mouton.rebelle
Accueil du site > Articles importants > Un an avec Mac OS X

Un an avec Mac OS X

La clef d’une transition réussie ?

dimanche 10 février 2008, par jojo

J’étais plutôt contre Apple il y a un an ; j’ai longtemps pensé que c’était avant tout une marque pour riches neuneus, et qu’en bon "Power User" de windows ça ne m’apporterait strictement rien. Puis j’ai du prendre un portable, et je me suis laissé tenter par un MacBook Pro. Et après c’est l’engrenage...

Apple a pris deux énormes virages ces dernières années, qui changent totalement la donne :

  • en 2001, la marque à la pomme lance Mac OS X, basé sur BSD (un os libre lointain cousin de Linux).
  • en 2005, Apple abandonne l’architecture PowerPC et passe aux processeurs Intel.

Ces deux gros changements ont mis du temps à être digérés :

  • OS X premier du nom était très perfectible ;
  • tous les programmes étaient optimisés pour l’architecture PowerPC, il a fallu quelques années aux géants comme Adobe pour optimiser à nouveau leurs logiciels Mac pour le nouveau hardware.

Mais désormais tout est rentré dans l’ordre, et les conséquences très positives de ces deux changements peuvent s’apprécier sans les inconvénients de jeunesse cités plus haut :

  • Mac OS X est basé sur du libre, et offre des outils très complet de développement et de compilation dans le langage de votre choix (de base — ou en installant le pack développeur présent sur le DVD d’installation, je ne suis plus sûr — on a du C, du python, ruby, php, java, ... bref plein de langage, plus bien sûr tous les langages et librairies propre à OS X).
  • Si vous n’êtes pas concerné par le point précédent : vous l’êtes quand même. La facilité pour développer des applications sur Mac entraîne une grande richesse en terme de programme tiers de qualité, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années.
  • Il est désormais possible de faire tourner Windows sur un Mac (via Bootcamp), et Mac OS X sur un PC (via une feinte illégale et apparemment de plus en plus simple). Dans le premier cas, vous pourrez jouer sur votre machine hors de prix (car les jeux restent le gros problème d’Apple), et dans le second cas vous pourrez vous offrir une machine équivalente pour 30% moins cher (2° souci d’Apple, une politique tarifaire honteuse).

Je suis sous OS X depuis 13 mois, et la transition a été longue, très longue. Mais je suis désormais convaincu que 3 personnes sur 4 pourraient et devraient passer sur Mac. Pas parce que c’est plus stable (je n’ai jamais eu de gros soucis avec XP personnellement) ni parce que c’est plus sécurisé (c’est pas la mort d’installer un firewall et un antivirus, et si Apple continue à gagner en popularité et en part de marché on ne sera plus épargné très longtemps), ni parce que c’est plus beau(quoique, par rapport au mauvais goût de Vista), mais juste parce que c’est plus intelligent, que le nombre de fonctions intégrées et bien intégrées dans l’OS est impressionnant, et qu’en usage courant (Firefox, Mail, Itunes, VLC, OpenOffice) les programmes sont les mêmes et la transition aisée. Je ne vais pas me lancer dans un argumentaire à rallonge, vous trouverez plein d’articles sur le net qui comparent Vista à Leopard, simplement je vais vous faire un petit tour d’horizon des programmes et astuces qui ont achevés de me convaincre. J’espère que cet article sera utile autant à ceux qui pensent à migrer mais qui se demandent si ils trouveront les logiciels qui leur conviennent, à ceux qui ont migré depuis peu et à ceux qui sont sous mac depuis longtemps mais qui ont encore des choses à découvrir...

Usage courant

PNG - 50.3 ko
Inquisitor

Internet :

  • Safari 3 est un excellent navigateur, si vous n’êtes dépendant d’aucune extension Firefox c’est un choix qui s’impose. Il est bien plus rapide, consomme moins de ressources, respecte mieux les standards et propose un système d’onglets équivalent. Un plugin à avoir : Inquisitor, qui offre des moteurs de recherche paramétrable, avec une ergonomie et un look qui décalottent un bison.
  • En revanche, si vous avez un besoin vital de certaines extensions (qui a dit Firebug ?) je vous recommande chaudement Firefox 3, qui malgré son statut de beta au moment où j’écris ces lignes est nettement plus stable et raisonnable sur OS X. Un thème est développé spécialement pour cette version pour une intégration parfaite avec le look mac, Proto, et c’est un vrai plus.

