belle maman ne m’emmerde pas. Bon par contre quand elle vient, elle veut plus se balader avec moi mais elle m’emmerde pas. Monde de merde va.

Ca pourrait être pire

Mercredi 23 mars 2016

Oui ç’aurait pu être pire. J’aurai pu par exemple, au lieu de dire salut je reviens et plus rien foutre pendant un mois comme une grosse connasse, ne plus jamais revenir. Et vos coms en attente de modération seraient restés comme ça pour L’ETERNITE ! Ah ça fait flipper hein !

Non plus sérieusement, j’ai eu une grossesse que j’ai traversé à coups de « ça pourrait être pire ». D’abord avec cette histoire de toxo. Ca pourrait être pire, je pourrais être en afghanistan ou en syrie ou n’importe quel rade du monde. Là au moins je suis vachement suivis médocs toussa blablabla. Faut savoir relativiser dans la vie merde !

Plein de fois comme ça, je me suis dit ça pourrait être pire. Et notamment lors de mon hospitalisation. Franchement là je me le suis dit tous les jours… Mon dieu quelle vie de merde… Tu vois à ce moment là, le plus chiant c’était l’impuissance la plus totale, pour tout. Toxo ? Ben attendre. L’hospit suite à la perte des eaux ? Ben on va faire des examens on va voir faut attendre. T’es obligé d’attendre comme un con et c’est pas le truc le plus agréable de la terre. Tu relativises parce que t’as pas le choix, mais merde quoi.
Donc oui, plein de fois je me suis dit que ça pourrait être pire.
Bon déjà, lors de l’hospit tu vois.
« -Heuuu oui bonjour voilà je suis hospitalisée depuis cette nuit, j’ai perdu les eaux et on m’a pas dit, j’ai le droit de me lever ?
-Oui bien sûr
-Ah cool super, je vais aller faire un tour sur le parvis alors
-Ah non on s’est pas compris. Vous pouvez vous lever pour aller pisser c’est tout

Noooon mais tout va bien. Zeeeen. Ca pourrait être pire. Je pourrai être en afghanistant ou en syrie…

Après y a le deuxième jour d’hospit…
« Oui bonjour je suis la sage femme, je viens vous voir parce que comme vous êtes couchée, vous aller avoir des problèmes de constipation je vais… (ouvre la porte et hurle dans le couloir) HEY ! PERSONNE A UNE BOUTEILLE D’HEPARD POUR EVITER A LA DAME D’ETRE CONSTIPEE ?? »

Toi qui entre ici abandonne toute espérance… Et tu peux laisser ta dignité à la porte aussi hein !

Noooooooooon mais tout va bien. Ca pourrait être pire, je pourrai être en bla bla bla pffff ta mère.

Après ben c’est facile. Y a TOUS les autres jours d’hospit… Mais vraiment tous.
Alors le truc qu’il fallait surveiller avant l’accouchement c’était les risques infectieux. Et pour ça une gentille madame venait me prendre la température 3 fois par jour et des fois, une sage femme venait faire un prélèvement. Oui un prélèvement. Un coton tige dans la chatte quoi fait pas style. Le truc pas douloureux mais juste pfffff.
Et ma chambre était bien évidemment à l’autre bout du service. Du coup le matin mon petit dej arrivait super tard, et putain mon café quoi merde ! Un par jour aussi dégueulasse qu’il était je savais l’apprécier. Et un jour j’étais réveillée depuis un bail et bordel je veux boire mon putain de café ! Une heure entre le réveil et le café c’est juste un traitement digne de la corée du nord merde !!! Bref j’agonisais littéralement dans mon pieu quand j’entends la porte. Putain le café enfin.
Je te laisse imaginer ma gueule quand j’ai vu l’autre CONNASSE avec SES DEUX PUTAIN DE COTONS TIGES !! Oh avant le café sérieux ?

Nooooooooooooooooon mais tu pourrais être en TA GUEULE !!! Je m’en fous de la syrie putain je vais prendre deux cotons tiges dans la chatte avant de pouvoir boire mon putain de café !! Ma vie est à chier !!

Franchement, j’te jure hein à ce moment là, j’avais qu’une envie c’était de me faire tatouer le plan de l’hosto pour me tirer ! Vasy j’en peux plus j’fais une fugue.

En tout cas le point positif c’est que le message est passé, il a été très clair (l’autorité tu vois), 24 heures après trololo s’était pointé.

La mandale

Mardi 11 juin 2013

Alors ceci n’est PAS un hommage à mandela hein. Déjà parce que ça parle pas de mandela, et puis parce qu’il est pas encore cané. Encore que, je le soupçonne de le faire d’ici à ce que j’ai fini de rédiger ce post, juste pour me faire chier. Salop va !

Bon bref, il y a peu, y a un lieu dans lequel j’ai bossé en 2008 2009 et dans lequel j’ai vraiment kiffé bosser qui m’a rappelée parce que « ouais did c’est clodoland, on a un gros soucis sur une semaine, tu pourrais venir bosser steplait ? ». Je vais être très honnête avec toi hein, ma première réaction ça a pas été non merci, ça a été : « PUTAIN LE SOCIAL VA NIQUER TES MORTS JE VEUX PLUS JAMAIS VOIR TA SALE GUEULE ESPECE DE FILS DE PUTE ». Un peu épidermique… Un peu…
A leur troisième appel « non mais did on est vraiment dans la merde, tu connais le lieu, tu connais tous les mecs… steplaiiiit » j’ai réfléchi et je me suis dit que presqu’un an après avoir été voir ailleurs si j’y étais (et je me trouve nulle part d’ailleurs, c’est un peu chiant hein) je pouvais bien y remettre un pied pour voir. Et puis surtout c’est pas des enfants quoi. Parce que je sais que ma limite elle est là, les enfants. Je ne veux plus jamais voir un mineur de ma vie. D’ailleurs, tous mes amis qui font des gosses, ben je les vois plus. Alors là pour le coup c’est pas parce que je le veux plus hein, mais prends Naash par exemple. Chaque fois que je vois sa gosse, je me dis que ma mission, c’est de lui dire la vérité sur sa mère. Alors je prends sa petite marionnette cochonne là que je mets sur mon doigt, et je passe mon après midi à dire « ça c’est maman, maaaa man, et pourquoi c’est maman ? Parce que maman c’est une cochonne qui adore prendre des doigts dans le cul !! ». Et ça marche hein, maintenant quand elle me voit, elle regarde sa marionnette et elle fait maman ! Ben bizarrement, depuis quelques temps, je la vois plus cette môme. La vérité gène hein ! Mais on me bâillonne pas moi ! Ici je dénonce !!

