mouton.rebelle

Deadwood

Canelle non autorisée

lundi 2 mars 2009, par jojo

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. HBO a décidé d’arrêter Deadwood en 2006, au bout de 3 saisons, et je découvre cette série mythique aujourd’hui. J’ai visionné les 36 épisodes en un peu plus de deux semaines, et c’est avec plaisir, et un peu de tristesse, que je partage avec vous ma plongée dans ce petit camp de chercheurs d’or.

JPEG - 94.6 ko

Deadwwod se trouve en plein territoire indien, dans le Dakota du sud (les fans de Lorenzo Lamas sauront de quoi je parle). L’histoire débute en 1876, un peu avant la victoire de l’armée contre les américains d’origine. Un petit camp s’est formé autour de riches filons d’or, composé essentiellement de quelques bicoques et du saloon The Gem, tenu par Al Swearengen. Des gens venus de tout le pays affluent à Deadwood, pour faire fortune ou juste dans l’espoir d’un nouveau départ, dans cette zone de non-droit ; Wild Bill Hickock, tireur légendaire et joueur de poker invétéré ; Seth Bullock et son ami Sol Star, abandonnant leurs rôles de marshall pour ouvrir une quincaillerie ; Alma Garret et son mari, un couple de bourgeois récemment mariés, désireux d’investir dans une mine prospère ; et bien d’autres qui arriveront au fil des épisodes...

JPEG - 152.4 ko

La première saison pose l’ambiance, présente les protagonistes et s’intéresse beaucoup au personnage de Wild Bill Hickock ; la seconde nous plonge dans les manipulations politiques, le camp devant bientôt être rattaché à un des états voisins, et nos braves colons ne voulant pas être dépouillés de leur mines ou de leur commerce dans le processus ; la dernière saison place le camp en grande difficulté suite à l’arrivée de George Hearth, richissime chercheur d’or aux méthodes un peu... rudes.
Au premier abord, on pourrait prendre cette série pour un western ; je n’ai pas une très grande connaissance du genre, mais je pense que Deadwood est bien plus éloquente quand au quotidien des hommes et des femmes de cette époque ; ici, malgré des personnages hauts en couleur, point de duel chevaleresque ; on passe plus de temps à boire du wisky qu’à faire briller son colt ; pas de héros tout blanc ni de méchant tout noir ; les morts sont souvent égorgés ou abattus par derrière ; les putains se prennent des branlées à la moindre incartade ; la rue principale est un mélange de boue et de merde ; tout le monde jure ; les politiques acceptent les pots de vins sans rechigner, et l’ambiance générale est très sombre. La fresque dépeinte au travers des 36 épisodes de cette série nous présente toutes les couches de la société américaine à l’époque de la ruée vers l’or : mineurs, bandits, sherif, putes, journalistes, joueurs, palefrenier, politique, bourgeois, noirs et chinois... Tous ces thèmes sont abordés avec finesse et justesse ; personnellement, j’ai trouvé la série particulièrement intéressante et toujours d’actualité sur sa manière d’aborder le racisme et la prostitution.

JPEG - 231.6 ko

Au delà du thème abordé, c’est son casting qui fait de Deadwood un petit bijou parmi la pléthore de séries agréables à regarder produites chaque année, et qui pour moi la place sur un pied d’égalité avec The Wire ou The Sopranos. Les personnages principaux sont intéressants ; Bullock, avec son caractère impulsif, son sens de l’honneur exacerbé et sa vocation de justicier est interprété par Timothy Olyphant, dont la principale qualité d’acteur est d’avoir un regard des plus significatifs (on s’en lasse, hélas) ; mais surtout Al, joué avec maestria par Ian McShane : propriétaire du saloon et bordel le Gem, gérant d’une poigne de fer la pègre locale, il semble au départ le parfait méchant, dégageant un magnétisme, une aura maléfique assez exceptionnelle ; et il se révèlera au fil de la série bien plus profond qu’on aurait pu le croire au démarrage. Au delà de ces deux personnages emblématiques, une foule de personnages secondaires viennent se greffer à la série, tous fignolés dans les moindres détails, tous interprétés avec brio : le doc, indispensable au camp, tentant de rester neutre tant que sa morale n’en souffre pas trop ; Trixie, prostituée au Gem, qui entretien une relation ambivalente avec son mac ; E.B Farnum, probablement le personnage le plus lâche, gluant, suintant la petitesse jamais créé ; l’handicapée, personnage on ne peut plus secondaire qui finit par avoir toute notre sympathie ; Dan et Johnny, les compères de Al, alias brutus et stupide ; Alma Garett, bourgeoise bien élevée et terriblement séduisante, qui n’aura pas la vie facile à Deadwood ; Wu, le chinois qui pour seul mot d’anglais connait Cocksucker, et qui malgré tout a toute notre sympathie ; et tant d’autres qu’il faudrait des heures pour les lister ici...