Firfox 3 avec le thème Proto

Mail et messagerie instantanée

  • Thunderbird est bien évidemment disponible sous OS X ; si vous êtes habitués, si vous avez besoin de ses fonctionnalités de tags, ou si vous voulez partager vos mails entre votre OS X et Windows, c’est probablement un bon choix.
  • Personnellement je préfère Mail, l’application fournie par défaut. Il est mieux intégré à l’OS (look, référencement des messages par Spotlight — le moteur de recherche sous mac, intégration avec iCal — le calendrier, etc...). Son défaut principal pour mon usage est son très mauvais filtre des spams ; j’ai rectifié le tir avec Popfile, une application qui filtre les messages en amont, et ça fonctionne ma foi fort bien. Le plugin indispensable pour Mail : growlMail, qui fournit les notifications pour Growl (j’y reviendrai plus loin). Ce blog est consacré à Mail.app et fournit de nombreuses astuces et liens utiles.
  • AdiumAdium est l’incontournable logiciel de messagerie instantanée. Il permet de se connecter à tout les services (MSN, Yahoo, Aol, Jabber / GTalk) et offre des options et des thèmes en quantité. L’équivalent le plus proche sur Windows est Trillian, mais le canard vert est nettement plus stable, beau, et gratuit...
  • transmitSms est un widget pour le dashboard qui vous permet d’envoyer des SMS via votre portable bluetooth depuis votre mac. Simple et pratique.

Téléchargement

  • PNG - 76.2 ko
    Transmission

Transmission est un petit bijou pour la gestion des torrents : léger, gratuit (et sans pub), avec toutes les options dont on peut rêver (si on fait des rêves bizarres), et un look au poil.

  • aMule est un portage fonctionnel d’emule ; c’est moche, mais c’est stable et ça fait ce qu’on lui demande.
  • pour le ftp, Filezilla était mon préféré sur windows, et le reste sur mac. Des alternatives gratuites comme Cyberduck ou payantes comme Transmit existent, mais bien que plus jolies elles sont nettement moins pratiques à l’usage.

Bureautique et organisation
Je ne suis pas vraiment concerné par cette rubrique : je me contente d’ouvrir parfois les documents qu’on m’envoie, et je suis désespérément désorganisé. Mais voici quand même quelques pistes...

  • OpenOffice est disponible en deux versions sur Mac ; la version classique, qui s’appuie sur X Windows, et qui aura donc une ergonomie et un look pas terrible, et NeoOffice, une adaptation du précédent qui utilise l’interface native des Mac, donc nettement plus recommandable.
  • Les fichiers PDF ? Si comme moi vous êtes allergique à Acrobat Reader et à sa lenteur légendaire, vous pouvez vous réjouir. Apple fournit d’office Aperçu, un logiciel très léger qui ouvre à peu près tout, donc les PDF.
  • Pour tout ce qui est organisation, l’offre sur Mac est d’excellente qualité : Ical, l’agenda d’Apple, est intégré avec Mail (une date dans un e-mail vous permet de créer directement un événement, par exemple), et Isync vous permet de synchroniser vos données avec un téléphone ou un Pda. Si vous utilisez le calendrier Google, GCal Daemon vous offre une synchronisation bi-latérale. Enfin,la méthode "Getting Things Done" qui a le vent en poupe dans notre univers productiviste a de nombreux afficionados sur Mac, et donc des logiciels de qualité ; je n’en citerai qu’un seul, IGTD, gratuit et très bien conçu, avec une nouvelle version qui ne devrait plus tarder et qui s’annonce encore meilleure.