Bon bref on s’en fout on est des fous donc les clodos et une semaine de taf allez c’est pas des gosses, c’est court ça va le faire.
Alors je vais me permettre de faire un rapide état des lieux de « qu’est ce qu’un clodo quand on est éduc » pour les noobies. Donc ce lieu là est un lieu associatif dédié à ce qu’on appelle la très grande précarité. Les gonzes qui ont pas de stabilité parce que des parcours de vie qui font qu’ils sont tout cassés, et que l’insertion c’est pas pour tout de suite quoi. Y a pas mal de tox, des alcoolos, des gonzes de la rue, des demandeurs d’asile. Ils sont ce qu’on appelle des invisibles, parce que toi, pékin lambda, quand tu te ballades en ville tu les remarques jamais. Ils sont propres, ils font pas ou peu la manche, ils évitent de se faire remarquer. Et puis le monde de la rue, cette société aux marges de la notre, les mecs ils savent ne pas faire de vague. Alors tu me diras « mais si tu fais pas de l’insertion tu fais quoi, connasse ? », ce à quoi je répondrai dis donc c’est pas la politesse qui t’arrache la gueule mon con. A rien ! Je fais du lien social ! Tu vois le cliché de l’éduc qui boit des cafés et fume des clopes ? Ben c’est moi !
Si tu veux une image, les mecs ils volètent tous au dessus de moi, et si je sens une ouverture, tchak je les chope et je les colle au sol. Et là j’enclenche la machine. Assistante sociale hébergement et toute la machine pas inutile mais pas loin qui va bien te broyer la gueule !

Donc j’arrive le premier jour et là, prend la temporalité dans la gueule. J’arrive, y a un type devant que je connais bien, on va l’appeler Machin, par pur respect et par soucis d’anonymat bien sur, ben Machin, la dernière fois que je l’ai vu, c’était en 2011, il était bourré, il sortait de taule et il me disait « ouaiiis mais did t’sais moi les conneries j’arrête là c’est pas bien c’que j’fais ». Ben là, juin 2013 donc, il était bourré, il sortait de taule et le premier truc qu’il m’a dit c’est « ouaiiis mais did t’sais moi les conneries j’arrête là c’est pas bien c’que j’fais »… La temporalité… Cette notion si subjective… Bon après hein à sa décharge, avec le parcours de vie qu’il a ce type, moi j’aurais crevé y a longtemps. Lui il vacille pas mal mais il tient hein.

Bon bref. Donc ce qui m’a tout de suite interpellée c’est les demandeurs d’asile. Sur les gonzes qu’on voyait passer dans la journée, 50% d’invisibles, 50% de demandeurs d’asile. Et les demandeurs d’asile, tu vois leurs gueules tu sais. Tu sais qu’entre le pays de départ et l’arrivée à grenoble… heu… mercenaire. Putain que des mercenaires un truc de barge. Et les invisibles et les demandeurs d’asile se mélangent pas. Jamais. Et puis ce sont des gens charmants hein, juste, faut pas les faire chier.

Et un jour je discutais dans le bureau avec l’un d’entre eux, un lettré. Un prof dans son pays (ah bon ? Vous avez des profs ? Mais pourquoi faire ? Ca aide à aller chercher les bananes ? Mmh ? Y a bon banane ? Rooo c’est bon fait pas ta pucelle hein), et puis quel pays ! Ahahah ! Eh ben mon gars toi tu l’auras ta demande d’asile ! En matière de liberté y a qui après vous ? La Corée du Nord c’est bien ça ?
Bon bref on papote (« Vous voulez que je vous parle de mon voyage ? » NOOON ! Le récit du massacre de ta famille parce que t’étais pas le prof qu’ils voulaient que tu sois me suffit largement va, on va pas tout faire d’un coup hein) et là y a un gars qui arrive, que je connais bien… Un pur casse couille. Oui au singulier. C’est celle d’Armstrong. Et il arrive raide défoncé au rivotril (oui mais j’ai une ordonnance) et qui trouve rien de mieux à faire en arrivant que se faire un binch drinking. A 10h du mat’. C’est la teuf ! En 30 minutes il a torché une bouteille de vodka comme du p’tit lait. Et une heure après, il était raide bourré, raide défoncé, mais il tenait toujours debout !

Et donc je papote toujours avec mon demandeur d’asile et là y a ce type qui rentre dans le bureau, me regarde, regarde le gonze et lui dit, tranquillou bourré « alors elle, tu la prends par devant, par derrière et même après, elle te suce »…
Alors j’ai un peu l’habitude de ce genre de situation. De toute façon les mecs quand ils sont cuits comme ça c’est même pas la peine d’essayer de discuter alors je me disais je vais le prendre par l’humour, et je vais lui dire « Mais enfin Truc (ouais, Truc, anonymat respect), une fellation après la sodomie c’est quand même pas super hygiénique quoi ».
Ben ma phrase, j’ai même pas eu le temps de finir de la penser, le demandeur d’asile il s’est levé, il lui a collé une mandale… un truc de ouf j’avais jamais vu ça. Le mec il a traversé l’assoce sans toucher le sol, au moment de décoller la violence du coup ça lui a pété un tympan, et comme il a super mal négocié son atterrissage il s’est pété le nez.
Et la norme dans ces lieux là… « Heu… Truc tu veux pas qu’on appelle les pompiers ? » « Nan t’inquiète c’est gentil je gère » et il s’est cassé, il pissait le sang d’une oreille, du nez et il avait un côté de la gueule qui gonflait de manière tout à fait sympathique.

Du coup je fais 2 constats. Le premier c’est qu’effectivement, un type qui sort d’un pays pourri et qui s’est tapé un voyage de ouf derrière, effectivement, tu ne le fais pas chier.
Le deuxième, c’est que putain… Le social non, non. Un jour peut être hein mais là non. Vos vies de merde… Non… Noooon !

Et mandela n’est pas cané ? Putain tout fout le camp j’teul dis moi.

L’afpa du tout à la rue

Lundi 22 avril 2013

Afpa. Pas du tout à la rue. Jeu de mot. Ok mais ça commence méga fort aujourd’hui ! On la refait ou.. ? Je peux aussi présenter mes excuses… Ou pas. Oh écoute c’est lundi. Même quand tu travailles pas le lundi c’est déprimant. Ca fait une bonne excuse ?

Bon, il y a quelques temps, pour des raisons qui m’appartiennent j’ai décidé de me tirer du social. Alors c’est bien beau de se barrer de son secteur professionnel et de chômer, sauf que ça va un temps en fait. Au bout d’un moment tu te dis hey ! Mais potentiellement ça serait cool que je fasse quelque chose de ma vie. Enfin autre chose que ne rien faire sur mon canapé.
Alors j’ai globalement une idée de ce dans quoi j’aimerai bien partir, permet moi de ne pas t’en parler. Oui non parce qu’en fait j’aimerai bien garder un semblant d’intimité tu vois. Qu’on se dise pas tout comme ça, qu’on se laisse un peu des surprises toussa.

Par contre je veux bien te parler de l’afpa… Oui non parce qu’alors l’afpa je pourrais en parler pendant des heures. Mais promis ce coup ci je la fais moins longue que la dernière fois.