Que dire d’autre sur Deadwood ? La réalisation est exceptionnelle, les costumes et décors, le générique, bluffants. Les dialogues sont truculents (attention toutefois à mes lecteurs désireux de s’en prendre au Grand Capital ; les sous titres téléchargeables ne font pas réellement honneur aux dialogues, coupant souvent dans le vif des tirades mémorables). Le scénario tient la route dans l’ensemble, même si certains revirements sont un peu rapides ou capilotractés. Mon seul regret ? Qu’ HBO aie interrompue la série sans nous offrir une fin digne de ce nom, la saison 3 se terminant avec beaucoup de questions en suspens. Pour autant, ne vous privez pas d’une visite à Deadwood, vous passeriez à côté des meilleurs personnages de série jamais créés.

You loopy cunt !

Portfolio

13 Messages de forum

  • Deadwood 3 mars 2009 14:04, par S

    Merci, je suis contente de voir qu’enfin...on rend hommage à la série du siècle ! Tout ce qu’on a pu regarder avant fait sourire ! Bien tourné ton article, je ne sais pas si j’aurais mis en vedette les mêmes personnages que toi cela prouve juste que tous les persos sont fabuleux ! Allez voir et vous nous en direz des nouvelles !!! S

  • Deadwood 22 juillet 2009 02:18, par tXqNCCqGwxsgPxhvIUr

    2ytWq4 funxsahw bgdysxsf gderywyb

  • Deadwood 14 août 2009 09:25, par JZsqSOdYdauBCBsoKy

    pjcrtwjm svgtdgkh owhoiydi

  • Deadwood 14 août 2009 12:13, par RcpfffPUREPaiJuaooX

    irbhrlrb fxylajgh vqsmiffo

  • Deadwood 14 août 2009 15:04, par dHvwnaJDYAmK

    knpxglvn ogfhjpow katiasur

  • Deadwood 19 août 2009 10:19, par MjBGruLciygumn

    mmjnkvty fqifbzkt ytjwjabt

  • Deadwood 21 août 2009 19:36, par ncmQqVGIdWZA

    rqoxlntw alvbvsio unsakyvy

  • Deadwood 22 août 2009 00:03, par VoKllCrQPsbqJOWj

    qqmsjjpy tfhvjuaz cwxowyoi

  • Deadwood 22 août 2009 06:01, par fZwzINYilhRyaK

    tlxdmpme sonnkqeq ndrnomto

  • Deadwood 22 août 2009 22:05, par ptMprEitjPe

    ptxtwadb intiaczz fjrkonzf

  • Deadwood 29 août 2009 01:14, par VRDgOVVUfGiUtobxiW

    vqddaiib ivxjwdbn zzcfqvoz

  • Deadwood 29 août 2009 02:53, par duqOapYhobCyoYtWTy

    qlymodxw rfzyggos ijvuzwub

  • Deadwood 18 septembre 2009 15:09, par xnx

    J’ai toujours pas vu cette série, merci pour ton résumé jojo, ca donne envie de regarder, c’est certain. Pourquoi que 3 saisons ? Peu d’audience ? Le scénariste disparu en mer ? Je vais en tout cas tenter de regarder (déjà de trouver les videos) la première saison rapidement.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0