Multimédia

  • Quicktime avec Flip4Mac vous permet d’ouvrir toutes les vidéos au format wmv ; VLC vous sera indispensable pour tous les autres cas de figure.
  • Pour la musique, je sais qu’abandonner Winamp n’est pas toujours facile, mais Itunes reste un très bon logiciel (sa gestion des podcasts notamment m’est très utile). Si vous n’êtes pas parano, vous pouvez ouvrir un compte sur le Store, pour qu’Itunes aille automatiquement rechercher les couvertures de vos albums. Et bien sûr, installez GrowlTunes pour Growl... (j’y viens, j’y viens).
  • Si vous êtes un gros consommateur de vidéos en ligne (je pense à sidereel là), Caffeine est un tout petit logiciel, qui ajoute un icone dans la barre de titre empêchant la mise en veille.

Trucs de geek

Growl, le système de notification centralisé
Growl est une des idées de génie du mac ; pleins de programmes ont besoin de notifier l’utilisateur : quand il reçoit un mail, quand un téléchargement est terminé, quand une nouvelle chanson commence, quand une mise à jour est disponible... Plutôt que de laisser chaque programme gérer la chose comme il le souhaite, avec forcément des disparités au niveau de l’apparence, un travail supplémentaire pour les développeurs et un coût en mémoire plus important, la communauté mac a créé Growl. C’est un petit programme résident qui centralise tout, et vous offre un contrôle complet sur le look, le son, le placement, la durée de chaque notification. Et pour ne rien gâcher, c’est très joli :-) !

Cmd+Tab, Witch
Bien qu’Apple offre Exposé, la fonction magique qui vous affiche toutes vos fenêtres d’un coup d’un seul, les habitués du Alt+Tab ne pourront probablement pas se contenter de ça. Cmd Tab fonctionne presque comme sous windows, avec deux différences :

  • Le changement ne se fait qu’entre les applications, et non pas les différentes fenêtres d’une même application... Si vous avez 3 fenêtres Firefox superposées, vous ne trouverez jamais celle du dessous par ce biais. Une fonction d’Exposé permet d’afficher toutes les fenêtres de l’application en cours (F10 par défaut). Un autre moyen de contournement est d’installer Witch, freeware totalement paramétrable qui résout cette lacune.
  • Un avantage énorme par rapport à Windows, même si je suis peut être le seul à trouver ça aussi génial : pendant que vous basculez entre plusieurs fenêtres, vous pouvez choisir d’en masquer certaines (H) ou de les fermer (Q). En une seconde vous pouvez fermer un programme que vous avez fini d’utiliser, masquer une fenêtre dont vous n’avez pas besoin et basculer sur une troisième fenêtre. Flawless.

MacFuse, MacFusion et NTFS-3G
Attention, si vous trouviez technique avant, là vous risquez d’être totalement perdus ! MacFuse est une libraire qui permet de gérer des systèmes de fichiers virtuels (il intègre par défaut les protocoles FTP et SSH) : une fois installé, vous pouvez (par ex.) monter en ligne de commande un espace sur un serveur ftp comme un disque dur local (il fonctionnera ensuite comme si vous aviez branché une clé USB). MacFusion est une interface graphique pour ne pas avoir à faire ça en ligne de commande, justement ; et NTFS-3G ajoute le support du NTFS à l’ensemble. En effet, par défaut OS X sait lire un disque dur formaté en NTFS, mais pas écrire dessus ; cette limitation disparaît avec ces petits gadgets.

Quicksilver
Il faudrait des heures pour faire le tour de ce logiciel totalement indispensable... Au minimum, vous pouvez utiliser Quicksilver comme un lanceur d’applications. Vous l’invoquez de n’importe où via un raccourci (paramétrable, Cmd Cmd chez moi), vous tapez un bout du nom du programme que vous voulez, entrée, et bam, l’application se lance. Cmd Cmd, ps, entrée, et Photoshop se lance. Pour des applications que vous n’utilisez pas tous les jours, pour ne pas encombrer le dock, pour accéder rapidement à un panneau de configuration, ou juste pour se passer de la souris, c’est déjà formidable. Il permet aussi d’accéder rapidement à un fichier, pour l’ouvrir, le déplacer, l’envoyer par mail, le redimensionner si il s’agit d’une image... ou de faire une recherche sur google, de changer de chanson dans itunes... il faut du temps pour s’y habituer et on découvre toujours des utilisations auxquelles on n’avait pas pensé. J’utilise l’interface Showcase. Et vous trouverez des videos sur l’utilisation de Quicksilver ici.