Donc il y a peu, en zonant sur le site de l’afpa j’ai vu qu’ils proposaient une formation susceptible de m’intéresser. Ni une ni deux je prends mon téléphone et je les appelle pour avoir plus d’info. Alors déjà si tu veux, quand je compose un numéro local pas surtaxé ni rien, j’avoue, j’avoue, je m’attends à tomber sur un gars (ou une gars, chuis pas sexiste, en plus l’accueil c’est quand même un vrai métier de meuf) du coin. Enfin quand j’appelle l’afpa grenoble, je m’attends à tomber à l’afpa grenoble. Et effectivement au bout du fil j’ai un gentil monsieur qui me dit afpa grenoble bonjouuuur.
Oui. Sauf que derrière j’entendais un autre type qui disait afpa bordeaux bonjouuuur. Un autre qui disait afpa brest bonjouuuur. Putain mais même l’afpa quoi… Bon bref je la sens arriver la galère, je le sais que le type il va me parler de réunion d’information et de chais pas quoi et qu’il est juste là pour faire joli dans le décor. Mais je lui pose quand même la question, la formation qui m’intéresse toussa, comment que je fais ? Et là, méga surprise !!! Non j’déconne… Le type me dit « y a une réunion d’information générale tous les lundis matins ». Oui mais moi monsieur je m’en branle du général, je veux juste avoir des info sur une formation en particulier. Le type me dit « y a une réunion d’information générale tous les lundis matins ». Oui mais moi monsieur je m’en branle du général, je veux juste avoir des info sur une formation en particulier. Le type me dit « y a une réunion d’information générale tous les lundis matins ». Oui mais moi monsieur je m’en branle du général, je veux juste avoir des info sur une formation en particulier.
On peut aller super loin comme ça et je sais que je gagnerai jamais !!! Ce qui m’agace fortement. Mais bon pour le fun hein. Faut assumer d’être une connasse des fois ça fait du bien.

Donc un lundi matin je me pointe à l’afpa. 8h30, j’étais super fraiche. Un truc de ouf. The walking dead is in da place. En plus, effectivement c’était général hein. Y avait un peu tout le monde. Genre la meuf qui ne parle pas un mot de français. Y avait un type aussi, il m’a bien rire lui. Costume armani steplait (on est à l’afpa mec tu crois leurrer qui là ?), le type voulait faire un formation qu’il avait déjà faite. Mais en fait la première fois, sur un an de formation, il avait fait que la théorie, pas de stage parce qu’il se disait que ça servait à rien, du coup il a pas eu la qualif et il s’étonnait de pas trouver de boulot derrière.
C’est terrible je sais que c’est mal de se dire des trucs pareils, méprisant toussa. Mais putain je me suis demandée tout le long ce que je foutais là… Je me sentais seule. Mais seule ! Et la nana qui m’achève en disant « oui alors aussi il faut savoir que pour se faire financer une formation, il faut choisir une formation à qualification supérieure au plus haut diplôme que vous avez déjà.
Oh mais ta mère sérieux ! C’est quoi c’te mentalité de con ? Coucou les ingé ! Le jour où tu veux tout plaquer pour faire plombier et monter ta boite tu l’as dans le cul !! La france monsieur la france ! Le diplôme le niveau l’excellence ! Mouais… J’ai quelques doutes sur la méthode et l’éthique quand même mais bon j’veux dire à part fermer ma bouche… Voilà voilà.
Donc je laisse mon nom, mon téléphone, la formation qui m’intéresse et puis ben « vous pouvez vous en aller madame ». 8h45. Merci ! C’est où qu’on brule tout ?

Ca tu vois c’est la partie émergée du côté obscur de la force. On pourrait croire comme ça que l’afpa c’est de la merde mais non. C’est tellement pire que ça.

Quelques jours plus tard je me rends compte que j’ai un appel en absence sur mon téléphone. Numéro du coin, j’me dis un petit coup d’annuaire inversé ça coute rien. C’était l’afpa ! Un numéro interne en plus ! Je rappelle, puisqu’ils ont même pas pris la peine de laisser un message. Et je rappelle pendant 3 jours puisque ça décroche jamais au bout du fil…
Le vendredi je réussi à avoir la nana qui m’avait appelée, et qui me dit, le vendredi donc, « oui c’était pour vous dire que les tests pour la formation qui vous intéresse sont lundi ». Ok… Génial. Donc j’ai 2 jours pour préparer quoi ? « tests de qi de français d’anglais d’informatique etc et un entretien avec la psy ». Et ben c’est génial écoute, je vais passer un bon we. Test de qi… Et oui ! En 2013, on croit encore au test de qi de base. L’afpa, cet organisme bloqué en 1983.

Donc le lundi j’me pointe… 8h30. La torture… Et là ! Là ! On tombe enfin dans le grand n’importe quoi. Hé j’te jure, j’en ai vu des trucs pourris, des dispositifs de merde, des trucs trop pas logique mais là, on touche quand même au sublime hein. Bon les tests de qi, ben des tests de qi… Un carré un rond un carré un rond un carré qu’est ce qui vient après ? Mmmmh… un triangle ?
Le pire. Le pire, je crois que c’était le test d’anglais. Je devrais pas le raconter je devrais plutôt en avoir honte mais j’m'en fous en fait. Si tu veux j’ai perdu 10 minutes parce que je cherchais le piège. Moi quand je lis « I just saw Bryan in the kitchen, where is Bryan ? In the kitchen, in the garden, I don’t know », ben oui, j’avoue, j’ai passé 10 minutes à me dire naaan mais c’est pas possible y a un piège. En fait, elle vient de le voir. Donc si ça se trouve il a eu le temps de sortir. MAIS… il est peut être pas sorti dans le jardin. Ils veulent me mettre une carotte ça peut pas être aussi évident. C’est quand j’ai regardé les autres questions que j’ai compris. Non non c’est bien ça ils nous prennent pour des demeurés.
Non mais le test informatique steplait. « Vous avez un trombone dans un email, qu’est ce que cela signifie ? J’ai une ou plusieurs pièces jointes, ou alors je dois aller à la papeterie »…
Tuez moi. S’il vous plait me laissez pas comme ça. C’est inhumain. J’ai pas toujours été très clean dans ma vie, j’ai fait des trucs horribles que je regrette profondément, mais rien qui justifie ça !!! Et ils se plaignent les libyens ? Mais ils sont fous, faut qu’ils profitent. Au moins en période de guerre civile tu te fais pas chier avec l’afpa qui te demande si avec un trombone dans un mail tu dois aller à la papèterie.
Mon dieu le moment de solitude.

Mais tout ça c’est rien comparé à l’entretien avec la psy. Parce que ça a été vite torché hein.
- Vous êtes au chômage que depuis 8 mois, vous avez le temps, vous avez pensé à faire un bilan de compétences ?
- (douleur…) Ben… c’est fait…
- Ah bon ?
- Ben oui. Je veux me barrer du social je suis pas ici parce que je trainais dans le coin, j’ai vu de la lumière et je me suis dit tient ! Et si j’allais passer des tests qui me prennent pour une débile ?
- Ah bon ben dans ce cas là on va faire court. Pour être prioritaire, faut être au chom depuis plus de 2 ans, avoir zéro activité professionnelle, être au rsa. Vous avez le temps. Merci, au revoir.