Changer le look

  • OS X utilise des images énormes pour les icones, ce qui permet aux graphistes de se lâcher et de créer de très jolies choses. Ce site (pourri) explique rapidement comment changer l’icone d’un dossier ou d’un programme, et vous trouverez beaucoup de choix sur deviantart.
  • LeopardMOD permet de modifier certaines options (barre de titre notamment), et dockswitcher de changer le look du dock.
  • iStats est disponible soit dans la barre de titre, soiten widget pour le dock, et il permet d’avoir des tonnes d’informations sur votre système (uptime, process, espace disque / mémoire, température, ...).

Terminal
Si vous êtes un peu un geek (et si vous avez lu jusqu’ici c’est probable), vous aurez forcément besoin d’utiliser la ligne de commande tôt ou tard. Terminal.app était perfectible avant Leopard et beaucoup lui préféraient Xterm, mais il est désormais très complet : système d’onglets / tabs, coloration paramétrable, ssh-agent résident et intégré à keychain, etc... Pour encore plus de confort, je vous recommande d’installer Visor et d’utiliser cette petite feinte : vous aurez ainsi un terminal qui se lance automatiquement au démarrage, qui n’apparaît ni dans le dock ni en cmd-tab, et que vous invoquez comme une console (comme dans Quake par exemple) via un raccourci clavier paramétrable. Enfin, ce plugin permet d’accéder aux onglets du Terminal via Cmd + "le numéro de l’onglet".

Macports
Macports est un projet de gestion de packets, comme emerge dans certaines distributions linux. Il permet d’installer de nombreux logiciels open source en ligne de commande, de les maintenir à jour et de les compiler sans connaissances particulières. Un exemple typique est l’installation d’Apache, php et mysql.

Photographie

  • Le logiciel qui m’a le plus manqué sur OS X est ACDSee. Curieusement, je n’ai jamais trouvé de programme léger, qui me laisse le contrôle sur mes images (où et comment elles sont stockées), qui me permette un affichage plein écran et un défilement rapide avec des raccourcis simple, qui offre des possibilités basiques d’édition et qui permette d’ouvrir l’image dans un autre logiciel. Le plus proche est le freeware Pheonix Slides, qui a pour seul défaut de ne pas gérer de cache des vignettes... suivant le volume et la taille de vos dossiers photos, vous allez perdre entre 20 secondes et 1 minute à chaque fois... iPhoto d’Apple peut convenir à certains, sinon il faut se tourner vers les solutions professionnelles. iView MediaPro de Microsoft (! !!) semble être une très bonne alternative (léger, avec les meilleurs fonctions d’indexation du marché). Sinon, il reste les bouzins à tout faire plus ou moins lourds : Adobe Bridge, Adobe Lightroom et Apple Aperture (que j’utilise désormais), mais on change de catégorie...
  • Photoshop CS3 est enfin optimisé pour les Mac Intel, et offre donc tous le confort souhaitable. Après avoir rappelé que le piratage c’est mal, que Dieu tues un chaton à chaque téléchargement et que les enfants des salariés d’Adobe vont tous perdre leurs cheveux et mourir de faim si vous n’achetez pas Photoshop pour la modique somme de 649$ (ou 649 euros, chez Adobe c’est la même chose), un petit avertissement : sur les torrentz il circule apparemment toujours une version beta de la Creative Suite, qui a un bug avec la gestion des curseurs. Si vous rencontrez le souci, vous saurez pourquoi...

Développement web

Je parlais un peu plus haut de l’installation d’Apache, Php et Mysql. Ces logiciels sont tous présents d’office sur os x, et peuvent suffire pour quelqu’un qui souhaite juste tester, mais leur version n’est pas à jour. D’où la nécessité d’utiliser Macports pour se faire une configuration béton.
Pour ceux qui ne sont pas familier avec la configuration d’Apache, voilà un exemple de syntaxe pour les vhosts, à placer dans le httpd.conf (/opt/local/apache2/conf) :

<VirtualHost *:80>
   DocumentRoot /Users/mouton/Sites/ego/htdocs/
   ServerName ego.dev
   ErrorLog /Users/mouton/Documents/sites/_logs/ego.log
   CustomLog /Users/mouton/Documents/sites/_logs/ego-custom.log common
        <Directory />
                Order allow,deny
                Allow from all
                AllowOverride All
        </Directory>
</VirtualHost>    

il suffit ensuite de définir le nom de domaine dans le fichier hosts d’os x (en ligne de commande : sudo vi /etc/hosts) en ajoutant ego.dev 127.0.0.1. Vous pouvez ainsi travailler en parallèle et en local sur plusieurs sites.

PNG - 387.1 ko

Les éditeurs Les éditeurs PHP ou plus largement web ne manquent pas sur OSX. Je ne vais pas être exhaustif, mais plutôt vous lister ce que j’ai testé, chronologiquement...

  • Zend Studio 5.5 : j’ai travaillé avec pendant près de deux ans, d’abord sous Windows puis sous OS X. Il est extrêmement complet pour tout ce qui touche à PHP (je n’ai jamais utilisé ses fonctions de debug, qui sont bien complexes) ; c’est pour moi la référence au niveau de l’auto-complétion. Un exemple tout simple : vous avez une classe Order définie dans un fichier lambda de votre projet. Sur un autre fichier, vous déclarez $o = new Order() ;. En tapant $o->, Zend Studio vous proprosera les propriétés et méthodes déclarées dans votre classe Order, avec la documentation que vous avez éventuellement saisie (PHPDOC). Ses points faibles ? Il ne propose que la coloration syntaxique pour le javascript et les css (pas d’aide à la saisie), sa gestion CVS / SVN est un peu limitée, il est assez lourd, et il est payant.
  • Coda se rapproche plus d’un Dreamweaver, avec un tarif attractif et une interface très "mac". Il gère l’essentiel (php, css, javascript, publication via ftp, aperçu, ...) et je pense qu’il peut rendre service à ceux qui préfèrent un environnement visuel et qui gèrent de petits sites peu ou pas dynamiques. Il est très plaisant à tester et à manipuler, mais n’offre pas la même richesse que ses concurrents au niveau du développement pur.
  • Eclipse / Aptana / Zend Studio For Eclipse : Eclipse est à l’origine un IDE libre pour Java. Il bénéficie d’un gros soutien de la communauté, et offre un nombre de plugins très important (l’intégration avec JIRA notamment m’intéresserait beaucoup). Il existe donc une version pour php, qui reprend les fonctionnalités de Zend Studio avec une ergonomie différente. Aptana est une version orientée javascript / ajax, qui intègre la gestion de toutes les librairies JS actuelles (Prototype, Ext, Jquery, ...), et qui est disponible en plugin pour une des autres versions (Php For Eclipse ou Zend Studio For Eclipse). La version Zend, payante, propose en sus un environnement complet pour le debug et la gestion des tests unitaires. Le produit est très complet, mais il souffre pour moi de deux gros défauts : la prise en main est délicate, l’interface me semble aussi peu intuitive que celle de Gimp, et le tout est codé en Java et est d’une lourdeur assez effrayante. 2 GO de ram sont un minimum pour faire fonctionner le bousin confortablement. Si vous comptez gérer de gros projets et que vous avez le temps de l’apprentissage, c’est certainement le choix à faire.
  • OpenKomodo est l’évolution libre d’un IDE payant. Il offre l’essentiel des fonctionnalités d’Eclipse : gestion de projets PHP, intégration des librairies JS les plus utilisées, auto-complétion, ... mais il n’a pas encore sa popularité et reste probablement moins fourni. Il a l’énorme avantage d’être plus léger et plus simple à prendre en main (à mon goût). Il propose aussi de gérer d’autres langages (Ruby, Pyhton, ...).
  • TextMate est devenu mon éditeur de choix. Il s’agit d’un éditeur de texte "basique", proche du Notepad, donc léger, mais avec un nombre de fonctions intégrées tout bonnement faramineux. Pour ceux qui connaissent, l’idée de départ était de faire un EMacs (auquel je n’ai jamais rien compris) avec une ergonomie OS X. L’apprentissage est long, mais je pense que le jeu en vaut la chandelle vu comment l’outil est configurable pour répondre à tous vos besoins. Tous les langages de programmations sont gérés (d’office ou via un plugin), et vous pouvez créer vos macros ou sniplet d’une manière souple et intelligente. Quelques exemples ?
    • vous êtes dans un fichier php, vous sélectionnez une requête sql, ctrl maj q, elle est exécutée et son résultat est affichée dans une nouvelle fenêtre.
    • vous êtes dans un fichier html, vous ouvrez une balise script (en tapant script puis tabulation, la balise est insérée automatiquement), vous tapez ready puis tab, et vous obtenez le code suivant :
      <script type="text/javascript" charset="utf-8">
              $(document).ready(function()
              {
                     