Voilà. Aujourd’hui, si tu veux être « public » à la formation pour adulte, faut absolument rien branler pendant des années… Classe le système hein ? Là pour le coup, je n’ai vraiment d’autre choix que de finir par erf, quel monde de merde…

La Guerre du Feu

Dimanche 14 avril 2013

Il y a quelques temps, je faisais mon lard sur mon cana… Ah non ça part pas du tout comme je voulais. Attends on reprend.

Il y a quelques temps, je méditais en position du lotus sur mon tapis de méditation, et suite à une communion extrême avec tous les éléments vivants du monde j’en arrivais à cette conclusion : la con de ta mère, en fait chez moi y a tout qui passe par l’adsl quoi. Si je tombe en rade je n’ai plus rien. J’ai plus de télé, j’ai plus de radio, bon plus de web c’est évident (c’est pas vraiiii tu décoooones), plus de films plus de séries plus de téléphone plus rien ! Attends j’ai même plus l’heure… Non c’est pas vrai… j’ai 4 mp3. Et j’me disais ben putain, le jour où j’ai plus le net c’est la fin du monde j’teul dis moi.

Et devine quoi ? Sisi allez devine. Haaaan ! Comment t’es trop fort ! J’ai vécu le pire moment de lose cette semaine, un pur cauchemar. J’étais pépère sur mon canap’ en train de mater les anges de… d’écouter france culture, via la box bien sur, si ça peut m’éviter de bouger de mon tapis de méditation c’est encore mieux quand d’un coup ça freeze. Alors ça le fait des fois hein, ça plante. J’veux dire quand t’es chez free, xavier devient d’un coup le prénom maudit que tu veux plus jamais entendre et ta plus grande terreur c’est de regarder une vidéo sur youtube (oh non… noon… NOOOOOOON 24 minutes de vidéo à charger putain !!!! bon ben je vais prendre ma douche faire des courses écrire un livre courir un marathon faire 3 enfants et quand j’aurai fini elle aura peut être chargé à moitié… peut être…) donc j’me dis ben c’est pas grave je vais mettre un podcast.
Et là vision d’horreur, ma box est en train de se réinitialiser. Et elle bloque. Donc là le pire scénario de ma vie est en train de se produire sous mes yeux. Ma box est bloquée. Bon sur le coup j’ai complètement nié la grosse montée de sueur, les grosses goutes de transpiration sous les bras, les yeux un peu exorbités et j’ai fait noooon, rien de grave, je reboote tout ça manuellement et roule bamboule.
Mon optimisme me tuera un jour.

Bon, je t’avouerai que quand j’ai vu qu’elle bloquait toujours, là j’ai sérieusement commencé à avoir du mal à déglutir, à bien les sentir les palpitations, j’ai cru que j’attaquais la ménopause dis donc. Mais. Mais. Mais. Je gère quand même mes angoisses vachement mieux qu’avant, et j’arrive, dans une situation fortement anxiogène, à attendre 20 minutes avant de tout casser. Donc pendant 20 minutes je me suis dis oh allez, t’as un peu 500 gigas de films et de séries tu devrais pouvoir trouver ton bonheur. Mais non. Une did ça marche pas comme ça. Une did, ça veut toujours le truc qu’elle avait pas téléchargé. Ou alors ça veut voir le film coréen qu’a pas les sous titres. Ou alors ça veut voir le film, celui là là, là ! Celui qu’est sur la box !!! De toute façon c’est vite vu une did ça veut le net bordel kesse j’en ai à foutre de la corée du nord de fukushima du mali de cahuzac j’ai plus le net depuis 20 minutes bande de cons !!!
Donc je me décide à utiliser la roue de secours. La 3g. Et là l’horreur ultime, saw en live, rec dans ton salon, paranormal activity dans ta tête… J’ai pas la 3g… JE N’AI PAS LA 3G ! Tu vois robinson crusoé ? Ben je suis sure qu’il se sentait moins seul que moi à ce moment là.

Bon là hop ça suffit, c’est bon t’as gagné, je pète un câble. Vu que j’ai ni le net ni la 3g, je me demande si c’est pas free qui pine sur grenoble. J’appelle donc mes amis. Enfin des gens que je pensais être mes amis. « Ouais fab c’est did, t’as le net, la 3g un truc ? » « Heuuu… alors j’ai pas la 3g depuis ce matin, pour le net je sais pas comment te dire… je travaille ? Je suis au taf ? Tu sais la vie normale tout ça ? » « RAAAAAAAAA eh mais attends mec déjà le travail c’est so 2012 faut arrêter avec ça hein, et puis bordel j’ai plus le net !!! JE N’AI PLUS LE NET !! ».
Alors là j’me dis bon. Je suis seule au monde, mes amis sont tous des fakes, ben je vais appeler free.

Tu la sens ma grosse solitude là ? Oui tu la sens hein cochonne va oui tu… hum… Désolée. Oui donc le principal problème quand tu articules toute ta vie autour du net c’est qu’une fois en rade t’as plus accès à rien. T’es donc comme un con à vouloir appeler free, sans avoir leur numéro, et sans avoir le net pour le chercher… TADAAAM !! Le retour à l’âge de pierre !

Mais c’est pas tout. Oui. Aujourd’hui j’ai décidé que t’allais grave prendre cher, aujourd’hui c’est double dose, deux posts en un, et si t’es pas content, tu prends rendez-vous avec l’hébergeur, c’est lui le tuteur légal. Merde.

Donc je baisse les bras. Voilà. Au passage je casse tout chez moi. Mais voilà, faut bien faire avec sa frustration des fois, j’abandonne donc, et je prends un bouquin.
Alors en ce moment je suis encore sur un Dan Simmons. De la SF. J’ai un rapport un peu particulier avec la SF. En fait je ne suis pas QUE complètement conne (tu ne peux pas me réduire à ça c’est insultant), j’ai également l’immense privilège de n’avoir aucune imagination. Alors imaginer des trucs qui se passent dans 4000 ans… quoi ? Avec des robots des trucs machins quoi ? Et je bloque un peu avec la sf parce que la première fois que j’en ai lu, c’était sur les bons conseils de mon hébergeur (en vrai tu me détesterais pas un peu mec ?). Il m’a filé du asimov en disant tu vas voir did c’est trop de la balle. J’ai dit son nom une fois et c’est tout, j’ai peur du syndrome beetlejuice, si je dis 3 fois son nom, un de ses bouquins apparaîtra dans ma bibliothèque et je serai obligée de le lire. Et ce sera la fin de ma vie parce que si j’en lis un 2ème je suis sure de me suicider. Attends, le seul souvenir que j’ai du premier c’est même pas le titre !! Je me rappelle juste que dans le bouquin, y avait un bar qui s’appelait « Aux dissidents cognitifs ». C’est tout. Je me rappelle aussi qu’après l’avoir fini je m’étais demandé comment c’était possible de rien comprendre à un bouquin à ce point. Une énigme du début à la fin.