              });
      </script>  
    • vous avez installé le plugin svn ; vous faites trl maj a, et un menu vous propose de gérer le fichier sélectionné (ou le dossier) (status, diff, etc...)
    • vous travaillez sur un fichier xml ? vous pouvez fermer automatiquement une balise ouverte avec cmd alt .
    • vous ne vous souvenez plus des paramètres d’une fonction php ? cmd + echap vous liste les params, ou ctrl+h vous ouvre la documentation dans une nouvelle fenêtre.
    • quelque soit le fichier, echap vous offre une complétion automatique en fonction du texte déjà saisi.
    • pour inclure un fichier dans un autre, un simple glisser déposer insère la balise adéquate, avec un chemin relatif ; link pour une css, balise img avec la taille pour une image, include pour du php, etc...
    • vous avez un fichier html avec des accents et autres caractères pas très web friendly ? ctrl + & et vous pouvez tout convertir en entités html.
    • vous devez modifier un fichier csv ou une liste ? vous pouvez faire des sélections en mode "bloc", ou éditer toutes les lignes sélectionnées d’un coup d’un seul.

Il ne s’agit que de quelques exemples, les possibilités sont infinies, comme pour Quicksilver. Le gros point fort en fait réside dans les raccourcis, qui peuvent être soit clavier, soit de type une chaine de caractère puis tabulation, qui sont sensibles au contexte, et qui se transforment en un menu si plusieurs fonctionnalités sont affectées au même raccourci. Le site de l’éditeur et ce blog sont des mines de ressources et d’idées.

Windows, les jeux

Vous aurez peut être besoin de certains programmes qui ne tournent pas sur OS X ; si vous jouez, la question ne se pose pas, le mac est toujours à la traîne au niveau des jeux, hormis Blizzard qui porte systématiquement ses produits la plupart des éditeurs oublient cette plateforme.
Il existe heureusement des solutions :

  • si vous avez un PC et un écran avec deux entrées, vous pouvez vous en tirer facilement : le réseau fonctionne bien pour peu qu’on sache quoi paramétrer. Côté Mac, il faut activer le partage de fichier pour windows dans l’onglet Partage du panneau de préférences. Côté Windows, il faut un compte utilisateur avec mot de passe et droits, et il faut désactiver le partage de fichier simplifié. Logiquement en suivant ces quelques étapes vous pouvez accéder au mac depuis le pc et inversement. Ensuite, vous pouvez installer Synergy, un petit programme qui vous permet de partager souris et clavier entre deux machines.
    Personnellement, j’ai connecté clavier et souris sur mon mac (serveur Synergy), mais en amenant la souris à droite de l’écran je prends le contrôle du pc (client Synergy). La plupart des écrans avec deux entrées permettent de changer la source en pressant un bouton, vous aurez donc un KVM gratuit et sans fils parasites.
  • si vous voulez juste utiliser ponctuellement une application windows, les solutions de virtualisation existent et sont performantes ; VMWare Fusion et Parallels proposent d’installer XP (ou Vista, pour les téméraires) sur votre Mac à partir d’un cd de Windows. J’ai eu quelques soucis avec Parallels aussi je reste sous Fusion pour l’instant, mais le choix se discute (Parallels est mieux intégré, mais semble un peu plus lourd). Il me faut 3 minutes pour lancer XP sur mon macbook, et il tourne ensuite tout à fait normalement. Suivant vos préférences, vous pouvez avoir un bureau virtuel dédié à XP, ou avoir une application Windows qui s’intègre naturellement aux autres programmes OSX (présence dans le dock, affichage avec Exposé ou cmd tab, etc...)
  • pour les jeux enfin, il est indispensable d’utiliser BootCamp. Ce programme intégré à Leopard permet de partitionner votre disque, d’installer Windows sur cette partition, et de choisir sur quel OS vous voulez démarrer en maintenant la touche alt enfoncée lors du démarrage. L’installation est simplissime. Vous bénéficiez ensuite d’un Windows complet et de performances "natives". Si vous avez installé NTFS-3G dont je parle plus haut, vous pourrez écrire sur votre partition Windows (en NTFS) depuis OS X. Et les deux solutions de virtualisation (VMWare Fusion et Parallels) permettent d’utiliser votre partition BootCamp plutôt que d’installer un nouveau Windows... Vous gagnez de la place, et éventuellement du temps (ex : en travaillant sur OS X vous pouvez avoir Fusion et XP de lancés, pour télécharger un jeu sur Steam. Lorsque le téléchargement est terminé vous redémarrer sous Windows pour jouer).

Les défauts

  • Le Finder, équivalent de l’Explorer de Windows, est une daube sans nom : impossible de ne pas se retrouver rapidement avec x fenêtres ouvertes, chacune avec un look différent, et impossible de faire un couper coller. Il existe une alternative payante, PathFinder, mais je suis loin d’être séduit. Au final je fais avec et j’apprends à m’en passer (Quicksilver !).
  • Il vous faudra impérativement un clavier Apple, car les touches ne sont pas les mêmes et pas au même endroit. Les constructeurs tiers ne proposent pas vraiment d’alternative, donc oubliez les beaux claviers Logitech. Les derniers claviers allu sont très agréables, mais le prix est digne d’Apple, et pour une raison mystérieuse la version Bluetooth ne propose pas de pavé numérique, vous êtes donc bon pour retrouver les joies du fil... Il faut de plus un certain temps pour s’habituer aux raccourcis claviers propres au mac, qui ne sont pas affichés sur les touches, du genre alt + maj + l pour faire un pipe.
  • La compatibilité avec certains matériels peut poser problème, il faut bien se renseigner. Je parlais du clavier, ma souris Logitech fonctionne très bien mais je ne peux personnaliser les fonctions des boutons supplémentaires ; mon écran LCD Samsung avait un OSD uniquement logiciel qui ne fonctionnait pas sous Mac ; et j’ai récemment acheté un boitier pour disque dur externe (X-CRAFT 250 de Cooler Master) qui bien que donné compatible ne marche pas avec OS X. Je pense que c’est de plus en plus rare, mais sur du matériel très spécifique il peut y avoir des problèmes.
  • Bien que basé sur un logiciel libre, OS X reste un système propriétaire. Il ne faut pas perdre de vue la politique pro DRM d’Apple, et le fait qu’utiliser certains logiciels vous empoisonnera la vie le jour où vous voudrez changer (Mail ou Aperture par exemple). Personnellement je pense que j’aurais beaucoup moins de mal à migrer pour une distribution Linux le jour où les choix d’Apple me dérangeront qu’auparavant.

13 Messages de forum

  • Un an avec Mac OS X 10 février 2008 22:13, par banux

    Petite précision de geek, le noyau de macosx est basé sur du BSD et pas du linux, par contre il y a pas mal d’outils GNU porté dessus. Et logiquement la prochaine grosse version d’openoffice devrait tourner nativement sous osx.

  • Un an avec Mac OS X 11 février 2008 00:59, par Kera

    Merci pour l’article, effectivement y’a des trucs bien utiles. Juste deux petites précisions :
    - Pour Adobe, $649 = 800€ HT. No comment.
    - Et vivement la suite de l’article !