Bon bref la sf pffff. Jusqu’à Dan Simmons. Du coup là je suis sur Olympos. Alors d’entrée de jeu t’attaques pendant le siège de troie avec hélène qui se fait traiter de pute et zeus qui gueule parce que vient tâter mon chibre connasse. Sur le coup je me suis dit tient, je savais pas que la sf ça pouvait se passer dans le passé (tutututut, on ne rit pas, j’ai déjà dit que j’étais complètement conne), mais par contre le langage un peu châtié m’a pas plus étonnée que ça. Attends après tout dans 3000 ans, quand on parlera du message de l’Elue, on dira « Et elle dit Peuple de terre, Fils de l’homme, lève toi et voit : le non sens est le sens, le sens est le non sens ». Dans 3000 ans tout le monde se touchera la nouille là dessus alors que bon, globalement aujourd’hui, le message de votre Elue bien aimée moi même ressemble plus à allez tous vous faire mettre bande de cons mais passons, ceci est une autre histoire. Le Futur sait, lui.
Donc voilà la sf c’est aussi dans le passé. Ou pas. J’ai pas souvenir que dans le l’illiade y avait un trou de brane au fond du jardin avec mars derrière… Voilà. Tout ce que je déteste dans la sf. C’est quoi un trou de brane bordel de merde ? Allez la con de ta mère wikipédia putain c’est pas possible de lire un bouquin avec un dictionnaire encyclopédique merde !!! Et puis j’veux dire comment tu te représentes ça ? La guerre de troie avec un trou de brane à côté tranquilou et mars derrière. Normal.

Et c’est là que la coupure du net prend toute son ampleur. Je prends donc mon bouquin, et je tombe sur la phrase qui tue : « Si l’on procède à une analyse mathématique de ces données quantiques, le résultat tend à prouver que plusieurs espaces de Calabi-Yau distincts tentent de coexister en une seule brane.« .

Quoi ? Oh bordel wiki… NOOOOOOOOOOOOOON !!! J’AI PAS LE NEEEEEET !!! Le retour à la guerre du feu bordel ! T’as plus accès à rien quand t’as plus le net !

Et tu sais ce que c’est le pire ? C’est que quand le net est revenu, je suis allée voir le machin calabi yau ce que c’était. Et ben j’ai toujours pas compris…

Oué. Tout ça pour ça. Oué. Je sais qu’il était long celui là. Tu viens de vivre la vie de did qui a passé 2 heures sans internet. Le chaos dans ma tête. Et tu ferais bien de prier pour qu’il n’y ait plus jamais de coupure. Je te jure, je trouverai toujours un moyen de les distiller mes conneries. Tu les recevras par pigeon voyageur, je foutrai un trou de brane dans ton salon (même si je suis pas sure de ce que c’est, j’en mettrai un quand même) ! Je m’arrêterai jamais t’entends !!!

L’eval en milieu de travail (l’after… pleine de solitude)

Vendredi 8 février 2013

Alors… Bon… En fait… Raaaa par où j’attaque ?? Heuu…

Bon, j’ai fait mon éval. je l’ai faite chez poto, que pour l’occasion nous appellerons donc potoboss. Potoboss a une petite boite qui fait des sites web. Moi mon kiff, comme je vous l’ai dit, c’était y aller, revenir ici en courant et tacler à mort. Seulement mes plans démoniaques sont sérieusement compromis.

Je m’explique. A la fac, mon cursus c’était donc sciences du langage, avec une spé dans les nouvelles technologies. Bon, on va être clair sur les termes hein, nouvelles technologies il y a 10 ans, dinosaure de maintenant. Voilà, ça c’est fait. En plus à l’époque, moi je bossais que sur les projets en amont du développement et sur le plan plus théorique. Après, je filais mes résultats aux développeurs et bon courage les mecs moi je vais picoler. Le dev, ça me saoulait et fallait vraiment me coller au train pour que j’en fasse. Et mal en plus.
Alors j’y connais rien, mais y a des éléments de langage qui ne me sont pas totalement inconnus.

Donc chuis arrivée chez potoboss, enfin sur son lieu de travail. Y a potoboss, boss bis et boss bis bis. Autour, y a des dev et un graphiste. Ah non, au temps pour moi, un oueb dizaïneur. Alors déjà chuis arrivée, chais pas ce qu’il avait fait la nuit précédente potoboss, mais il avait pas dormi. J’avais l’impression d’être dans the walking dead. Et les présentations ont été heu… ont été. Voilà. « Ouais bon tout le monde c’est did, elle est là heu pffff elle est là ». Ok, le cheveu. La soupe. Hellooo ! Bon après en même temps pour y passer 5 jours hein… A les faire chier en plus.

Bon bref, là n’est pas la question. Je me mets en condition tu vois, prête à faire chier tout le monde, avec mes questions de merde. Et là… C’est le drame. A un moment donné on m’a demandée si je connaissais le mot cms. Du coup je réponds ben oui, j’ai mon blog sur wordpress. Ah bon t’as un blog ? Tu files l’adresse ? Bien sûr. Que non. Ca va pas la tête ? C’est mon blog hein. Et là je m’entends dire t’inquiète on va trouver. Donc je commence à ricaner. Fait donc. T’as que mon nom, mon prénom, mon surnom good luck mec !
Je m’attendais pas vraiment à ce que potoboss lance « ah mais je l’ai l’adresse, je t’envoie ça par mail ». Non, je ne m’y attendais pas…

Pour les grenoblois, le petit boum boum boum que vous entendez en continu depuis quelques jours, c’est juste le bruit que fait ma tête quand je la tape contre les murs. Ou mon bureau. Ou mon orgoùshclavier .

Ô solitude. Avec bien sûr derrière, hé mais tu comptes nous tailler ! Et le top du top, la petite phrase qui déchire « j’espère que ça va être constructif ! », tu sais, avec la main sur la hanche et la tête qui dodeline. Ca m’a tuée. Dépulpeuse et constructif dans la même phrase, j’avais jamais entendu. Pour moi c’est antinomique. J’aurai été moins choquée d’entendre qu’une forme d’intelligence a été trouvée dans le cerveau de christine boutin.

Du coup je sais pas si tu réalises… mais t’es là… et eux aussi !! Heuuu, les mecs et la fille, c’est un peu chelou là. J’ai pas trop l’habitude hein. Et puis c’est gênant du coup je peux pas vous tailler.

Alors que si vous aviez pas été là, j’aurai pu me lâcher. J’aurai pu dire des tonnes de trucs, je sais pas moi. Par exemple, j’aurai pu dire que c’est trop marrant un développeur. En fait, un développeur, quand tu rentres dans la salle où ils sont tous, le premier truc bizarre c’est qu’ils ont tous des écouteurs. Alors au début je me disais mais quoi ? Qu’est ce que ? Après j’ai compris…
Un développeur (mais pas que hein, potoboss il me l’a faite aussi, alors qu’il est commercial lui) ça parle. A sa bécane. Ca gueule après ses bugs. Effectivement, si tu fais pas l’autiste tu sautes très rapidement par la fenêtre. Le premier jour, j’ai cru que je devenais dingue : « alors… » Oui ? « Non rien je parle tout seul » Ah ok. « Alors, on va faire quoi, où est ma souris, qu’est ce que… attends où je suis pourquoi c’est ouvert ça je voulais aller où déjà tu fais quoi toi » Quoi ? « Non rien je parle à mon écran ». Le lendemain, j’avais mes écouteurs, et finalement, l’autisme, c’est très bien. On critique on critique mais c’est très bien l’autisme.
Je pourrai dire aussi qu’il y a des guerres intestines au sein des développeurs. Alors ? Pro windows ou pas ? Google ? Say le bien ou say le mal ? Avec l’anti à mort. Le mec, il refuse même le moteur de recherche. Lui il va sur duckduckgo. Tu veux faire pleurer un anti google ? Tu vas chercher l’adresse de duckduckgo (genre en mode bleue, attends chais pas moi, c’est .fr ou .com ?) mais tu le fais sur google. C’est marrant parce que tu peux presque jeter une cacahouète, genre sur les performances de chrome et tu les regardes s’entretuer. Tu les entends aussi, tu comprends pas un mot de ce qu’ils disent mais ça débat sec. Un jour entre midi et deux (entre midi et deux, mais pitié quoi !!) y en avait deux qui se mettaient sur la courge à grands coups de chais pas quoi mysql je pigeais rien, avec ouebdizaïneur à côté qui me rassurait en me disant « noooon t’inquiète moi non plus je pane rien à ce qu’ils disent ».
Un qui m’a fait délirer, mais délirer, c’est le fanatique de l’open source. On va l’appeler opendev. C’est une boite qui propose énormément de solutions open source. Alors en bonne belette hein, heuu potoboss ? Concrètement c’est quoi vraiment l’open source ? Et potoboss y m’dit houlaaa tu vas voir opendev, il va tout t’expliquer. Alors je vais voir opendev, dis donc quand t’as 5 minutes tu peux m’expliquer ce que c’est concrètement l’open source, que je puisse comprendre pourquoi vous en parlez en long en large et en travers sur votre site, mais vous expliquez pas ce que c’est en fait.
Eh bé je m’attendais pas à voir débarquer opendev, avec un paperboard et qui m’a expliqué l’open source depuis… Richard Stallman. 1983. Aaaah ok ! Un cours magistral ! Attends faut que je prenne des notes hein c’est super intéressant mais je pensais pas du tout me retrouver en cours. Et le truc super marrant, alors le type est passionné hein, avec les yeux qui pétillent et tout, mais je crois que le fondement de cette profession, le socle, c’est qu’ils ne savent pas écrire.
Ca je m’en étais rendue compte avec mon frère (qui est dev oui). Alors ils savent écrire hein, mon frangin il traque mes fautes (comme Sed…), mais tu leur mets un stylo entre les mains et la magie s’opère. Moi chuis toujours ébahie devant quelqu’un qui fait deux petits ponts pour ses n, et trois petits ponts pour ses m. Je trouve ça… innocent.

Mais bon y a pas eu que ça hein. Je me suis aussi tapée de bons moments de solitude. Genre un matin j’arrive, bon did, ce matin tu bosses sur prestashop, ouewdizaïneur va t’expliquer ça va bien se passer. Alors ouebdizaïneur m’explique et tout. Le truc c’est que j’ai une mémoire immédiate à 10 secondes, du coup il a quitté la pièce et moi j’étais là, face à un logiciel que j’avais jamais vu de ma vie, en train de me dire mais qu’est ce que… où suis je… oh merde potoboss me regarde prends un air concentré prends un air concentré !! La loose.

Tout ça j’aurai pu te le dire s’ils venaient pas. Mais ils sont là, je peux pas. Bon du coup les mecs et la fille je sais pas quoi vous dire de constructif hein. J’ai déjà dit tout le mal que je pensais de votre site à potoboss. Parce que non faut être réaliste hein, quand on y comprend rien, votre site il ressemble plus à une vitrine pour montrer à vos concurrents ce que vous faites et comment vous le faites. C’est sympa de parler d’open source de partout, mais sans expliquer ce que c’est et pourquoi vous avez choisi ces solutions là… ben vous la posez juste sur la table pour montrer combien elle est grosse.
Un autre truc aussi… on ne met pas sur sa page d’accueil « vous rêvez de cms ». Personne ne rêve de cms d’accord ! Professionnellement, les gens ils rêvent juste de solutions simples. Personnellement, je sais pas de quoi ils rêvent… L’autre fois j’ai rêvé que je mangeais un yaourt périmé. C’est chelou hein ? Est ce que ça ressemble à un cms ? Non.

Sur ce, vous m’excuserez, mais je vais de ce pas…

*pan*

L’évaluation en milieu de travail (la before)

Dimanche 3 février 2013

Je ne suis pas libre. C’est assez embêtant. Bon, je l’ai jamais été, mais en ce moment ça me fait particulièrement chier. En ce moment, toute forme de contrainte est particulièrement désagréable.
Je réfléchis à me détacher de cette contrainte, mais je vois pas trop comment faire. Le problème, c’est que ma principale source de contrainte, c’est ta gueule. Enfin pas toi en particulier hein, toi en tant que pair. Si je veux annihiler cette contrainte, je dois tous vous buter. Cette idée, bien que particulièrement attrayante, est complètement conne. Si je te butte, je me butte. La dépendance est vraiment un concept de merde.
La communication m’emmerde. Parce que t’es là hein, sans toi pas de communication, juste joie bonheur. Ou plus rien. T’es particulièrement chiant ce soir. Je n’ai jamais rien compris aux interactions humaines. C’est peut être pour ça que j’ai toujours orienté et mes études et mon job en fonction. Avec un cursus universitaire en sciences du langage et de la com, j’ai pu comprendre que je ne comprendrai jamais rien. Tu l’aimes ton libre arbitre ? Assied toi dessus, même tout seul tu n’es pas libre de parler, tu es juste soumis à des séries de variables qui t’orienteront toujours. Adieu liberté.
Educ c’est pareil. La relation n’est qu’une série de protocoles et de manipulations. Sauf que là t’es payé.
La communication m’emmerde encore plus parce qu’elle me coupe des interactions sociales normées. En ce moment je veux lever un mec. Je l’ai rencontré un soir, le type est torturé à souhait. Toi mon gars, attends, je m’essuie la bave au coin des lèvres et je m’occupe de ton cas. Le type, je lui ai filé mon numéro, en lui disant, je cite « tu veux m’appeler tu m’appelles, tu veux pas m’appeler tu m’appelles pas ». On peut pas faire plus clair. Le type… m’envoie un sms.. pour me dire « en ce moment j’ai de la merde dans la tête, je t’appellerai quand je me sentirai un peu plus sociable ». Moi j’entends quoi ? Ben exactement ce qu’il écrit en fait. Il est pas dispo il est pas dispo kesse tu veux qu’j'y fasse. Quand il sera dispo il appellera. Ou pas. Pourquoi se prendre la tête, on verra bien merde.
Et l’armée de connards qui me sert de potes a trouvé le moyen de me sortir des théories de chais pas où. Genre attend c’est pas si simple que ça. Si ça se trouve le mec, il veut juste pas voir ta gueule mais il est poli. Ou alors… il veut se faire désirer. C’est quoi ce truc de merde ? C’est quoi le principe d’être poli avec quelqu’un que tu veux pas voir… mais tu lui files ton numéro au passage hein. C’est pareil pour l’égo, se faire désirer… Mais que… quoi… Pourquoi ça pourrait pas signifier ce que de prime abord ça a l’air de signifier ?
Toi, pair, tu me fais chier.