  • Un an avec Mac OS X 11 février 2008 08:29, par fab

    tentant ...

    j’attends la suite ;)

  • Un an avec Mac OS X 11 février 2008 15:18, par Fred Bird

    Pour le dev web tu as aussi MAMP, un équivalent d’easyPHP, qui inclut même un widget pour le piloter. Je peux me tromper, mais MySQL n’est pas inclus dans OS X, et la version de PHP fournie avec leopard est la 5.2, soit la dernière en date...

    MacFusion je connaissais de nom, d’autant que j’utilisais l’équivalent sous gnome/linux ; mais je viens de l’installer suite à ton article et c’est bien pratique. D’autant que j’utilise ssh pour les transferts vers mon hébergement :)

  • Un an avec Mac OS X 11 février 2008 17:19, par jojo

    J’avais testé MAMP effectivement mais tu es vite limité, et j’aime autant avoir tout qui se lance en service au départ que de devoir lancer à chaque fois. Mais ça dépend bien sûr de l’usage. Merci pour les corrections.

  • Un an avec Mac OS X 20 février 2008 14:22, par jojo

    Voilà j’ai bouclé l’article, avec le développement web, windows et les défauts...

  • Un an avec Mac OS X 20 février 2008 15:09, par Tristan

    Bon, article, il sera mentionné dans le prochain ’en vrac’ de Standblog.org :-)

    A propos de iGTD, je suis en train de le remplacer chez moi par Things, propriétaire et payant :-/ mais beaucoup plus dans l’esprit Mac (et moins buggé !).

  • Un an avec Mac OS X 20 février 2008 15:31, par jojo

    merci Tristan, ça fait plaisir :)

    J’avais aussi testé OmniFocus, mais les screenshots de Things semblent prometteurs effectivement.

  • Un an avec Mac OS X 2 mars 2008 20:23, par Julien

    Bonjour, très bon article, merci :)

    je suis nouvel utilisateur de Mac OSX, et il y a quelquechose qui m’enerve au plus au point, c’est le fameux cut/paste qui manque au finder, insuportable quand on a une bonne dizaine d’année de win derrière. Ca fait des heures que je cherche une soluce à ce probleme sur le net mais je ne trouve pas... Connaissez vous un plug-in ou autre logiciel qui permette cette fonction ? (pourtant extremment basique, m’enfin le débat n’est pas là).

    Cdlt, Julien

  • Un an avec Mac OS X 15 mai 2008 15:56, par gene

    Je ne comprends pas ce que vous entendez par cut/paste qui manque au finder ??? Il y a copier-coller dans le menu édition du finder et je m’en sers tous les jours

  • Un an avec Mac OS X 15 mai 2008 19:03, par jojo

    Il n’y a pas couper coller. Si on veut déplacer un fichier, il faut le faire par glisser déposer, via la fonction déplacer (peu pratique), ou faire un copier coller puis supprimer le document original.

  • Un an avec Mac OS X 16 juin 2008 16:22, par kleops

    Il reste le terminal :-) mv monFichierMalPlacé /Documents/DossierQuiSeraBienMieux C’est vrai que j’ai parfois pensé que ça devrait exister, pouvoir couper un fichier et le recoller dans une fenêtre ailleurs. Mais voilà ça n’existe pas encore sur Mac OS à ma connaissance, maintenant, depuis 20 ans que je le pratique il a fait beaucoup de progrès en ce qui concerne l’usage du clavier : System 6 faisait quasi tout à la souris mais à l’époque on s’en lassait pas.

    Et puis rien ne t’empêche de mettre ton dossier de destination dans la barre latérale et d’y faire glisser les fichiers depuis la même fenêtre (+option si tu veux copier le fichier)quitte à supprimer le dossier de la barre latérale après en le sortant il se transforme en petit nuage et pfouh il est plus là ..

    Cordialement

    ld

  • Un an avec Mac OS X 16 juin 2008 17:43, par jojo

    Oui, il existe plein d’alternatives (quicksilver permet notamment de déplacer un fichier très simplement), et c’est sûr que c’est pas un drame, j’avais juste mis ce détail en avant car c’est à mon sens un des trucs qui trouble quand on passe de windows à os x.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0