Double combo, j’ai un problème avec l’autorité. J’ai toujours eu un problème avec l’autorité. Alors entendons nous bien hein, chuis pas une rebelle, je suis juste inadaptée. Il parait qu’on traite pas son chef de con. Mais quand il est con… J’y peux rien moi s’il est con. J’ai des collègues qui m’ont traitée de conne et ça leur est arrivé d’avoir raison. Mais ton chef tu peux pas. Ca m’a couté 3 jobs… Mais à part ça chuis un mouton. Je vois mon troupeau qui fonce dans le mur, je trouve ça complètement con mais je le suis quand même.

Et je sais plier face à l’autorité quand vraiment j’ai pas le choix. Par exemple l’autre fois, je vais pour traverser le boulevard à côté de chez moi, et je vois une bagnole de la gendarmerie qui s’arrête devant moi et un type qui me dit « toi tu remontes sur ton trottoir ». Et ben y a rien à faire, quand t’as 15 bagnoles du gign, pleines de types cagoulés et surarmés en train d’escorter les blindés de la banque de france, tu ne fais pas remarquer que l’expression « remonter sur son trottoir » est plutôt péjorative et connotée de manière assez désagréable. Non tu fais pas. Tu remontes sur ton trottoir. J’ai même développé une relation particulière avec ce trottoir. Chaque fois que je passe dessus je lui fais un petit clin d’oeil, genre ouais t’es mon trottoir à moi loulou, c’est le gign qui l’a dit.
Et l’autre autorité qui m’emmerde c’est celle qui me paye. Pôle emploi. Ah putain j’ai mal partout rien que de l’écrire tient.

Pôle emploi ça leur plait pas que je bosse pas. Ca leur plait pas que j’ai claqué la porte du social. Ils me collent au train un truc de barge. Alors que c’est facile hein, moi, je veux plus jamais bosser. En tout cas jusqu’à demain. Demain je verrai, mais là maintenant tout de suite non. Et ça ils aiment pas, et ils savent montrer les dents.
Faut faire un bilan de compétences sinon hop ! Radiée. Soit, je me soumets à l’autorité. Je vais le faire ton bilan. Après ils sont passé à l’étape supérieure. Il faut faire une éval en milieu de travail.

Pffff… Alors concrêtement, une éval en milieu de travail, faut aller faire un stage. Voire un stâââge dans un secteur professionnel spécifique avec des gens qui vont t’évaluer sur ce secteur là. Et là dernièrement je me suis retrouvée dans une situation où je pouvais plus y couper. Fait ton éval ou fait toi couper les vivres.
Du coup je me suis dit bon… j’ai quoi dans mes potes comme jobs chelou que je connais pas et que je pourrai trop les faire chier ? Tient… mais oui… des codeurs. Je vais aller faire mon éval avec des codeurs !!!

Je crois, juste je crois hein, que j’ai pas fini de rire… Et eux de pleurer. Eh les gars ! J’arrive ! Et chuis d’humeur taquine en ce moment. Je vais te faire chier 8 heures par jour pendant une semaine. Je suis joie.

L’horocope 2013

Jeudi 24 janvier 2013

Did Trou Noir, Élue, tient le sort de l’humanité entre ses mains, trop importante pour proposer des consultations

et

Naash Mercure, chaude comme la braise, spécialiste de la lecture dans le lait en poudre 2ème âge

vous présentent votre horocope 2013, vérifié dans les boules à neige, confirmé par le THC.

Bélier (comme Tolkien, Patrick Balkany, un sanibroyeur)

Travail : Vous avez été viré en 2012, vous vous ferez sucrer vos indemnités chômage en 2013.
Argent : La boule à neige de la Grèce indique que vous ferez faillite.
Amour : Mesdames, vous hurlez encore pour faire croire à votre partenaire que vous prenez votre pied. En 2013, il ne comprendra toujours pas.
Santé : Cette année, vous aurez quand même bien mal au cul. Dans tous les sens du terme.

Taureau (comme Terry Pratchett, Dieu, Banksy)

Travail : La boule à neige des Bahamas vous voit sur une plage de sable blanc. Pas pour travailler. Quelle beach !
Argent : Vous palpez.
Amour : Votre décolleté généreux déclenchera une guerre civile.
Santé : Vous faites 10 ans de moins. Les gens vous envient.

Gémeaux (comme Isabelle Alonso, M. Pokora, Jean-François Copion)

Travail : Cette année, vous aurez tout le temps de voir que les nouvelles chaines TNT, c’est de la merde.
Argent : Et vous n’aurez pas les moyens de vous abonner à Be In Sport.
Amour : Youporn est votre plus fidèle compagne.
Santé : Vous vous suiciderez devant la 17ème redif d’une Nounou d’Enfer.

Cancer (comme Poussin Piou, Manuel Valls, Maurice Dantec)

Travail : Encore un plan social dans votre entreprise. Cette année, vous serez dans la charrette des départs.
Argent : Les pâtes et le riz sont tes amis.
Amour : En 2013 comme en 2012, vous vous ferez larguer comme une merde. Par SMS.
Santé : La boule à neige d’Italie prévoit le retour de Berlusconi au pouvoir. Vous ferez une crise cardiaque en comprenant ce que cela implique pour 2017.

Lion (comme Nadine Morano, Benjamin Castaldi, BHL)

Travail : Cette année, vous aurez la chance de vous rendre compte que le RSA est un vrai dispositif de merde.
Argent : Le plafond du livret A a été relevé. Certes, vous n’avez pas de pognon à mettre à gauche, mais apprenez à positiver sinon la dépression vous guette.
Amour : Mesdames, tout indique une année bien chaude. Une hésitation toutefois, la prédiction venant de la boule à neige des Émirats Arabes Unis… Apparemment vous aurez juste chaud sous votre burka.
Santé : Vous êtes en dépression.

Vierge (comme Alain Escada, Jimmy Savile, David Hasselhoff)

Travail : En 2013, vous êtes chercheur. D’emploi.
Argent : Vous n’avez pas une thune. Vous pouvez enfin assumer le fait d’être une grosse radasse.
Amour : En 2013, vous êtes chercheur. Des clés du plaisir féminin. Point positif : votre moitié a depuis longtemps fait le deuil de l’orgasme.
Santé : Votre sensibilité est émouvante. Elle vous fera crever d’un ulcère. La boule à neige de Schrödinger indique que le chat du voisin viendra se foutre de votre gueule pendant votre agonie.

Balance (comme le colonel Kadhafi, les Musclés, Eddy Barclay)

Travail : Pôle Emploi ne sait absolument pas dans quelle catégorie socio-professionnelle vous inscrire.
Argent : Cette année encore, votre banque fera faillite. Pour la 7ème année oui.
Amour : La boule à neige de la Thaïlande indique que suite à un malheureux incident avec un mineur (il faisait plus que 8 ans) vous aurez peur de ramasser le savon lors de votre détention. Vous apprendrez à aimer.
Santé : Avez-vous pensé à votre épitaphe ?

Scorpion (comme Terry Pratchett, Dieu, Banksy)

Travail : Tra quoi ?
Argent : Votre mec est plein aux as.
Amour : La naissance de votre enfant a décuplé votre libido. Votre officiel et vos offocieux(ses) sont ravi(e)s.
Santé : Tout le monde se demande comment vous avez fait pour perdre tout ce que vous avez pris pendant votre grossesse 2 mois seulement après l’accouchement.

Sagittaire (comme Christine Boutin, Hélène Rolles, Jean-Pierre Pernaud)

Travail : En 2013, vous ferez un bilan de compétences. Bonne nouvelle ? Non.
Argent : Vous aurez droit à un contrôle fiscal. Heureusement vous êtes à jour. Ah non.
Amour : C’est votre budget sopalin qui plombe vos compte.
Santé : La boule à neige France indique que vous n’êtes pas vacciné contre la coqueluche. France… coq… coqueluche… Pouet ?

Capricorne (comme Morandini, Christophe Hondelatte, Zahia)

Travail : Vous faites partie des rares à avoir un emploi. Vous êtes conseiller pôle emploi. Tout le monde vous hait.
Argent : Vous touchez le smic ! Champagne ! Enfin… Mousseux !
Amour : Cette année encore, le 69 ne sera pour vous que le n° d’un département.
Santé : Un peu de sport peut être ? Si. Si si.

Verseau (comme Marine Le Pen, Giant Coocoo, tous les Bush)

Travail : En 2013, votre patron est toujours con.
Argent : Selon la boule à neige Suisse, vous serez interdit bancaire.
Amour : Grâce à la fibre optique, un film de boules se télécharge en moins d’une minute.
Santé : Aucune boule à neige ne vous voit. Vous seriez pas mort par hasard ?

Poissons (comme Didier Geoffroy, Technikart, Cauet)

Travail : Vous souhaitez changer de branche professionnelle. Avez-vous entendu parler de la crise ou sortez vous d’une grotte ?
Argent : Selon la boule à neige des States, vous transformerez votre voyage à Los Angeles en de l’os en gelée… Pouet ?
Amour : Le célibat ne vous autorise pas à regarder votre chat de cette façon.
Santé : Attention à ne pas passer d’une bière à une mise en bière (ouais pouet pouet ! On va s’en aller là…)

Nous vous souhaitons une année.

La loi de l’emmerdement maximum phase 4

Mercredi 2 janvier 2013

Ainsi donc arrive le 31. Enfin. Rien de plus jouissif que de voir se finir 2012 l’année de la loose. Et en grosse déconneuse que je suis, en plus de mon traditionnel serpentin à la bouche et de ma blague vasy tire sur mon doigt pour voir, j’ai une grosse envie de rajouter un coussin péteur… Ouais chuis lourde avec ça hein ? Ouais j’aime bien. Et je vous raconte pas comment mon entourage kiffe. Heuuu did… tu peux arrêter avec tes vasy tire sur mon doigt steplait. Non seulement c’est méga lourd mais en plus tu pètes pas quand on tire sur ton doigt ! Ca n’a pas de sens !! Comment c’est possible que la moindre particule de bon sens s’évapore dès que tu t’approches ?? Tu sais quoi ? L’humanité crèvera le jour où t’auras achevé ta transformation en trou noir…
Vous avez vu dans quel état vous mettez mes potes ??? Vous êtes fier de vous ? Hein !!! Je ne vous dis pas bravo moi !

Bon bref là n’est pas la question. Donc le 31, petite bouffe avec 3 potes, rien d’exceptionnel à part un coussin péteur. Sauf que… au réveil le 31 c’était… bizarre. Pourquoi mes draps sont trempés comme ça (et je parle pas de sexe bande d’obsédés), c’est quoi ces vieux souvenirs de cauchemars ? Qu’est-ce que… chaud… non, froid… non chaud… non froid… putain j’ai soif… mais qu’est ce que… hey !!! qui a changé la gravité sans prévenir ??? Pourquoi on est à 3g ?? Pourquoi j’ai l’impression de peser 752 kilos ??
Allez vasy la con de ta madre… chuis malade…

Alors j’ai quand même voulu y croire. Naaaaan mais ça passera. Je vais dormir un peu cet aprem et hop, ce soir en habit de lumière un peu plus près des étoiles aux jardins de lumière et d’argent. Donc évidemment, dormir quand t’as 39.5°, c’est super sympa… Genre Aaaaah ! Mais qu’est ce que… monstres, mort ? Non aaah chaud froid chaud raaah putain douche mais bordel qui a encore augmenté la gravité ?? A un moment, je me suis étirée. Juste ça. J’ai baillé, et je me suis étirée. J’ai cru qu’on me pétait tous les os en même temps, j’ai émis des râles de douleur et d’agonie pendant 20 minutes. Ouais parce que même quand je suis malade j’en fais des caisses.
Mais je crois que le moment fatidique, c’est quand ma koupine m’a appelée et m’a dit « ouais did chuis à carrefour là (oh mon dieu la folle… à carrefour ? elle a trouvé une place de parking ? Elle a un caddie ? Mais bon sang de bois (je kiffe cette expression autant que les coussin péteurs, hey ! parenthèses dans parenthèses !) mais c’est bien sur ! Elle survit à carrefour parce que quand elle a un doute, elle appelle des gens ! Pourquoi mon cerveau démoniaque n’y a t’il jamais pensé ? Je ne pas comprendre) ça te dit du saumon ? ».
Tu vois South Park ? Quand ils dégueulent, c’est toujours plein de classe et de finesse. South Park quoi. Ben quand j’ai entendu saumon, j’ai fait pareil. Je crois que je l’ai même traitée de sale juive, mais j’ai un doute, la fièvre tout ça. En plus elle est pas juive, ça n’aurait pas de sens. Mais en même temps, si le sens et moi ça fait 7, ça pourrait être plausible… Mon dieu quelle question métaphysique… Et dire qu’il y en a qui perdent leur temps à chercher la matière noire… Youhou les mecs !!! C’est moiiii !! Little pigs ? Heeere’s Johnny !!

Bon bref vous l’aurez compris. Après le coup du saumon, ajouté au sentiment de devoir courir un marathon avec un paquetage de 50 kilos sur le dos juste pour faire mon canapé ma salle de bain, j’ai déclaré forfait.

Ainsi, 2012, l’année de la loose aura été une pute jusqu’au bout. A 22 heures, j’étais dans un semi coma, duquel je suis sortie à minuit à cause de mes cons de voisins, au moment où ils se sont tous mis à hurler 10, 9, 8… MAIS TA GUEULE !!!!

N’empêche moi j’ai survécu, et 2012 pas. Bonne année 2013 bande de nazes !! Et 2013, c’est l’année de la b**** ! Et non, c’est pas le b de bite…